Tous les articles

Yann Perreau

cover_yann-perreau-795x413

Le fantastique de Yann Perreau

Les Francofolies de Montréal battent leur plein dans le Quartier des spectacles. Parmi les 180 spectacles extérieurs gratuits, Yann Perreau a illuminé la soirée de lundi dernier.

Comme toutes les radios, j’ai passé l’été 2016 à hurler « J’aime les oiseau-au-au-au-au-au-au », mais plus que d’entonner ce joyeux hymne au ras-le-bol, j’ai écouté en boucle l’album Le fantastique des astres de Yann Perreau. J’avais manqué tous ces passages à Montréal depuis la sortie de cet album. Il n’était donc pas question que rate son spectacle gratuit aux Francofolies.

Après une journée caniculaire frôlant les 40 degrés, une brise fraîche a finalement soufflé sur la rue Jeanne-Mance alors que le chanteur est monté sur scène arborant lunettes noires et chapeau à rebord dans un hommage au défunt Leonard Cohen. De Dance me to the end of love la mélodie s’est doucement fondue en l’énergique Baby boom de Perreau. Et de l’énergie, il en dégageait à la tonne. Courant, dansant et sautant sur scène, il en menait large pour enthousiasmer le public jusqu’à s’intégrer à lui en portant sur son dos un système de caméra qui projetait son image sur scène pendant la chanson Conduis-moi.

D’abord rejoint sur scène par la chanteuse Laurence Nerbonne pour l’accompagner à chanter Le train yaya de la nuit, Philippe Brach a suivi, jouant le fou furieux pendant Le bruit des bottes pour finalement être rejoint par Pierre Kwenders et son swag légendaire, torse nu, dans un kimono au fini métallique pour Faut pas se fier aux apparences. Les trois invités ont également interprété chacun une chanson de leur répertoire respectif.

Après avoir entonné en chœur J’aime les oiseaux, la foule s’est laissé emporter au rappel par la jolie balade T’embellis ma vie. Après avoir chanté les paroles « viens donc te baigner tout nu » un mouvement de foule venu de la gent féminine s’est fait sentir et Yann Perreau a pris le temps de raconter une anecdote où une spectatrice lui avait lancé un soutien-gorge lors d’un autre spectacle… pour finalement s’en faire lancer un à nouveau. Une nouvelle tradition est née?

Comme un corps céleste, Yann Perreau a su nous attirer autour de son orbite et nous faire voyager dans son univers.

Ce spectacle sera télédiffusé sur les ondes de Radio-Canada le 3 septembre prochain.

Musique
coupdecoeurfranco733

30 bougies pour Coup de cœur francophone!

Pour ses 30 ans, Coup de Cœur Francophone (CCF) ne fait pas dans la nostalgie mais se permet un petit retour dans le passé avec certains artistes qui ont grandi aux côtés de CCF. C’est le cas de Sylvie Paquette et Richard Séguin qui sont «un petit clin d’œil au temps qui passe» m’explique Steve Marcoux, programmateur du festival depuis 7 ans déjà.

Du 3 au 13 novembre, Coup de cœur francophone présente une multitude d’artistes francophones connus et moins connus dans différentes salles telles que le Club Soda et l’Astral mais aussi le Lion d’Or et le Divan orange. Klô Pelgag, Philippe Brach, Yann PerreauLes Goules, tous des groupes qui ont figurés dans la programmation du festival et qui sont de retour cette année.

stevemarcouxcreditjuliemorin2500

Steve Marcoux. crédit photo : Julie Morin

Le mandat de CCF a toujours été de présenter un panorama créatif de la scène francophone.  C’est pourquoi le travail de Steve en tant que programmateur est d’être bien au courant. À raison de trois à quatre fois semaines, il sort écouter ce qui se joue dans les différentes salles de Montréal aussi bien au club soda qu’au divan orange dans la même semaine et parfois dans la même soirée!

Bien que le festival célèbre ses 30 ans,  chaque édition est digne d’un anniversaire car le financement est difficile, m’explique Steve Marcoux. Alors que le festival amorce sa trentaine, je lui ai demandé qu’est-ce qui a changé depuis son arrivée dans l’équipe. Deux éléments sont ressortis du lot, la série Au cœur de la nuit et le lien entre les artistes et le festival.

