Tous les articles

Zoofest

Absurdement loufoque et indubitablement farfelu

Julien Corriveau et Jean-François Provençal se connaissent depuis des années, du temps où ils travaillaient ensemble au Zellers de St-Jean-sur-le-Richelieu, du temps où Julien portait les vêtements faits par sa mère et que Jean-François avait probablement plus de cheveux (no offense). Il présentait le 22 février dernier dans le cadre du festival Montréal en Lumière, leur spectacle Chansons drôles et drôleries chancelantes, un une heure trente de plaisanteries et bouffonneries, se divisant entre stand-up et chansons.

Brian Piton servait de première partie à ce dynamique duo. Finissant de l’École nationale de l’humour, vous avez pu le voir performer l’année dernière dans le gala de l’absurde au Zoofest. Il a su rendre loufoque une situation du quotidien grâce à son personnage minimaliste et ses réactions blasées.

La chimie de Corriveau et Provençal est indéniable. Ils semblent se connaître sur le bout des doigts et se complètent très bien. Cependant, leur numéro seul était, selon moi, la meilleure partie de la soirée. Ils ont chacun un humour différent, mais complémentaire. Que ce soit en faisant des imitations de pénis de célébrités québécoises ou déguisé en Monsieur Mousteille qui donne des conseils pour devenir humoriste, les deux artistes se démarquent à leur manière. Leurs parties stand-up étaient rodées et punchées avec les tournures absurdes que le public aime tant.

Après l’entracte, les spectateurs ont eu droit à un merveilleux greatest hits des chansons bien connues des Appendices, passant de Chandail de loup, à Courts sul’top pour terminer avec C’est juste la fin et faire Pour devenir un héros en rappel. Il est difficile de se retenir de rire lorsqu’on nous interprète une chanson censurée à l’harmonica! Nous avons également eu droit à Chanson pas finie, Pire journée de ma vie, J’aime les pinottes et Richard.

Je ne crois pas qu’il faut absolument être fan finie des Appendices pour apprécier ce spectacle. Certes, les références sont agréables à comprendre et les liens à faire, mais ce n’est pas impératif pour rire un bon coup. C’est un spectacle assez absurde, juste un peu grivois, qui fait rire de bon cœur! Désopilant, sans être extravagant. En bref, vous allez passer une bonne soirée!

Je vous invite à aller voir ce spectacle avec vos amis, votre famille (sans vos jeunes enfants) ou votre être cher, s’il revient un jour au Cabaret du Lion d’Or. En attendant, retapez-vous les séries des Appendices en vous rappelant les belles années.

Humour

Galerie photo : Zoofest polaire à La Vitrine présenté par Kanuk

Dans le cadre de la Nuit blanche à Montréal, La Vitrine, en collaboration avec Zoofest et Kanuk, présentait son événement dans le hall du 2-22. Les humoristes chouchous de Zoofest étaient présents pour animer toute la soirée et faire danser la foule. De 20 h à 3 h du matin, Eddy King, Neev, Jérémie Larouche, Gabriel d’Almeida Fretas, Julien Lacroix, Antoine Goulet et Anas Hassouna se sont relayés l’animation. La zone bar présenté par Romeo’s gin présentait un cocktail unique avec les boissons Rise Kombucha. Une belle soirée humoristique et musicale immersive toute en découvertes.

Photo par Renaud Vinet-Houle

Variétés

Zoofest Polaire à La Vitrine présenté par Kanuk

Le 27 février prochain aura lieu, pour la 13e année consécutive, la Nuit blanche à Montréal, l’événement hivernal à ne pas manquer! La Vitrine y participe encore une fois, mais cette année avec un tout nouveau concept. Le temps d’une nuit, nous vous invitons à vivre une expérience humoristique et musicale immersive grâce à la collaboration avec le Festival Zoofest. Leurs humoristes chouchous viendront se prêter au jeu de DJs silencieux dans le hall du 2-22 de 20h à 3h.

Un Dj silencieux, qu’est-ce que c’est? C’est bien simple, ça commence avec des DJs et ça se finit dans des casques d’écoutes, le tout livré pour vous par des animateurs de feu.

Venez découvrir les talents de DJ d’une poignée d’humoristes de Zoofest dont Eddy King, Neev, Jérémie Larouche, Gabriel d’Almeida Fretas, Julien Lacroix et Anas Hassouna qui nous offrirons chacun une heure complète d’animation.

Vous pourrez venir profiter de l’Espace Au chaud avec Kanuk qui sera disponible toute la nuit dans notre hall. En plus, de vous détendre et vous réchauffer, vous courez la chance de gagner un manteau de votre choix d’une valeur de 1 200 $!

Nous aurons également la zone détente & bar présentée par Romeo’s gin où vous aurez la chance de découvrir ce tout nouveau spiritueux québécois.

Pour une expérience complète de découvertes, Rise Kombucha sera utilisé afin de  créer des cocktails uniques.

Plusieurs raisons pour ne pas manquez ZOOFEST POLAIRE À LA VITRINE.

Musique

Montréal en lumière en 4 temps

Pour sa 17e édition, le festival Montréal en lumière présenté du 18 février au 5 mars promet une belle diversité d’activités. De plus, cette année, c’est la ville chinoise de Shenzhen qui est à l’honneur et teinte la programmation. Le festival propose des activités pour tous les goûts et tous les âges afin de mettre en avant-plan la richesse culturelle montréalaise. Montréal en lumière c’est l’un des plus grands festivals d’hiver au monde. Un bon moyen d’oublier, pour un instant, les aléas de Dame Nature.

