Tous les articles

Quartier des spectacles

monsieuribrahim_733

Le courage de la tolérance

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran a d’abord été un roman, puis un film et finalement une pièce. Pour terminer sa tournée dans la province en beauté, Éric-Emmanuel Schmitt vient défaire ses valises dans la salle du Théâtre du Nouveau Monde. Cette pièce, on ne savait pas qu’on en avait besoin. C’est un petit coin de rue Bleu qui n’est pas bleu et de croissant de mer qui vient se glisser dans notre hiver québécois. C’est un garçon devenu un homme qui se lie d’amitié avec un épicier pas vraiment arabe (car être arabe, c’est être ouvert de 8h le matin à minuit et même le dimanche dans le domaine de l’épicerie), pas vraiment musulman, un peu spirituel, mais surtout, qui sait ce qu’il y a dans son Coran.

Éric-Emmanuel Schmitt n’est pas un acteur. C’est un écrivain. C’est pourquoi se sont les mots qui sont mis de l’avant dans cette représentation théâtrale. Le moment devient aussi simple que s’asseoir dans le noir et se faire narrer une histoire, comme un enfant qui se ferait raconter un conte avant de s’endormir. Le vocabulaire un peu littéraire de la pièce n’alourdit pas la représentation, mais lui sert plutôt par ses descriptions détaillées. Il est ainsi facile de se transporter dans l’imaginaire créé par l’auteur.

Les nuances de jeu sont subtiles. Éric-Emmanuel alterne entre les différents personnages de la pièce avec un léger changement de ton et d’accent. Sa voix nous envoûte et nous donne envie de fermer les yeux afin de mieux partir en voyage, nous aussi, avec monsieur Ibrahim et le petit Momo. La scénographie est très simple et évocatrice des différents lieux relatés dans l’histoire. Un coin bureau, pour la bibliothèque de son père et son appartement, un coin épicerie où se passent ses rencontres avec monsieur Ibrahim, un coin intimiste pour ses rencontres avec les prostitués de la rue Paradis et, en fond de scène, un coin de ciel, de sable, d’ailleurs. Éric-Emmanuel Schmitt fait évoluer Moïse entre ces lieux où, petit à petit, il devient un homme.

monsieuribrahim_500

Malgré la performance inégale du micro et quelques accrochages de texte, choses que le public semblait très enclin à pardonner étant donné que l’acteur est seul sur scène pendant le 1h50 que dure la pièce, la pièce vaut le déplacement. C’est une pièce qui perce le gris de l’hiver et prouve au public que le fait d’être juif, chrétien ou musulman n’est pas censé être une barrière entre les individus. Au contraire, cela peut être une fenêtre sur la découverte, l’expérience, l’apprentissage. Une fenêtre où un juif qui lit le Coran dépasse l’indifférence d’un père et l’absence d’une mère.

La pièce Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est présentée au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 5 mars.

 

Théatre
notman2_733x387

Le Musée McCord prend part au projet mondial Inside Out!

Le Musée McCord participe présentement au projet mondial Inside Out en mettant un visage sur 21 visionnaires qui participent activement au développement de notre ville dans une série de portraits affichés « hors les murs ». Œuvrant dans les domaines des arts et de la mode, du design et de l’urbanisme, du milieu communautaire et sociétal ou encore touchant aux nouvelles technologies, le travail de ces créateurs nous inspire et nous invite à repenser nos façons de faire et notre implication. Situés dans 4 sites extérieurs, vous aurez jusqu’au 26 février 2017 prochain pour être témoin de cette affichage murale réalisée.

Chaque action de groupe Inside Out à travers le monde est documentée, archivée et publiée sur le site internet officiel du projet. Plus de 260 000 personnes ont déjà pris part au projet et ce dans plus de 129 pays.


 

Entrevue avec Cindy Boyce, photographe derrière les 21 portraits du projet Portraits de visionnaires montréalais – Hommage à William Notman du Musée McCord

  1. Lorsque le Musée McCord t’a approchée pour ce mandat, étais-tu déjà familière avec le projet Inside Out et les projets artistiques de JR?