La série «Au cœur de la nuit»

Ce volet de la programmation qui offre des spectacles débutant à 22h dans les salles phares de la scène underground de l’Esco, du Quai des brumes et du Divan Orange s’est beaucoup développé.  «C’est un gros morceau de notre programmation. Il y a plein d’artistes qu’on ne connaît pas.  On est content, c’est un bel espace de découverte.», me dit Steve. C’est dans ce volet qu’on peut découvrir ou revoir Vincent Appelby, le trio comique Bleue jeans bleu et le groupe folk Bolduc Tout Croche entres autres.

Bleu Jeans Bleu

Bleu Jeans Bleu

Le lien entre CCF et les artistes

Plus qu’auparavant, le lien entre les artistes et le festival est plus solide. Bien que certains artistes pourraient se louer une salle d’eux-mêmes et la remplir sans problème, ils décident plutôt de collaborer au festival. Karim Ouellet, Avec pas d’casque, pour ne nommer que ceux-ci, sont des exemples d’artistes qui retournent aux côtés de CCF. «On réussit à garder un lien avec des artistes qui pourraient se présenter d’eux-mêmes. Ils sont fières de faire partie de Coup de cœur.», explique Steve.

Avec pas d'casque. crédit photo Jérôme Guibord

Avec pas d’casque. crédit photo Jérôme Guibord

Finalement, chaque année après les festivités, un artiste fait ensuite une tournée canadienne jusqu’en décembre. Cette année, c’est Philippe Brach qui ira performé dans des communautés francophones de partout au Canada grâce à CCF.

Découvrez la programmation complète du festival juste ici.

Musique
IMG_7205733

Galerie photo : Fête nationale du Québec à Montréal

Le 23 juin dernier sur la Place des Festivals se tenait le traditionnel spectacle pour la Fête nationale du Québec. Animé par Louis-José Houde, de nombreux artistes en solo ou en duo ont donné tout qu’un spectacle ; Yann Perreau, Les Soeurs Boulay, Brigitte Boisjoli, Éric Lapointe et son protégé Travis Cormier de La Voix, Jean-Pierre Ferland, Koriass et Samian.

Musique
MEF_2014_NYE

Profiter des joies d’un début d’hiver sans neige à la place Jacques-Cartier

Difficile de se sentir dans l’esprit du temps des Fêtes par ce doux mois de décembre. Heureusement, notre belle ville accueille depuis quelques semaines déjà le très couru événement Montréal en Fêtes, de quoi s’imprégner de cette période festive. Au menu, une tonne d’activités gratuites à faire à l’extérieur, mais surtout le meilleur reste à venir, car qui dit temps des Fêtes dit bien sûr généreux soupers de famille, avalanche de cadeaux, rafales de séries-télé et immanquablement, party du Jour de l’An! La Vitrine a eu la chance de s’entretenir rapidement avec Dimitri Soudas, président de l’événement. De son avis, le party du Jour de l’An de Montréal en Fêtes est la cerise sur le sundae ou encore l’étoile sur le sapin qui clôturera cette belle initiative de l’organisme. Et on est aussi de cet avis, quand on entend les noms de Cœur de Pirate, Bernard Adamus, Dumas et Yann Perreau qui feront lever la foule sur la place Jacques-Cartier le 31 décembre.

Quels sont vos objectifs pour l’événement cette année?

Notre objectif premier, toujours en tant qu’organisation à but nonlucrative, est de produire une belle expérience pendant le temps des Fêtes, pendant Noël et bien sûr, la veille du Nouvel An. La majorité de ce que nous faisons est offerte gratuitement, dont le party du Nouvel An, où il y aura 70 000 personnes cette année. Il y a le marché de Noël, que nous faisons pour la première fois et qui est vraiment extraordinaire. Il y a des activités gratuites pour les enfants, que ce soit le cinéma des Fêtes en plein air, le porte-vœux, les zones chaleureuses, le cool yoga… Nous avons aussi une ligne téléphonique où les enfants peuvent parler directement au Père Noël et à ses lutins. Alors, l’objectif premier c’est une belle expérience pendant le temps des Fêtes au Vieux-Port et au Vieux-Montréal. Et bien sûr, c’est probablement sur le plus beau site en Amérique du Nord!

Pour ce party du Jour de l’An, décrivez-moi un peu l’itinéraire de la soirée et pourquoi votre choix s’est arrêter sur des chanteurs d’une plus jeune génération?