L’art et le spectacle
Les arts de la scène font partie intégrante du festival. Nous aurons droit, entre autres, à des prestations musicales, des pièces théâtrales uniques et des expositions extravagantes. Ce sera également une occasion de découvrir la musique classique, les arts du cirque, la danse et même l’improvisation.

L’auteure-compositrice-interprète française Zaz offrira une prestation le 23 février à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts et présentera quelques morceaux de son dernier opus Paris. Sa voix grave et rauque vous donnera envie d’aller déambuler le long de la Seine. Toujours dans la lignée musicale folk, Peter Henry Phillips, qui a jadis collaboré avec DJ Champion et Jorane, vous transportera le 25 février prochain au Club Soda dans son univers réconfortant. Sinon, allez vous réchauffer sous la musique électro-pop de Foxtrott le 26 février également au Club Soda.

L’exposition Spazuk propose des œuvres uniques concoctées à partir de la suie. Un résultat impressionnant et inusité. L’exposition est présentée tous les jours durant le festival à la Maison du Festival. Il y a également une bande dessinée théâtrale s’intitulant Louis Riel : A comic-strip stage play, basée sur l’oeuvre de Chester Brown, acclamé par la critique, qui sera présentée du 25 au 27 février au Théâtre La Chapelle.

Les foodies
Une autre belle façon de profiter du festival est de s’initier à la gastronomie. Plusieurs restaurants mettront notamment l’emphase sur la cuisine asiatique en l’honneur de Shenzhen. L’idée derrière cette initiative est de créer des jumelages et de proposer des mets suite à la rencontre des chefs de Shenzhen et de Montréal.

Vous pourrez déguster de la raclette à volonté au Bistro Beaver Hall ou bien manger un repas gastronomique où la truffe sera à l’honneur à la Brasserie T! Pour les amateurs d’huîtres, vous pourrez prendre part, tous les vendredis du festival, aux 5 à huitres à la Place des Festivals et déguster un vin parfaitement harmonisé. Durant la semaine de relâche, plusieurs établissements participeront à l’initiative Paie ton âge qui permet de faire découvrir des mets aux enfants et aux adolescents de 16 ans et moins dont leur repas s’élève au prix de leur âge !

Crédit photo : Renaud Vinet-Houle

Crédit photo : Renaud Vinet-Houle

Se divertir gratuitement
Cette année encore, vous pourrez profiter d’un tour dans la Grande Roue ou dans la glissade à la Place des Festivals qui seront toutes les deux illuminées. Sur place, vous pourrez en profiter pour prendre un verre ou casser la croûte au bar à grilled cheese. Vous aurez également l’occasion de visiter la station interactive Artlux qui permet aux participants de créer des œuvres numériques projetés en direct. Pour les curieux, plusieurs artistes s’exposent, dans leurs disciplines respectives dans le cadre de L’art érotique s’expose à l’ARTVstudio.

Une nuit sans fin
Pour une 13e année consécutive se tiendra la Nuit Blanche, qui propose aux adeptes de la vie nocturne des activités jusqu’aux petites heures du matin dans trois quartiers de Montréal. La Nuit Blanche se tiendra le samedi 27 février prochain. Un rendez-vous qui a su faire des adeptes depuis quelques années. Étant organisé en collaboration avec la STM, vous aurez l’occasion de profiter du réseau de transport ouvert toute la nuit. Plus de 200 activités, pour la plupart gratuites, vous sont proposées.

Le Elvis Gratton Picture Show est très attendu. Il s’agit d’un montage du premier film d’Elvis Gratton sous la musique rythmée de Misteur Valaire qui sera en prestation live. Cette expérience se veut très interactive et souhaite permettre aux spectateurs de pouvoir souffler quelques répliques mythiques du film !

À l’occasion de la Nuit Blanche, neuf bars du Quartier Latin seront exceptionnellement ouverts jusqu’à 6 heures du matin. Il s’agit du Pub Quartier latin, le Bistro à Jojo, le Saint-Bock Brasserie artisanale, le Saint-Houblon, le bar En cachette, le Cinko, le Café Hookah Lounge, le Patrick’s Pub Irlandais et L’Île noire.

Vous pourrez aussi aller essayer des jeux de société au Centre Pierre-Charbonneau dans le cadre du festival Montréal Joue. Si vous avez aimé l’émission de télévision Série Noire, vous pourrez aller rencontrer les comédiens de la série et fêter avec eux au party thématique qui se tiendra à la Cinémathèque québécoise dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois.

L’exposition de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson au Musée d’art contemporain vaut vraiment le détour. On y présente, entre autres, une œuvre musicale vidéographique The Visitors où l’on retrouve des musiciens qui jouent en simultané sur des écrans géants. Le tout donne un résultat spectaculaire, romantique et mélancolique à la fois. Vous aurez de la difficulté à ne pas vous y poser pendant des heures.

Enfin, à l’occasion des Rencontres internationales du documentaire de Montréal, vous pourrez assister à un YouTube Battle pour laquelle s’affronteront 16 équipes. Toujours en humour, un Zoofest polaire sera également présenté à La Vitrine où vous pourrez voir des humoristiques se prêter au jeu de DJ silencieux.

Pour connaître tous les détails de la programmation de Montréal en lumière, rendez-vous sur le site : www.montrealenlumiere.com.