J’étais familière avec JR (l’artiste) et ses portraits Inside Out, mais je n’étais pas au courant de son passage aux conférences TED et de la démarche complète derrière son projet.

  1. Qu’est-ce qu’il y a de plus difficile dans l’art de faire un portrait?

L’enjeu le plus important est de mettre à l’aise son sujet: il faut l’amener à donner tout ce qu’il a, à se détendre et à nous faire confiance. La séance photo n’est pas une activité que l’on fait tous les jours et donc le processus peut sembler intimidant. Il en revient donc au photographe de créer une atmosphère chaleureuse et d’établir un contact avec le sujet pour développer son aisance devant la caméra.

  1. Qu’aimes-tu le plus dans l’art de faire un portrait?

Rencontrer une personne et la mettre en valeur! Peu importe le projet, j’essaie toujours que le résultat final soit à la hauteur du talent et de la personnalité de la personne photographiée; je veux faire ressortir tout ce qu’il y a de meilleur chez elle.  Partager ce moment privilégié, c’est une chose que je chéris beaucoup.

  1. Comment approches-tu un sujet lors d’une séance portrait? Quelles poses, quels conseils, quelles astuces utilises-tu?

J’essaie de le mettre à l’aise en lui parlant, en le faisant bouger pour qu’il varie ses expressions. Je lui montre aussi, dès le début, les images tests afin qu’il voit et comprenne le résultat voulu. Durant une séance photo, j’essaie que tout le monde s’amuse et vive un beau moment. À la fin du processus, je dévoile toujours les clichés au modèle, comme ça il a l’heure juste sur l’image qui sera véhiculée.

  1. De manière personnelle, comment crois-tu que l’art change ta vie au quotidien?

La photographie est un médium qui m’inspire au quotidien, m’ouvre aux autres et me permet d’être attentive à la beauté des petites choses, aux détails.

  1. Parmi les 21 Portraits de visionnaires montréalais que tu nous présente dans cette exposition, quelle histoire ou quelle cause est ton coup de cœur ?

Dans le cadre de ce projet, j’ai eu la chance de photographier 21 personnes aux visions plus stimulante et intéressante les unes les autres, alors la question est difficile! Je répondrais par contre avoir été témoin du travail extraordinaire de Maxim et Jérôme, cofondateurs de La Pépinière, en visitant à plusieurs reprises le Village du Pied Courant au cours des dernières années. Ces garçons ont vraiment réussis à créer un contexte propice à la réappropriation des lieux et à intégrer la population au cœur de leur projet. Ils sont un bel exemple d’innovation communautaire.

Je soulignerais aussi l’implication et le travail de Nahid Aboumansour de l’organisme Petites-mains, qui offre des formations professionnelles, du soutien et une prise en charge pour les femmes immigrantes les plus démunies afin qu’elles s’intègrent et vivent dignement. Nahid fait un travail colossal, c’est une femme très inspirante.

Coup de coeur aussi pour la Fée du Mile End, Patsy! On dit toujours qu’on veut changer le monde, mais commencer par son quartier, c’est une opération à plus petite échelle nettement significative.

  1. Quel est l’intérêt selon toi pour les œuvres d’être “hors murs” ?

Tous les gens présentés dans cette série ont donnés tellement à Montréal, je trouve que c’est un beau cadeau que de les afficher sur les murs de la ville en retour. Dans la rue, l’art est accessible, tangible.

  1. Est-ce que tu penses que l’art à ce pouvoir mobilisateur ?

Oui définitivement. L’art permet de rassembler et de mobiliser les gens à une cause, un mouvement, un loisir, un objet, un intérêt, etc. Il crée des liens, il ouvre des portes. Un exemple très concret serait justement ce projet. Le Musée McCord a réussi à mettre en relation 21 personnes qui ne se connaissaient pas nécessairement personnellement dans ce projet. Tous et chacun ont pu raconter leur histoire, tisser des liens, créer des opportunités.

L’installation Hors les murs Portraits de visionnaires Montréalais – Hommage à William Notman est présente dans 4 lieux extérieurs de la métropole jusqu’au 26 février 2017.  Rendez-vous au sur le site de La Vitrine pour connaître les emplacements et découvrir les profils des visionnaires.