Je dirais que Dumas, Yann Perreau, Bernard Adamus et Coeur de Pirate, en effet c’est une plus jeune génération et c’est la troisième année que nous faisons le party du Nouvel An. Au début, on avait entre 35 000 et 40 000 personnes, l’année passée, on avait plus de 50 000 personnes et cette année, 70 000 personnes. Les gens qui viennent ont de 18 à 45 ans, alors c’est le type de musique qu’ils écoutent et on veut s’assurer qu’ils aient une belle soirée. Bien sûr, aux douze coups de minuit, il y aura des feux d’artifice Coca-Cola. Nous allons ensuite avoir le DJ VitoV qui va jouer de la musique, les gens vont pouvoir célébrer et danser jusqu’à deux, trois heures du matin.

Avez-vous des coups de cœur dans la programmation de Montréal en Fêtes 2015?

Chaque fin de semaine, du jeudi au dimanche, le marché de Noël est ouvert, c’est la première fois qu’on fait le marché de Noël tel quel. Premièrement, il faut savoir que le vrai Père Noël est à notre marché alors les jeunes peuvent venir le rencontrer et prendre des photos. Si les gens sont à la recherche de cadeaux uniques ou même de venir acheter leur sapin de Noël, c’est disponible à notre marché. Le marché de Noël c’est l’endroit idéal pour ceux qui adorent l’art, parce que c’est une opportunité de venir rencontrer des marchands, des artistes et des artisans québécois. S’ils veulent découvrir des produits confectionnés à la main, c’est vraiment quelque chose de très unique et c’est un espace qui est entièrement repensé et campé sur la place Jacques-Cartier. Il y a une belle ambiance visuelle et sonore qui fait que les gens sont contents de venir et de faire leur magasinage. Alors, encore une fois, c’est du 3 au 20 décembre, du jeudi au dimanche. Et comme j’ai dit un peu plus tôt, à part du marché de Noël, il y a plusieurs activités gratuites comme le cinéma en plein air, du jeudi au dimanche, on joue des films et les gens peuvent venir avec leur chocolat chaud et une couverture. Il y a aussi un grand porte-vœux, les gens peuvent le tenir dans leurs mains, formuler leur souhait et tout le monde peut les entendre.

Des festivités comme celles-ci pour Montréal on en voudrait à toutes les saisons, est-ce qu’il y a des nouveaux projets qui s’annoncent en 2016 pour la scène artistique?

En tant qu’organisation Montréal en Fêtes, notre période d’activation est le mois de décembre et de janvier, pendant le temps des Fêtes, Noël et le Jour de l’An. Mais bien sûr, Montréal est une ville cosmopolite, culturelle, de niveau international, donc il y a toujours quelque chose à faire Montréal pendant toutes les saisons.

Pour voir toute la programmation de l’événement Montréal en Fêtes, on clique ici. Et je vous laisse sur une magnifique vidéo du party du Jour de l’An 2014, voir le Maire Coderre faire un câlin à la chanteuse Stéphanie Boulay (#spoiler) ça redonne envie de croire à la magie de Noël pour notre Montréal pas encore tout à fait blanche.

Musique
Crédit photo : Sandra Raymond

La St-Valentin avec Yann Perreau « À genoux dans le désir » ?

Voici longtemps que j’entends parler de Yann Perreau, que je m’intéresse à sa musique et que j’aime l’artiste. J’étais curieux de le découvrir davantage. Je lui ai donc proposé une rencontre en face à face pour discuter du spectacle qu’il présentera jeudi le 14 février à la Tulipe. C’est attablés dans un café que nous évoquerons également son récent album paru en octobre dernier, « À genoux dans le désir ».

Jason : Est-ce que c’était voulu de présenter ce spectacle pour la St-Valentin ?

Yann : C’est arrivé comme ça. J’avais vu Malajube qui faisait toujours leur lancement à la St-Valentin et je trouvais ça cool. Ce n’est pas une fête à mon avis très importante pour les gens de ma génération. Le soir d’un show, tu veux inviter ta blonde ou tu veux inviter ton chum à un show cool avec de l’ambiance, j’trouve ça cool. J’suis reconnu pour faire des chansons qui traitent des relations et l’album « À genoux dans le désir » en parle beaucoup. Je trouvais que c’était une bonne date … !

Jason : As-tu des atomes crochus avec la salle de spectacle La Tulipe ?