Notre photographe, Renaud Vinet-Houle, a également assisté au spectacle de The Seasons samedi le 20 février. Il a également pris la photo d’en-tête.

Variétés

Bête de scène : Entrevue avec Jérémy Du Temple-Quirion

Diplômé de l’École nationale de l’humour en 2013, Jérémy Du Temple-Quirion se fait de plus en plus remarquer, et pour cause. Même s’il mène présentement un véritable marathon de spectacles dans le cadre du Zoofest, l’humoriste de la relève a pris quelques minutes dans son horaire chargé pour discuter avec La Vitrine.

Comment t’es-tu rendu compte que tu étais comique?

Jérémy Du Temple-Quirion : J’ai grandi dans une famille qui rit beaucoup. On a le rire facile à la maison. J’ai grandi avec deux filles, et je ne pouvais pas me battre avec mes petites sœurs. Donc, pour faire réagir le monde, fallait que je les fasse rire. C’est peut-être là que ça a commencé… Tout le monde était pas mal comique à la maison : ma mère, mon grand-père, mon père, mes sœurs… Je ne dis pas qu’ils sont tout le temps drôles, mais on a le rire facile chez nous. Après ça, à l’école, je voyais que je me faisais accepter aussi quand j’étais comique. C’est quelque chose que j’ai remarqué.

Il y a des gens comiques qui décident d’être dentistes ou politiciens… Qu’est-ce qui t’a donné le goût de faire carrière en humour? L’argent, la gloire, les femmes, ou toutes ces réponses?

Jérémy Du Temple-Quirion : (Rires). Pour vrai, je pense que c’est aucune de ces réponses. Mes parents m’ont emmené à Juste pour rire quand j’étais jeune, et je ne comprenais pas que c’était une job. Je ne comprenais pas comment ça fonctionnait, mais je trouvais ça tellement nice! Je trouvais ça vraiment tripant, et à un moment donné, je me suis dit : « Crime, j’ai juste à essayer! ». Et j’ai essayé, en secondaire V, au gala de fin d’année. Mon premier spectacle à vie était à l’Étoile du quartier Dix30, devant toute mon école, tous les profs, toute la direction, et tous les parents. Ça a été l’un des moments les plus stressants de ma vie. J’avais peur de me planter, j’avais peur de me faire ridiculiser, puis finalement, dès que j’ai eu un rire, ma vie a changée. C’était le plus beau moment de ma vie, et je me suis dit que j’allais essayer de le reproduire le plus souvent possible. J’ai fait trois ans de Cégep, j’ai fait Cégeps en spectacle, je suis rentré à l’École de l’humour. Moi, je veux faire des shows à tous les soirs, parce que j’aime faire rire les gens, j’aime raconter des blagues. Je fais ça aussi pour mon plaisir personnel et, habituellement, ça passe par le rire des autres.

jay du temple

Est-ce qu’il y a des humoristes qui t’ont influencé, ou des humoristes dont tu es jaloux?

Jérémy Du Temple-Quirion : Non, je ne suis pas un gars jaloux dans la vie, mais j’admire. J’admire la manière de travailler de certains humoristes, comme Gad Elmaleh, que j’ai découvert relativement jeune. Il fait rire les gens d’une manière tellement simple et pure, il est tellement intéressant à écouter. Beaucoup d’Américains aussi. Des Louis CK, Dave Chapelle, Chris Rock, Seinfeld, Jimmy Fallon… C’est des ultra-travaillants, des ultra-perfectionnistes. C’est beaucoup la manière de travailler des gens qui m’inspire. J’écoute beaucoup de documentaires sur eux, beaucoup d’entrevues, en plus de leurs stand-ups, pour vraiment voir les dessous du travail. C’est comme n’importe quoi. Tu veux être bon en nage, ben plonge dans l’eau, et nage. L’humour, c’est un peu la même chose. C’est vraiment ce que j’apprends en regardant ces gens-là, qui jouent à tous les soirs, tout le temps.

Il y a déjà quand même quelques humoristes au Québec… Est-il difficile de faire sa marque quand on débute en humour?

Jérémy Du Temple-Quirion : Je pense qu’il y a une certaine sélection naturelle qui se fait, dans le sens que la relève, on a un beau milieu, celui des bars. Le calibre est assez fort, ce qui fait que si tu ne travailles pas fort, que tu ne perfectionnes pas tes blagues et que tu n’arrives pas avec du nouveau matériel, ben, à un moment donné, tu ne te feras plus booker. Inévitablement, le milieu fait en sorte que t’as pas le choix de t’améliorer, t’as pas le choix de travailler. C’est sûr qu’au départ, tu ressembles aux gens qui t’influencent, sans trop le vouloir. C’est juste que c’est les gens que tu as le plus écouté, donc, inconsciemment, tu vas trouver une musicalité, ou une manière de puncher qui va leur ressembler, mais le but d’un humoriste évidemment, c’est de devenir le plus unique possible. Je pense que la seule façon de vraiment devenir unique, c’est de développer sa propre manière de jouer. C’est dur, mais en même temps, ça se fait un peu tout seul. Tu sais, je ne me suis pas dit : « Bon, moi, ça va être ça ». Je travaille sur mon matériel, je travaille sur la manière de lancer mes gags, puis à ce moment-là, je vais finir par trouver vraiment 100%, Jérémy Du Temple-Quirion, et 0% des autres.

