Écho au Centre Phi – Voyager dans la réalité virtuelle

Si vous lisez mes chroniques ici, vous savez sûrement que je suis un grand fan de réalité virtuelle n’ayant malheureusement pas les moyens de m’offrir un ensemble maison. C’est pourquoi je ne passe pas à côté de l’occasion de pouvoir en essayer. En plus, quand c’est le Centre Phi qui en propose, je peux être sûr d’avoir accès à des expériences variées.  Vendredi dernier, je me suis donc rendu dans le Vieux-Montréal, au 407, rue Saint-Pierre, pour découvrir l’exposition Écho : réverberation dans l’espace.

L’exposition, ouverte depuis le 25 septembre, vise toujours une des grandes missions que s’est données le Centre Phi : démocratiser l’accès à la réalité virtuelle. Cette fois-ci, l’équipe a choisi des œuvres immersives qui, dixit le communiqué, « invitent les amateurs de réalité virtuelle à se connecter au monde qui les entoure via les réflexions, parallèles et distants échos d’un passé ». Plus concrètement, je dois avouer que je me suis questionné sur le sens global des œuvres que j’ai pu découvrir et je dirais que le point commun est l’espace tant au sens de cosmos qu’à un sens plus figuré comme ce qui nous entoure.

Plus concrètement, l’exposition propose 12 œuvres de réalité virtuelle en plus de 6 postes d’écoute. Ces derniers, regroupés sous le titre Je t’ai raconté?, sont disséminés dans l’espace et se présentent sous forme de téléphones en libre accès. Après avoir décroché le combiné, on appuie sur l’une des cinq touches du clavier numérique, et une voix nous raconte une histoire qui lui est arrivée. Très intimes, presque troublantes de réalisme, ces œuvres offrent une pause salutaire pour qui aurait la tête qui tourne un peu après avoir enchainé plusieurs séances de réalité virtuelle. C’est immanquable, à chacune des expositions RV que j’ai pu faire au Centre Phi, il m’est arrivé de devoir prendre une pause, car la tête me tournait un peu. Attention, rien de bien dramatique, mais j’imagine avoir une certaine sensibilité physique à la réalité virtuelle.

Mais, qu’en est-il du cœur de l’exposition? Cette fois-ci, et c’est bien agréable, chacune des œuvres dispose d’au minimum deux postes, ce qui limite l’attente que j’ai pu avoir à vivre lors de mes visites précédentes… à un poste, ce peut être long. Les expériences réparties sur les 3 étages durent entre 4 et 30 minutes, avec une médiane se situant aux alentours de 15 minutes, ce qui fait qu’il faut se prévoir un parcours. Le 3 heures mises à disposition des participants ne permettant pas de tout voir, il faut donc faire des choix. Pour ma part, j’ai commencé par Sphères, une œuvre divisée en 3 volets, et annoncée comme le titre phare de l’exposition. Je n’ai pu essayer que le premier volet qui fait le pont entre système solaire et sons. Par la suite, j’ai enchainé différentes œuvres : un documentaire sur la conquête spatiale, une histoire d’amour sous forme de manga animé, un vidéoclip festif sur les rythmes du groupe montréalais Valaire, un conte au croisement entre un Pixar et de la légende amérindienne et bien plus. Au final, plusieurs agréables découvertes.

Petite déception par contre, les œuvres que j’ai pu essayer sont moins interactives que d’autres que j’ai pu expérimenter auparavant. Cela ne gâche en rien l’expérience, mais le visiteur averti évitera une légère déception. Dans tous les cas, j’aimerais souligner mon coup de cœur : Wolves in the Walls. Inspiré d’une œuvre de Neil Gaiman. On suit une jeune fille qui est convaincue que quelque chose se cache au travers des murs. : les amateurs du long-métrage Coraline adoreront.

En somme, si vous avez l’occasion, je vous invite à aller faire un tour à cette nouvelle exposition du Centre Phi, en place jusqu’au 20 janvier. Ouverte du mercredi au samedi de 10h à 21h et le dimanche de 11h à 18h. Notez que comme le temps alloué est de 3 heures, il faut savoir que les entrées se font à toutes les heures jusqu’à une heure avant la fermeture. Finalement, le prix d’entrée est fixé à 25$ par personne avec un tarif à 17,50$ pour les étudiants et ainés et il est possible de réserver pour des groupes, à un tarif préférentiel, les lundis et mardis.

Exprimez-vous
Blogueur

Chaque mois, tel un Indiana Jones urbain, je pars à la découverte des curiosités culturelles montréalaises. Mes chroniques des activités plus insolites me fo...