Tous les articles

Misteur Valaire

valaire733

On fait le Oobopopop!

Le 1er mars dernier, dans le cadre de Montréal en Lumière, c’était soir de première montréalaise pour le groupe Valaire au Club Soda qui s’est rapidement changé en piste de danse tropicale!

Le chanteur Kahli Abdu a d’abord réchauffé la salle en première partie et a donné le ton à une soirée qui s’annonçait complètement groovy.

Si Valaire, ou Misteur Valaire jusqu’à tout récemment, a perdu la moitié de son nom, il n’a absolument rien perdu de son énergie sur scène. Enchaînant les pièces de son dernier album aux accents tropicaux Oobopopop, les garçons originaires de Sherbrooke ont fait danser la foule de la première à la dernière note grâce à leur électro soul pleine de cuivres. Le groupe a également repris quelques succès de son album Golden Bombay paru en 2010, au grand plaisir des spectateurs qui entonnaient les paroles. La température a monté d’un cran lorsque les collaborateurs de l’album Alan Prater et Pierre Kwenders sont montés sur scène pour se joindre au spectacle, maintenant devenu party.

album_oobo_500

Et visuellement ? Des panneaux lumineux diffusant des messages, des vestes exotiques, des combinaisons d’aviateurs et… des surprises. De quel genre ? Vous savez ces grands bonshommes soufflés qui bougent dans tous les sens et qui sont souvent mis pour attirer l’attention près des centres commerciaux ? De ce genre-là. Qui se déploient soudainement pendant une chanson. Un beau clin d’œil kitsch qui soulève une foule. Ou encore, après une pause de quelques minutes, les garçons sont revenus sur scène avec des marionnettes géantes à leur effigie qui ont parcouru la salle de main en main.

Pendant cette soirée, on a dansé, on a chanté, on a sauté et on a eu chaud. C’est ça Valaire!

Ils sont présentement en tournée. Ils seront de passage le 1er avril à La Chasse-Galerie.

Musique
MTLenlumiere13

Montréal en lumière en 4 temps

Pour sa 17e édition, le festival Montréal en lumière présenté du 18 février au 5 mars promet une belle diversité d’activités. De plus, cette année, c’est la ville chinoise de Shenzhen qui est à l’honneur et teinte la programmation. Le festival propose des activités pour tous les goûts et tous les âges afin de mettre en avant-plan la richesse culturelle montréalaise. Montréal en lumière c’est l’un des plus grands festivals d’hiver au monde. Un bon moyen d’oublier, pour un instant, les aléas de Dame Nature.

L’art et le spectacle
Les arts de la scène font partie intégrante du festival. Nous aurons droit, entre autres, à des prestations musicales, des pièces théâtrales uniques et des expositions extravagantes. Ce sera également une occasion de découvrir la musique classique, les arts du cirque, la danse et même l’improvisation.

L’auteure-compositrice-interprète française Zaz offrira une prestation le 23 février à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts et présentera quelques morceaux de son dernier opus Paris. Sa voix grave et rauque vous donnera envie d’aller déambuler le long de la Seine. Toujours dans la lignée musicale folk, Peter Henry Phillips, qui a jadis collaboré avec DJ Champion et Jorane, vous transportera le 25 février prochain au Club Soda dans son univers réconfortant. Sinon, allez vous réchauffer sous la musique électro-pop de Foxtrott le 26 février également au Club Soda.

L’exposition Spazuk propose des œuvres uniques concoctées à partir de la suie. Un résultat impressionnant et inusité. L’exposition est présentée tous les jours durant le festival à la Maison du Festival. Il y a également une bande dessinée théâtrale s’intitulant Louis Riel : A comic-strip stage play, basée sur l’oeuvre de Chester Brown, acclamé par la critique, qui sera présentée du 25 au 27 février au Théâtre La Chapelle.

Les foodies
Une autre belle façon de profiter du festival est de s’initier à la gastronomie. Plusieurs restaurants mettront notamment l’emphase sur la cuisine asiatique en l’honneur de Shenzhen. L’idée derrière cette initiative est de créer des jumelages et de proposer des mets suite à la rencontre des chefs de Shenzhen et de Montréal.

Vous pourrez déguster de la raclette à volonté au Bistro Beaver Hall ou bien manger un repas gastronomique où la truffe sera à l’honneur à la Brasserie T! Pour les amateurs d’huîtres, vous pourrez prendre part, tous les vendredis du festival, aux 5 à huitres à la Place des Festivals et déguster un vin parfaitement harmonisé. Durant la semaine de relâche, plusieurs établissements participeront à l’initiative Paie ton âge qui permet de faire découvrir des mets aux enfants et aux adolescents de 16 ans et moins dont leur repas s’élève au prix de leur âge !