Y’a t-il des sujets ou choses en particulier qui t’inspirent? De quoi aimes-tu rire?

Jérémy Du Temple-Quirion : J’ai le rire vraiment facile. Je suis un gars ben de bonne humeur, mais souvent, j’aime parler de ce qui se passe dans ma vie. Je suis un gars très honnête, donc, j’ai de la misère à mentir. C’est rare que je raconte des trucs qui sont faux sur scène. C’est beaucoup mes réflexions, ce que je vois, ce que je vis. Ça fait un an que j’ai déménagé, que j’habite tout seul, fait que, dans mon spectacle, je parle un peu de solitude, quelque chose qui est nouveau pour moi, comme je viens d’une famille de cinq. J’ai un numéro sur l’infidélité, qui est un thème que je trouvais très riche, qui n’est pas nécessairement comique, mais j’ai trouvé le comique là-dedans. J’étais content, parce que c’est nouveau pour moi, d’attaquer des sujets comme ça. Pour l’instant, je suis un gars assez léger. Je veux juste prouver aux gens que je suis le plus drôle possible, donc, je parle de mon chat, je parle de mon père, ma mère, mes sœurs… Je parle vraiment de mon entourage.

jayzoofest

Tu dis que tu fais de l’humour léger, mais j’ai lu quelque part que tu as déjà fait vomir de rire un spectateur. Est-ce que tu peux nous raconter la blague, ou c’est trop dangereux pour ceux qui viennent de manger?

Jérémy Du Temple-Quirion : (Rires). Hey, pour vrai, mon Dieu! Je faisais une demi-heure sur la rive-sud de Québec, et puis, à un moment donné, j’ai fait vomir de rire quelqu’un… Pour moi, il avait probablement pris une couple de bières de trop aussi… Je pense que c’est un mélange bouffe, bière, et rigolade… J’étais comme flatté, mais dégoûté en même temps (rires). C’était particulier.

Tu animes le Gala des refusés au Zoofest. Si je comprends bien, c’est un spectacle avec six autres humoristes qui ont été refusé à Juste pour rire?

Jérémy Du Temple-Quirion : Exactement. J’ai eu le flash de ce spectacle-là quand j’ai été refusé aux auditions… En fait l’année passée, j’ai eu une audition pour un gala. Je m’attendais à la même chose cette année, je ne m’attendais pas à faire le gala, mais je voulais au moins faire l’audition pour que l’équipe de Juste pour rire voit mon évolution et voit où je suis rendu. Quand j’ai été refusé, j’ai vécu un peu de frustration, puis j’ai vu qu’il y avait de mes amis et collègues qui vivaient aussi cette frustration-là, et je me suis dit « Pourquoi je monterais pas un show pour le fun, pour nous-autres, et pour rire un peu de cette situation-là? ». J’ai décidé de monter ce spectacle-là avec six humoristes vraiment fabuleux, Mehdi Bousaidan, Sam Breton, David Beaucage, François Boulianne, Didier Lambert, Alexandre Bisaillon et Guillaume Pineault. On a décidé de juste présenter le meilleur matériel, le meilleur des humoristes, pour notre plaisir personnel, et finalement, les gens ont vraiment répondu à la proposition : on est un des meilleurs vendeurs du festival, et on est ben ben ben contents de ça!

Ça aide à se sentir moins rejet…

Jérémy Du Temple-Quirion : Oui, pas mal (rires). Je suis content, parce que je pense que tout le monde a vraiment aimé l’idée, mais, en fait, c’était juste une excuse pour faire un spectacle en habit. C’est juste pour ça (rires).

Tu participes à un paquet de shows durant le Zoofest, parfois tu fais plus d’une prestation par jour. Certaines personnes pourraient penser que tu es le Geneviève Jeanson de l’humour. Alors ma question : est-ce que tu prends de l’EPO pour réussir à faire autant de spectacles?

Jérémy Du Temple-Quirion : (Éclate de rire). Non. Malheureusement non, je suis pur, et euh… Ma mère est venue me porter vraiment beaucoup de nourriture, donc, moi, mes seuls stéroïdes, c’est la nourriture à Nicole. C’est vraiment tout ce que je prends (rires).
 

Humour

Une soirée cauchemardesque

Mardi dernier, j’étais à la place de la Paix, posé tranquille à assister au concert John Williams de l’Orchestre de la Francophonie présenté par la SAT. Perdu dans mes souvenirs de la Guerre des Étoiles quand, soudain, un Bat-Signal dans la nuit m’appelle : ce soir, dans 15 minutes, le Zoofest présente un one-man-show : Charles Beauchesne présente : Bienvenue dans mon cauchemar. Non, en fait, c’est juste un rappel sur mon téléphone qui sonne… Abandonnant Schindler, E.T. et Luke Skywalker, je cours vers le théâtre Ste-Catherine (un peu déçu, mais quand le devoir appelle…). Et franchement, j’ai bien fait!

Le Zoofest a beau exister depuis 5 ans, je suis étranger au festival. Pas que l’idée d’encourager des humoristes émergents me déplait, au contraire! Comme l’a déjà dit Rozon à TLMEP « Qui peut être contre le rire? »… En fait, c’est juste que seulement, des fois, la vie, vous voyez, d’autres activités, voilà… Non, je sais, ce n’est pas très convaincant, je n’ai pas vraiment d’excuses. Mais bon, c’est maintenant chose du passé, car mardi dernier, je me suis rattrapé.