Musée Exposition
cassenoisette_733

Casse-Noisette: un classique féerique

Jeunes et moins jeunes étaient réunis samedi dernier pour la première de Casse-Noisette. Le temps d’un après-midi, les spectateurs ont été submergés par la magie de Noël.

Le spectacle présenté depuis plusieurs années par les Grands Ballets Canadiens de Montréal, ouvre avec la scène familiale, la veille de Noël, durant laquelle les convives s’échangent de jolis cadeaux. La petite Clara reçoit le fameux casse-noisette de la part de son oncle. Après la fête, les enfants et les parents épuisés vont dormir. Dans la chambre de Clara, durant son profond sommeil, nous sommes témoins d’une féroce bataille entre souris et soldats. Afin de sauver Clara, le casse-noisette se transforme en prince. Ce charmant jeune homme mènera Clara dans un monde féerique où la magie opère.

Les spectateurs ont été épatés par les nombreuses chorégraphies. Les applaudissements retentissaient à la fin de chaque numéro. La maîtrise des danseurs, la complexité et la diversité des numéros ne cessaient d’éblouir le public.

Les décors du spectacle qui avait lieu à la salle Wilfrid-Pelletier étaient tout simplement majestueux. Les faits marquants de cette composition sont l’immense sapin qui semblait sans fin ainsi que le pays des neiges. L’orchestre des Grands Ballets Canadiens de Montréal a contribué à créer une atmosphère enchanteresse tout au long des différents actes.

Ce classique du temps des Fêtes est présenté ‪jusqu’au 30 décembre 2016 à la Place des Arts.

Galerie photos par Renaud Vinet-Houle

Danse
modeetdesign733

À ne pas manquer à Mode & Design

Jusqu’au 20 août profitez du rendez-vous annuel attendu avec tant d’impatience par les fans du Festival mode et design ! Cet évènement d’envergure à ciel ouvert et unique au monde, avec une programmation gratuite et payante, rassemble autant les curieux que les grands connaisseurs. La Vitrine vous fait part de ses suggestions afin de profiter du festival à son maximum !

Conférences

Depuis quelques années le festival est aussi reconnu pour sa vaste sélection de conférences de qualité avec plusieurs personnalités en mode et en design. Cette année vous aurez la chance de pouvoir en apprendre davantage sur le photographe des stars, Max Abadian, présent ce soir pour une conférence qui sera suivie par la rencontre de deux grandes dames  avec nul autre que Lise Watier et Jeanne Beker. Demain, l’horaire promet d’être très captivant avec entre autre l’architecte paysager Claude Cormier, Trouble Andrew, un artiste multidisciplinaire et Charlie le Mindu un pro de la Haute Coiffure qui a notamment signé les coiffures de la célèbre Lady Gaga.

lisewatierjeannebekker

Défilés

Les fans de mode qui aiment découvrir les nouvelles tendances seront rassasiées grâce aux fabuleux défilés présentés au Quartier des spectacles, gratuits et ouverts à tous ! Ce soir, Féline Dion semble piquer la curiosité de plusieurs, peut-être y verrez-vous des chats défiler. Demain, la friperie Citizen Vintage fera un défilé-spectacle musicale-vente. Vendredi, un incontournable du festival, le défilé du Collège Lasalle présente YUL > BCN. Pour les travailleurs au centre-ville, un défilé aura également lieu à midi le jeudi 18 août dans le Complexe Desjardins. À noter aussi qu’à tous les soirs à 18h, des prestations musicales de différents artistes ont lieu sur La Place des Festivals. On souligne d’ailleurs la présence de Paupières à ne pas manquer ce samedi !

Pop-up Boutiques

Jusqu’à samedi, vous pouvez retrouver sur le site du Festival Mode & Design, sur la Place des Festivals, des Pop-Up Boutiques de différentes boutiques locales. Vous pourrez découvrir les créations de Général 54, Boutique Ethik, Citizen Vintage, Atelier New Regime et Unicorn.

boutiquepopup

Sachez que Mode et Design se retrouve aussi en dehors des murs du Quartier des Spectacles, notamment au musée McCord avec l’exposition Eleganza – La mode italienne de 1945 à aujourd’hui présenté jusqu’au 25 septembre. Des soirées sont aussi organisées au Casino de Montréal les 18 et 19 août prochain sous le thème de bingo et talons hauts. Une façon originale de sa pavaner dans ses plus belles tenues après les défilés au Quartier des spectacles !