Crédit photo : Renaud Vinet-Houle

Crédit photo : Renaud Vinet-Houle

Se divertir gratuitement
Cette année encore, vous pourrez profiter d’un tour dans la Grande Roue ou dans la glissade à la Place des Festivals qui seront toutes les deux illuminées. Sur place, vous pourrez en profiter pour prendre un verre ou casser la croûte au bar à grilled cheese. Vous aurez également l’occasion de visiter la station interactive Artlux qui permet aux participants de créer des œuvres numériques projetés en direct. Pour les curieux, plusieurs artistes s’exposent, dans leurs disciplines respectives dans le cadre de L’art érotique s’expose à l’ARTVstudio.

Une nuit sans fin
Pour une 13e année consécutive se tiendra la Nuit Blanche, qui propose aux adeptes de la vie nocturne des activités jusqu’aux petites heures du matin dans trois quartiers de Montréal. La Nuit Blanche se tiendra le samedi 27 février prochain. Un rendez-vous qui a su faire des adeptes depuis quelques années. Étant organisé en collaboration avec la STM, vous aurez l’occasion de profiter du réseau de transport ouvert toute la nuit. Plus de 200 activités, pour la plupart gratuites, vous sont proposées.

Le Elvis Gratton Picture Show est très attendu. Il s’agit d’un montage du premier film d’Elvis Gratton sous la musique rythmée de Misteur Valaire qui sera en prestation live. Cette expérience se veut très interactive et souhaite permettre aux spectateurs de pouvoir souffler quelques répliques mythiques du film !

À l’occasion de la Nuit Blanche, neuf bars du Quartier Latin seront exceptionnellement ouverts jusqu’à 6 heures du matin. Il s’agit du Pub Quartier latin, le Bistro à Jojo, le Saint-Bock Brasserie artisanale, le Saint-Houblon, le bar En cachette, le Cinko, le Café Hookah Lounge, le Patrick’s Pub Irlandais et L’Île noire.

Vous pourrez aussi aller essayer des jeux de société au Centre Pierre-Charbonneau dans le cadre du festival Montréal Joue. Si vous avez aimé l’émission de télévision Série Noire, vous pourrez aller rencontrer les comédiens de la série et fêter avec eux au party thématique qui se tiendra à la Cinémathèque québécoise dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois.

L’exposition de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson au Musée d’art contemporain vaut vraiment le détour. On y présente, entre autres, une œuvre musicale vidéographique The Visitors où l’on retrouve des musiciens qui jouent en simultané sur des écrans géants. Le tout donne un résultat spectaculaire, romantique et mélancolique à la fois. Vous aurez de la difficulté à ne pas vous y poser pendant des heures.

Enfin, à l’occasion des Rencontres internationales du documentaire de Montréal, vous pourrez assister à un YouTube Battle pour laquelle s’affronteront 16 équipes. Toujours en humour, un Zoofest polaire sera également présenté à La Vitrine où vous pourrez voir des humoristiques se prêter au jeu de DJ silencieux.

Pour connaître tous les détails de la programmation de Montréal en lumière, rendez-vous sur le site : www.montrealenlumiere.com.

Notre photographe, Renaud Vinet-Houle, a également assisté au spectacle de The Seasons samedi le 20 février. Il a également pris la photo d’en-tête.

Variétés
Misteur

Misteur Valaire et l’expérience amplifiée

Ils étaient 250 à s’être entassés dans la petite salle du Centre Phi. Dans la fébrilité de l’attente, ils serraient leurs verres en plastique entre leurs doigts au point de les faire souffrir, baladaient leurs regards à droite et à gauche, en direction des barres lumineuses qui tombaient du plafond, et puis du côté de cette bizarre de scène avec un trou en son centre, dans lequel un dj était déjà en action. Ils seraient les premiers à entendre la totalité des pièces du prochain album de Misteur Valaire, prévu pour la rentrée scolaire.

On se sentait un peu comme à Paris, où les concerts exclusifs aux membres de Virgin et autres conglomérats sont chose courante. Les compagnies ont compris assez vite qu’associer leur nom à ceux de grosses figures de l’indé était rentable, et que dans ce nouveau modèle économique où personne ne sait trop où donner de la tête, ils devaient talonner leurs clients avec des récompenses concrètes.

Dans cette version montréalaise, la société secrète est la toute nouvelle Ghoster, bébé des gars de Misteur Valaire et de leurs fidèles associés de MrLabel : Loïc Thériault, Cindy Larouche et Guillaume Déziel, fiers combattant de la musique gratuite, constamment à la recherche de nouvelles idées pour développer leur marché. Rappelons que Misteur Valaire a longtemps fait figure de porte-étendard pour le modèle de distribution des œuvres à contribution volontaire.