Pour moi, non-initié, le Zoofest, c’est 3 semaines de spectacles d’humour décalé, dans des salles minuscules avec un public friand de nouveauté. Je ne m’avancerai pas sur le reste du festival, mais le cauchemar de Charles Beauchesne était exactement ce à quoi je m’attendais… Et même plus.

bienvenuedansmoncauchemar-full

Donc, arrivé vers 21h50, une petite file, principalement peuplée de gens dans la trentaine, entre tranquillement dans le Théâtre. Malgré l’étroitesse du lieu, je me trouve une place au balcon. Quelques minutes d’attente, puis arrive sur scène un chauve aux sourcils épais, portant un chandail rayé blanc-noir et manipulant une marionnette. Celle-ci introduit le spectacle à venir en insultant allègrement Charles Beauchesne. Un peu confus devant cette mise en bouche, je me questionne un peu sur ce qui va suivre.

Soutenu par des textes très bien ficelés, Charles Beauchesne nous enmène dans un voyage sur ses peurs et angoisses. On navigue dans des eaux fort curieuses où s’enchainent son emploi comme lutin du père Noël dans un centre d’achats, ses aventures avec une ogresse sur un site de rencontres, sa phobie de Lady Gaga, ses discussions avec son frère nonchalamment raciste. Mélangeant crises de nerfs, dénonciations et moments pathétiques, il nous fait rire… beaucoup! Une seule déception : une heure de spectacle c’est trop court, on en demanderait plus!

Donc, si comme moi, vous n’êtes jamais allés au Zoofest, vous avez jusqu’à ce dimanche. Dépêchez-vous, parce que sinon vous devrez attendre un an avant de pouvoir en profiter, et un an, c’est long! Malheureusement, il n’y a plus de représentations de Charles Beauchesne, mais un bref coup d’œil à la programmation de la fin de semaine vous permettra sûrement de trouver de quoi vous déchainer les zygomatiques.

 

 

Humour

Simon Delisle, en 60 minutes

Pour son premier spectacle solo, qui s’inscrit d’abord à la programmation du festival Zoofest 2013, puis à celle des productions de la série 60 minutes avecprésentée au Monument-National, Simon Delisle a délibérément choisi d’aborder un sujet qu’il maîtrise parfaitement, et qu’il souhaite faire davantage connaître au public, c’est-à-dire, lui !

Question d’identité

Car sous ces apparences tranquilles (et cette bouille franchement sympathique) se cache un cerveau hyperactif, stimulé par un environnement et une société en constant changement, qui le poussent à se questionner et à réagir. Et nul besoin de préciser que l’humoriste a beaucoup à dire et à raconter!

Pour l’artiste de 28 ans qui n’en est guère à ses premiers balbutiements dans le domaine (lui qui multiplie les performances scéniques depuis sa sortie de l’École nationale de l’humour, en 2010 et qui consacre la plupart de son temps à l’écriture humoristique), ce spectacle se veut à la fois une occasion unique de conquérir un auditoire encore timide et de séduire bon nombre d’adeptes déjà ravis. « 60 minutes avec Simon Delisle, c’est un peu comme ma carte de visite… », me dit-il en entrevue. « C’est un aperçu général de mon travail, de mon humour, et de qui je suis », poursuit-il. Ce dernier partagera ainsi ses réflexions et ses impressions sur une multitude de thèmes qui le tiennent en alerte, l’inspirent, l’amusent, et façonnent sa personnalité.

Et puisqu’il n’a que très peu de temps devant lui (après tout, il ne dispose que d’une heure), il procède rapidement aux présentations avant d’interagir directement avec son public.

En guise d’introduction, un bref et sympathique montage photographique, regroupant de précieux souvenirs de jeunesse (et ceux d’une époque pas si lointaine), est projeté sur un écran géant, à l’arrivée des spectateurs. S’ensuit une courte vidéo mettant en vedette l’humoriste à 60 jours de son 60 minutes, que l’on prend soin de diffuser quelques secondes avant que les projecteurs ne s’allument. Ces initiatives, des plus efficaces et des plus ingénieuses, suscitent instantanément l’intérêt des quelque cent personnes réunies pour l’occasion, et donnent le ton à la soirée.

Accueilli en véritable héros lors de son entrée sur scène (on comprendra rapidement pourquoi !), Simon Delisle paraîtra visiblement heureux de retrouver un public si enthousiaste et chaleureux.

Crédit photo : Julie Caron

Crédit photo : Julie Caron

À son image

Grâce à un discours ponctué d’anecdotes divertissantes et d’histoires cocasses dont lui seul est le protagoniste, Simon Delisle enchaîne les blagues et provoque à coup sûr de nombreux rires sincères. Ses observations des mille et une petites choses du quotidien qui le tourmentent et le tracassent, le fâchent, l’insultent ou l’irritent (dont la météo, les publicités trompeuses, le gaspacho, ce potage que l’on mange froid et qui ressemble étrangement au populaire jus de tomate, et certains commentaires anodins qu’on peut lui adresser) agissent à titre de fils conducteurs et lui permettent d’explorer tout autant de pistes intéressantes.