 

Design Mode
IMG_0768733

Galerie photo : Meiway & Le Zo Gang

Hier avait lieu la dernière soirée du Festival International Nuits d’Afrique et pour clôturer cette 30e édition, le festival avait invité Meiway & Le Zo Gang sur la scène Loto-Québec. Meiway, une des plus belles voix du continent africain, offrait aux spectateurs différents folklores du sud de la Côte d’Ivoire habillé de sons modernes.

 

Musique
IMG_7205733

Galerie photo : Fête nationale du Québec à Montréal

Le 23 juin dernier sur la Place des Festivals se tenait le traditionnel spectacle pour la Fête nationale du Québec. Animé par Louis-José Houde, de nombreux artistes en solo ou en duo ont donné tout qu’un spectacle ; Yann Perreau, Les Soeurs Boulay, Brigitte Boisjoli, Éric Lapointe et son protégé Travis Cormier de La Voix, Jean-Pierre Ferland, Koriass et Samian.

Musique
IMG_5346733

Galerie photo : Francofolies 2016

Les FancoFolies 2016 se sont conclues samedi le 18 juin. Vendredi, le 17 juin, notre photographe Renaud Vinet-Houle s’est organisé toute une soirée de couverture afin de profiter au maximum du festival. Retour sur toute une soirée musicale francophone!

Il a débuté avec Philippe Brach sur le scène Ford à 20h, où le chanteur offrait à la foule son folk lubrique et les textes corrosifs de son second album Portraits de famine. La soirée se poursuivait sur la scène Bell avec Galaxie accompagné de Marie-Pierre Arthur.  Le groupe de l’année au Gala de l’ADISQ en 2015 s’est joint à la chanteuse pour créer un super groupe de rock québécois. Finalement, le tout s’est terminé au Métropolis où Karim Ouellet présentait son petit dernier Trente précédé de Claude Bégin en première partie.

 

Musique
mutek733

À voir et à faire à Mutek17

L’été est finalement arrivé, et qui dit été à Montréal, dit lot de festivités ! Toujours paré à répondre aux attentes des adeptes de musiques électroniques et de créations numériques, le festival Mutek propose avec sa 17e édition une programmation éclatée. Artistes canadiens et internationaux, émergents et établis se côtoieront du 1er au 5 juin dans plusieurs lieux du Quartier des spectacles. Vous manquez de temps et voulez profiter au maximum de l’expérience ? Pas de panique, nous vous offrons une couverture des soirées et des évènements à ne pas manquer !

Pour démarrer en beauté, le festival vous propose, le mercredi 1er juin, une performance du maitre londonien de la techno Lee Gamble, accompagné de l’animateur et motion designer Dave Gaskarth. Cet évènement prend place dans le cadre des Nocturnes du Musée d’art contemporain, qui se déploieront tout au long du festival. En plus de pouvoir contempler l’exposition rétrospective de l’artiste québécois Edmund Alleyn, le musée vous offre une programmation double : dans la salle principale et dans la salle BWR au -1. On vous conseille également la performance sensorielle aux effets de brouillards et aux éruptions lumineuses de l’artiste sonore canadien, Tim Hecker, lors de la Nocturne 2.

Expérience au Jardin Gamelin

Expérience au Parterre de Quartier des Spectacles

Comme à l’habitude, le festival conquiert l’espace du Métropolis avec deux soirées enflammées, issues d’une collaboration avec le Red Bull Music Academy. Au menu, une programmation éclectique de techno big room avec des live sets inédits d’artistes internationaux, dont : Function (3 juin), pionnier de musique underground en résidence au célèbre Berghaim de Berlin ; Lakker (3 juin), un duo irlandais aux sonorités dub-techno ; et le producteur de tech house Barac (4 juin), en provenance de Bucarest.