Yann : Oui, j’aime cette salle. J’ai d’ailleurs fait le lancement de mon album « Le serpent sous les fleurs » dans cette salle. Elle est bien disposée pour le genre de show que j’offre. Je suis un grand fan de l’époque des cabarets et de son style vieillot qui offre une belle ambiance. C’est un vieux théâtre, anciennement le Théâtre des Variétés. Il y a de l’histoire! Je la trouve aussi assez centrale (Papineau/Mont-Royal).

Jason : Ton nouvel album tourne autour du poète Claude Péloquin. Pourquoi ?

Yann : Claude m’avait approché à l’automne 2009 en me donnant une pile de texte et il m’a dit : « on fait un show ensemble ». Au fil du temps je me suis mis à composer des tounes … je me suis dit que, tant qu’à monter des tounes, j’allais faire un disque. Pis tant qu’à faire un disque, ben on va faire des shows. Claude m’a laissé beaucoup de liberté. J’ai pu jouer dans les textes et les travailler pour en faire des chansons qui me ressemblent tout en respectant son œuvre. Finalement, ça a donné un album éclectique et j’ai invité plein de filles à chanter avec moi et plein de musiciens. Un genre de gros party.

Jason : Pour toi, le fait que l’album en entier soit composé de duos avec des filles, est-ce que c’est arrivé naturellement ou tu l’avais prévu ?

Yann : C’est arrivé au fil du temps. Après avoir présenté une maquette de cinq tounes sur laquelle je faisais moi même mes « back vocals » à Bonsound, ils m’ont dit : « Pour Merci la vie (une chanson plutôt électro/trans), as-tu pensé à faire chanter Ariane Moffat là dessus ? Me semble que ça lui ressemble. » Après, j’ai demandé à Catherine Major pour Vertigo et c’est là que l’idée a déboulé. Ensuite, j’ai demandé à Salomé Leclerc, Marie-Pier Arthur, Lisa Leblanc.

Nouveau vidéoclip « Les temps sont au galop » (avec Marie-Pierre Arthur)

Jason : Et ton prochain disque, tu y penses déjà ?

Yann : Pour ce projet-là, j’suis allé large pas mal. Je voulais voir ce que ça ferait d’aller vers le funk et ça a donné la chanson La goutte. J’suis parti des textes d’un poète et ça me permettait d’essayer des affaires. J’avais une certaine distance et en plus c’est à l’image du côté éclaté du poète. Après avoir fait le disque, j’ai beaucoup lu sur Péloquin pour savoir qui il est. J’suis content de ne pas avoir fait ça avant de faire le disque parce que je pense que ça m’aurait trop influencé. J’ai l’impression que ce sera un pont vers mon prochain album.

Jason : Parle moi un peu d’Alex Nevsky

Yann : Lui et moi on est devenu amis bien avant qu’il me demande de devenir le réalisateur de son premier album. C’est d’ailleurs le premier album que je réalisais. Je lui ai donné un coup de main pour écrire des tounes, pour monter un premier disque et lui m’a fait faire mes classes en tant que réalisateur. Depuis, j’ai fait ça au studio Chenapan  et maintenant j’en suis devenu co-propriétaire.

Jason : Donc je comprends que la réalisation d’album c’est quelque chose que tu as aimé faire. Tu vas récidiver ?

Yann : Ah oui j’tripe !

Jason : À quoi va ressembler ton show du 14 février ?

Yann : Ce sera un show en trio mis en scène par Michel Faubert. Je serai accompagné de Sarah Bourdon (guitare, basse, clavier, voix) et Jean-Alexandre Beaudoin (guitare, banjo). Moi je joue du drum, du piano, de l’accordéon. C’est vraiment un show dynamique, ça bouge. Il y a des bouts très rock, d’autres tout en douceur. Dans la mise en scène, il y a du théâtre d’ombres et de la projection. C’est ludique et sans prétention. Pour une soirée de St-Valentin, je trouve que ça « fit ».

J’étais au lancement en octobre passé au Club Soda et j’ai eu un coup de cœur pour cet artiste intègre. Je suis déterminé à suivre son chemin sans compromis. Je suis définitivement curieux de voir comment les chansons ont évolué depuis. Je vous invite donc à vous faire un cadeau de St-Valentin sous le signe de l’amour, de l’art et des mots. Offrez-vous une soirée  avec Yann Perreau et sa musique.

Crédit photo : Sandra Raymond

Musique