Il en viendra ainsi à parler de sa maladie, et plus particulièrement du diabète, et de ses visites régulières chez le médecin, de la télévision et des émissions qui contribuent à sa paresse, de ses nombreuses connaissances sur une panoplie de sujets qu’il juge complètement inutiles et irrationnels (à quoi ça sert de tout savoir sur le céleri?), de la corrélation entre la musique et le déroulement de sa journée, de son plus récent voyage à Cuba et enfin, des projets qu’il souhaite réaliser avant de mourir.

Avec ce premier spectacle, l’artiste, qui se produira au Monument-National jusqu’au 21 juillet prochain, livre une performance irréprochable grâce à des textes brillants, des idées parfaitement ficelées, une vivacité d’esprit et un réel plaisir d’être sur scène, qui nous prouve avec conviction que sa place y est. Et si le nom de Simon Delisle se faisait un peu plus discret jusqu’à aujourd’hui, il y a fort à parier qu’il sera bientôt sur toutes les lèvres.

60 minutes avec Simon Delisle, au Monument-National, les 19 et 20 juillet, 22 h, ainsi que le 21 juillet, à 20 h 30.

Simon Delisle participera également à Ça suffit la comédie ! ainsi qu’au Geek Show, deux spectacles présentés dans le cadre du festival Zoofest 2013.

Humour

Martin Perizzolo : parlez-moi d’amour (mais surtout de sexe)

Que les oreilles chastes s’abstiennent : jusqu’au 27 juillet 2013, dans le cadre du festival Zoofest, l’humoriste Martin Perizzolo occupe la scène du Cabaret du 4e du Monument-National afin de nous présenter son premier spectacle solo, Q, et de nous parler…de sexe.

De sexe, vraiment?

Si le thème semble avoir été exploré sous tous ses angles et revisité plus d’une fois, le sexe demeure un sujet de conversation intarissable. Le mot parvient à se nicher sur toutes les lèvres, à infiltrer des discussions, et tantôt à piquer la curiosité, tantôt à créer un certain malaise.

Pendant de nombreuses années, Martin Perizzolo a préféré se censurer et a choisi de ne pas s’aventurer sur ces sentiers (ô combien de fois) battus. Mais pour ce premier spectacle à ses commandes, il a volontairement décidé de sortir de sa zone de confort et de s’amuser avec cette matière riche et modelable. Lui qui a commencé à travailler sur le concept en janvier 2012 avoue avoir aujourd’hui suffisamment gagné en maturité pour s’assumer, et assumer ses textes, tout comme son choix de sujet.

« Il ne faut pas oublier que le sexe, ce n’est pas juste le sexe. Ça va au-delà du terme, au premier sens qu’on lui donne », me confie-t-il lors de notre entretien. « Le sexe, c’est aussi ce qui peut renforcer la communion entre deux personnes, ce qui parvient à briser des couples ou à donner la vie. C’est à la fois une passion, quelque chose d’unique, de différent et de complexe. Il y a beaucoup à dire et à raconter », poursuit-il.

C’est donc de cette complexité, articulée autour de diverses sphères de la sexualité, qu’il appuiera ses propos au cours des 60 minutes partagées avec un auditoire averti (18 ans et plus). Celui-ci prend par ailleurs un réel plaisir à le voir se livrer à ce nouvel exercice, alors que  l’humoriste troque ses discours habituellement cérébraux pour des réflexions un peu plus libertines.

crédit photo : Mathieu Doyon

crédit photo : Mathieu Doyon

Le sexe, de A à Z

Ou plutôt de A à Q, se plairait-il à dire. Car un thème aussi large que substantiel ne peut être analysé dans son entièreté en un si court laps de temps.

Mais qu’importe. Perizzolo, avec son humour à la fois niais et intelligent, nous propose une heure des plus divertissantes et des plus drôles. Ses textes brillants, ponctués d’anecdotes, de faits divers, d’expériences personnelles, de questionnements et de beaucoup, beaucoup, de vérités, interpellent rapidement chacun des spectateurs, notamment lorsque le célibat, les relations de couple, les ruptures amoureuses ou la peur de l’engagement y sont traités. Ses idées sont franches, rafraîchissantes, et exploitent des mots justes, qui parviennent à se détacher de la vulgarité, du mauvais goût et des clichés, même lorsqu’il décide de s’attarder sur des aspects plus pointus, tels que les problèmes érectiles, ou encore, les jouets pour adultes. Sa manière d’aborder la question est unique, et réussit à sortir des chemins maintes fois empruntés par d’autres.

Avec Q, on a peine à croire que Perizzolo explore un terrain qui lui est encore un peu inconnu, tant il semble être confiant devant son public.

Et c’est ce qui est admirable chez lui; qu’il soit sur scène ou au petit écran (c’est lui le célèbre Poudy de la série télévisée L’Gros Show et l’attachant Benoit de la populaire campagne publicitaire des Fromages d’ici), sous ou derrière les projecteurs (il a notamment été auteur pour Un gars, une fille), ce dernier demeure en pleine possession de ses moyens. Chacun des projets auquel il prend part rayonne, nous prouvant ainsi qu’il est un véritable artisan à l’efficacité redoutable. Et assurément, Q figurera sur la liste de ses meilleures réalisations.

Q est présenté au Cabaret du 4e du Monument-National jusqu’au 27 juillet 2013. Tous les jours, relâche les dimanches et lundis. 18 ans et plus.