Mutek vous offre également la chance de vivre des expériences audiovisuelles hors du commun à la salle Pierre-Mercure, lors des sessions A/VISIONS. Le samedi 4 juin, le festival accueille en première mondiale la performance Dark Hearts Of Space des artistes russes installés à Berlin, Dasha Rush et Stanislav Glasov. Développée avec le Banff Center, cette dernière explore, à travers la musique et les arts visuels, les effets poétiques des trous noirs.

Pour les incertains qui n’ont pas encore la piqûre du festival, les fins d’après-midis Expériences, présentées gratuitement au Parterre du Quartier des spectacles, sont une bonne option découverte. On vous recommande, notamment, celle du 4 juin avec Machinedrum, artiste américain connu également sous son récent projet Aden. L’as de la versatilité offre des live sets aux accents techno, jungle, hip-hop et footwork.

piknic

Enfin, c’est encore sous l’Homme de Calder que se couronnera dimanche la 17e édition du festival, en raison de sa collaboration avec le Piknic Électronik. Quoi de plus plaisant que de vibrer aux rythmes de la musique acid house de Josh Wink, sous le soleil du parc Jean Drapeau ?

Mutek c’est aussi une programmation de jour avec des ateliers, des conférences et une exposition de réalité virtuelle au Centre Phi. Du 1er au 5 juin, cet évènement promet d’être aussi varié qu’exalté ! Et pour les billets, on fait quoi ? Tout ça est en vente sur le site de La Vitrine ! Alors, ça vous tente ?

Musique
Mode_Design23733

Galerie Photos : Lancement Mode et Design

Mercredi soir, le prestigieux festival Mode et Design a dévoilé sa nouvelle programmation qui promet d’être pour le moins époustouflante! Du 17 au 22 août,  nous vous attendons dans le Quartier des spectacles! Cet événement d’envergure à ciel ouvert en plein cœur du centre-ville de Montréal célèbre la créativité et la culture tant à l’échelle nationale, qu’internationale. [crédit photo : Mathilde Carpentier]

 

Design Mode
sdcquartierlatin_oumf3

September with a little OUMF

You know what they say: all good things must come to an end. August is over. There’s a subtle change in the depth of the weather. Although some days are still awkwardly hot and humid, fall is peeking through in the winds; sometimes you can even smell it. The nights are shyly colder and crisper, school is just around the corner, and in no time we’ll see leaves burst into colors. I apologize for breaking this out to you, but summer’s almost over. No need to frown, however! Montreal, as always, has got your back and has found a way to stretch out summer by a few days, to help us with our grief. From September 4th to 6th, the OUMF festival will shine through and make you relive your best summer days.

OUMF is a festival of emergent arts, taking place at the Quartier des Spectacles on Saint-Denis Street for three days. Artists of all kind, from all around town (and more) will gather their talents and creativity to offer you the most open-minded and heartfelt of all performances. Even you can partake in the activities! Some interactive projects are part of the program, such as OUMF ta rue, which takes place during the whole festival between 5PM and 9PM. The event lets anyone choose between two mediums, gouache and chalk, to transform Saint-Denis into a wonderland of ephemeral works of arts. You are also invited to participate in what I like to call “the most visually satisfying activity of all times”, the Silent Disco. On the 4th and the 5th, at 11PM on the Scène Principale, anyone who’s in for a good time can gather around together, put on headphones and dance like there’s no tomorrow to music only they can hear.

sdcquartierlatin_oumf1

In addition to many other interactive activities, the festival is full of musical performances by artists you already know and love, or that you should get to know and love. You also get to witness dance performances – keep an eye open for those Kif Kif sisters – movie showings, visual entertainments, improvisation matches (the LNI will be on from 5PM to 7PM on Thursday the 4th at the Grande Bibliothèque) and many more. It is such a wonder to have all of this art vibrate so widely and so freely; it’s a delight to think about how many faces OUMF is going to bring a smile upon.

Do yourself a favor, go take a careful look at the program schedule, and let your senses be tickled and stimulated before the cold takes over. There will be plenty of time to stay inside and cozy up in your pajamas; now is the time to enjoy the last stretch of life summer has to give and be part of this wonderful gathering of talents and creativity.

OUMF. SEPTEMBER 4TH TO 6TH. BE THERE OR BE SQUARE.

Variétés