Photo principale : David Richard

Humour

Portraits animaliers

C’est en galopant – à peu près comme un lièvre, je crois – que j’arrive, à l’ultime minute, toute vaporeuse des efforts de ma précipitation, dans la petite salle cabaret La Balustrade du Monument-National, tout en haut du bâtiment. Là, se sont réunies quelques dizaines de créatures de tout poil, férues de théâtre, ou de curiosités, pour assister à Ménageries, un show écrit et mis en scène par Jean-Philippe Baril Guérard.

Ménageries, c’est d’abord un recueil de contes publié chez les rafraîchissantes Éditions de ta mère, et illustré par les charmants dessins de Benoit Tardif. L’auteur, dont la jeunesse ne l’empêche pas de compter déjà plusieurs textes et quelques prix à son actif, a judicieusement décidé de porter à la scène son verbe au registre très vivant. Ici, il troque donc les animaux bicolores, qui parsèment les pages de l’œuvre papier pour des figures humaines hautes en couleur. Ce qui reste, dans les mots, chez les protagonistes, c’est la nature animale : cruauté, instincts primaires, amoralité, égoïsme.

Sur la scène, les rideaux ont été ouverts sur une baie vitrée montrant le haut du paysage urbain d’une Montréal nocturne, et un néon chaud, en silhouette de couronne, orne simplement le mur du fond, à côté. Installé sur une chaise, intimement près des spectateurs, un guitariste qui, tout en apportant son soutien musical aux contes, écoute, lui aussi, observe et réagit. Car ce jeune joueur de hockey ambitieux, cette célibataire désespérée, ce bear séropositif, cette nunuche impulsive, les personnages excessifs et ordinaires qui feront leur entrée, défilant un après l’autre, relateront bientôt leur histoire qui, pourtant – on s’en rend compte petit à petit –, n’est pas très avouable. Ils nous transporteront ainsi, fort exotiquement, de Victo au Village, en passant par Saint-Hyacinthe. Pourtant, il sera là question de tigres et de cougars, de porcs, de génisses, d’ours, de loutres et de licornes; mais ces bibittes en apparence attachantes se révéleront mordre et griffer, grincer des dents.

La dernière représentation de Ménageries est ce soir, le 24 juillet dans le cadre du festival Zoofest. Le livre ainsi que toutes les autres très recommandables œuvres produites par Les Éditions de ta mère sont disponibles selon la maison : « dans toutes les bonnes librairies, ainsi que dans certains endroits mal famés », de même que par Internet.

Quant à vous, lequel de ces petits personnages à épines aurez-vous envie d’adopter?

Théatre

Dans les coulisses des festivals avec Montréal Festimania

Qu’y a-t-il à voir et à faire cet été à Montréal, ville des festivals ? Montréal Festimania a demandé à ceux engagés à fond dans l’organisation et la programmation des meilleurs festivals de l’été de nous fournir leurs coups de cœur. Parce que tant qu’à demander des bonnes plogues, on aimait mieux que ça vienne de ceux qui savent de quoi ils parlent, tsé!

NICK FARKAS, OSHEAGA FESTIVAL MUSIQUE ET ARTS

Qu’est-ce que tu fais au sein d’Osheaga ?
Je suis en charge de la programmation du festival, avec l’aide de mon équipe, bien sûr.

Quels sont les spectacles à ne pas manquer à Osheaga cette année ?
MGMT, qui avait fait une prestation mémorable en 2009 (on a bien hâte de voir ce que Andrew VanWyngarden et Ben Goldwasser nous réservent cette année !) et The Jesus and Mary Chain, un groupe marquant de l’histoire de la musique que nous avons le privilège de recevoir. 3 août, Parc Jean-Drapeau

Osheaga 2011 | Photo : Tim Snow

VÉRONIQUE DEMERS, L’INTERNATIONAL DES FEUX LOTO-QUÉBEC PRÉSENTÉ PAR TELUS

Quelle est ta fonction en quelques mots ?
Je suis en charge de l’accueil des artificiers étrangers et de la logistique entourant leur participation. J’organise aussi tous les évènements privés de la compétition.

Quel est LE feux d’artifice à voir?
Pour moi, le spectacle coup de cœur est la Finale des étoiles Loto-Québec. Cette année ce sera un hommage au groupe musical Queen. C’est aussi la remise des Jupiters d’or, d’argent et de bronze aux gagnants de la compétition. Cette soirée est magique parce que notre équipe est directement impliquée dans le montage et la conception de ce spectacle. Notre directeur technique Paul Csukassy a créé la bande sonore, l’équipe italienne Panzera S.A.S a fait la conception pyrotechnique et nos artificiers installeront les pièces pyrotechniques. C’est un beau moment de partage de connaissances qui se reflète dans le ciel. 3 août, La Ronde

FRANÇOIS LÉGER, L’INTERNATIONAL DES FEUX LOTO-QUÉBEC PRÉSENTÉ PAR TELUS

Que fais-tu pour le festival ?
Je suis artificier sénior, en charge de l’installation des pièces pyrotechniques de 120 mm et plus, tout en m’assurant du respect de la réglementation et de la sécurité.

Quels sont tes 2 coups de cœur cette année ?
Le Portugal et l’Italie vous réservent des surprises ! 24 et 27 juillet, La Ronde

International des Feux Loto-Québec | Italie

ÉLÉONORE GENOLHAC, MEG MONTRÉAL FESTIVAL

Tes fonctions en quelques mots?
Assistante aux communications. Comme pour tout festival, la communication, c’est un sacré gros morceau. Alors je prête main-forte à notre chargée de com préférée (mais débordée), Clothilde Ménard, avec une spécialisation dans l’assemblage de mots. Je les choisis, les juxtapose et j’essaie de faire en sorte qu’ils sonnent en des textes percutants.

Tes deux spectacles « coup de cœur » de la programmation?
Sur plus d’une trentaine, le choix est délicat. Mais s’il ne devait en rester que deux, je choisirais d’abord Goose Hut et Our Books and the Authors. J’ai découvert ces bands en travaillant au MEG, et depuis, ils tournent en boucle sur mon iPod, impossible de décrocher. De l’indie pop fraîche et acidulée, qu’on écoute comme on mange des sucreries… un régal! 28 juillet, Club Lambi

Pour le deuxième, c’est clairement le MEG Boat ! Ne serait-ce que pour l’originalité du concept. Je veux dire, imaginez une soirée à bord du Cavalier Maxim, passée à vous déhancher sur les beats les plus trendy du moment. De quoi se sentir vivant, non ? 4 août, Cavalier Maxim | Quai Alexandra

MEG BOAT | Photo : Cloé Jourdain

ARMAN AFKHAMI, JUST FOR LAUGHS – FESTIVAL JUSTE POUR RIRE

Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Représentant, ventes et marketing touristique. Je m’assure que tout le monde (et particulièrement les gens venus d’ailleurs) ait une expérience montréalaise euphorisante et que rire et plaisir soient au rendez-vous.

Quels spectacles sont immanquables pour tout festivalier qui se respecte ?
The Muppets All Star Comedy Gala. Les seuls « chouuu » que vous entendrez seront ceux de Statler et Waldorf ! 26 juillet, Place des Arts

Aziz Ansari. Son album Dangerously Delicious est sorti en janvier dernier et son nom est depuis, sur toutes les lèvres. C’est un des humoristes anglophones les plus hot de l’heure ! Du 25 au 27 juillet, Métropolis

Improv Everywhere | Photo : Julia C Vona

MARTIN DUROCHER, ZOOFEST

Quelles sont tes fonctions ?
Directeur général et artistique de Zoofest. Je tente de dompter et maîtriser la bête étrange et sauvage qu’est le Zoofest.

Quels sont les deux shows les plus hot cette année à Zoofest ?
Insolite Cabaret Insolent, un cabaret complètement fucké, cinglé et rocambolesque, absolument délirant, entrecoupé de passages musicaux assez cocasses. Jusqu’au 29 juillet, Église au toit rouge

Aussi, les Fills Monkey, deux drummers français qui manient avec brio les percussions et l’humour, avec un résultat rythmé et comique. À ne pas manquer ! Jusqu’au 29 juillet, Théâtre La Chapelle

CLAUDE MYRE BISAILLON, ZOOFEST

Qu’est-ce que tu fais à Zoofest ?
Directrice de la programmation. J’assister à une multitude de spectacles au Québec mais aussi en France et à Édimbourg afin de dénicher des spectacles hors de l’ordinaire et la crème de la relève des arts de la scène.

Quels sont les shows à Zoofest cette année que tu es particulièrement fière de présenter ?
La communion des Sœurs Boulay. Deux sœurs, deux belles filles de la Gaspésie, qui ont remporté cette année les Francouvertes et qui vont à coup sûr vous charmer avec leur douce voix, leur guitare et leur ukulélé. 27 juillet, Église au toit rouge

Sinon, Mon frère est enceinte, récipiendaire du Cochon d’Or, met en scène Johanna Nutter, qui nous raconte l’histoire de sa sœur, devenu son frère, tombé enceinte. Ce n’est pas compliqué, c’est même très bon ! 25 juillet, Théâtre La Chapelle

Zoofest

SUZANNE GIRARD, DIVERS/CITÉ

Quel est ton poste ?
Cofondatrice et directrice générale de Divers/Cité.

Quels sont tes deux coups de cœur ?
Il s’agit de deux de nos événements gratuits sur le Quai Jacques-Cartier !

Le nouveau happening alternatif baptisé Apocalipstik est le fruit de la collaboration entre Divers/Cité, le Royal Phoenix Bar et de jeunes talents montréalais qui ont reçu carte blanche pour la programmation. Le résultat est une soirée absolument éclatée avec, entre autres, Sarah Neufeld (de Arcade Fire / Bell Orchestre), Fanny Bloom, FOXTROTT, la formation torontoise Dirty Mags, DJ B’UGO, les DJs Frantastik & Montag (Mec Plus Ultra), le Kid Savant de Brooklyn, une performance du collectif montréalais Glam Glam Productions et plusieurs autres. Le devant de la scène sera également une place de choix pour voir, en même temps que le spectacle, la Finale de l’International des Feux Loto-Québecqui illuminera le ciel au-dessus du Quai ! 3 août, Quai Jacques-Cartier

Aussi, l’un des événements phare de Divers/Cité, Le Grand Bal, qui revient cette année dans une grande envolée musicale et artistique. Le festival est fier d’y présenter, pour la première fois au Canada, la formation israélienne de l’heure, The Young Profesionnals (TYP) ! Nous y présentons également LIMITLESS, une production du chorégraphe favori de Divers/Cité, Scott Fordham, les voix de Kim Richardson et Marie-Alice Depestre dans un hommage aux grandes Black Divas de la musique, Sandy Duperval, DJ Abeille et le Boogie Wonder Band ! 5 août, Quai Jacques-Cartier

Divers/Cité | Photo : David Romero

Variétés