Ghoster, cette fois, veut fidéliser les fans, en leur proposant une formule à 3$, 6$ ou 9$ par mois en échange de concerts, de vidéos ou de musique en exclusivité, dans une sorte de modèle pyramidal selon l’influence de l’internaute. Les 250 personnes qui étaient là hier soir, et les quelque 300 autres qui y seront aujourd’hui, sont ceux qui ont opté pour la plus haute des options. Les autres pourront se consoler avec un streaming vidéo du concert.

misteurbaton

Les musiciens ont commencé avec la seule chanson qu’on reconnaîtrait, celle qui a inauguré Ghoster, la toute nouvelle Bellevue. «On va vous présenter des pièces qu’on ne savait même pas jouer il y a une semaine, tabarnouche, donc soyez indulgents!», a prévenu Luis Clavis en s’emparant du micro sans fil dans une pose un peu crooner. Et pendant une heure, les cinq musiciens se sont jetés à l’eau sans filet, uniquement avec des pièces tout juste sorties du four des six mois de studio.

On nageait à côté d’aRTIST oF tHE yEAR  pour la première partie du spectacle, avec des rythmes presque disco et d’autres carrément rock, en s’éloignant un peu du pop de Golden Bombay pour rester dans la lignée de Qualité Motel. À la Misteur manière, l’élan des chansons était sans cesse attisé par leurs multiples apogées et par les vents qui attrapaient les progressions au vol pour les y guider. Luis Clavis, avec Kilojules et Roboto comme supporters, a assumé son rôle de rappeur le temps de trois ou quatre chansons. Pourtant, le public a mis un sacré moment avant de s’enflammer, et encore ce n’est que les premières rangées qui ont sauté dans la marmite avec le groupe. Pas que les spectateurs n’aimaient pas ça; ils applaudissaient et sifflaient à tout rompre dès que les pièces finissaient. Mais ils avaient les deux pieds collés au sol.

En deuxième partie, les choses se sont calmées un peu. On a notamment eu droit à une chanson gonflée de nostalgie et à une finale très prometteuse avec des ambiances plus expérimentales.

C’est certain, il faut roder les pièces encore un peu, mais il faisait bon de voir les musiciens essayer de garder le fort dans des chansons physiques et assez complexes encore toutes neuves, jouer sur tous leurs instruments à la fois, bondir des congos à l’échantillonneur et à la table tournante en un quart de tour. Pour le prochain rendez-vous officiel, le 13 septembre au Métropolis, on nous a promis «des vrais costumes, des vraies mises en scènes, un vrai spectacle et des vraies tounes.»

misteur album

On ne peut pas dire que Misteur Valaire a été radin pour la première ristourne de Ghoster. Ils se mettent la barre haute pour garder leurs donateurs émerveillés, mais on sait qu’ils n’auront pas trop de difficulté à la dépasser. Le modèle Ghoster est également ouvert à d’autres projets artistiques. Il a déjà été vendu à plusieurs compagnies européennes, toujours dans un modèle de transparence où chacun profite des bons coups de l’autre.

Guillaume Déziel a offert une conférence jeudi sur le modèle Ghoster via le groupe de réflexion MusiQC NumeriQC, que vous pouvez retrouver sur facebook.

Musique
Qualité Motel | Indica Records

Qualité Motel

Tous les texte de Qualité Motel sont ici.

Chaque mois, dans sa rubrique « Artistes à la trace », le Lèche-Vitrine suivra un artiste dans la planification ou la réalisation de son œuvre, qui viendra partager des moments privilégiés et en toute intimité avec les lecteurs. L’instant de quelques billets, l’artiste ou le collectif artistique publiera des confidences, des réflexions, des photos et des vidéos personnelles, invitant les lecteurs à découvrir leur univers de création.

Ce mois-ci : Qualité Motel, le projet parallèle de Misteur Valaire

Non, il ne s’agit pas d’une chaîne de motels douteux où on doit payer sa chambre à l’heure. Qualité Motel, c’est plutôt le nouveau projet parallèle 100% électronique des 5 membres de Misteur Valaire. La formule minimaliste troque le lourd équipement électro-acoustique du groupe pour les mettre à table devant une panoplie de simples machines à sons, à la manière d’un savoureux buffet international. Au menu : boîte à rythmes et synthétiseurs des belles années se mélangent et vous rappellent que votre corps peut se mouvoir d’une manière insoupçonnée.

La Vitrine est heureuse de suivre les cinq membres de Qualité Motel à la trace, et vous présentera au fil du mois leur toute nouvelle aventure!

Un premier album pour le projet

C’est le 2 avril prochain à la Société des arts technologiques [SAT]  que Luis Clavis, France, Drouin, Roboto, et Kilojules lanceront nul autre que Motel Califorña, non pas un remix réintitulé de la chanson du groupe country-rock The Eagles, mais bien le premier album du projet électronique dont il est possible d’entendre quelques extraits en cliquant ici.

La première de nombreux spectacles se tiendra le samedi 7 avril. Le quintette déjanté nous proposera alors un concert immersif à l’intérieur du grandiose dôme de la rue St-Laurent, la Satosphère où musique fusionnera avec projections vidéos. 157 haut-parleurs et 5 subwoofers vibreront sur leurs rythmes entraînants. Une longue liste de collaborateurs unissent leurs voix au projet dont Mitsou, Socalled, James Di Salvio, Stefie Shock, Elisapie Isaac, Yann Perreau et Karim Ouellet. Certains seront même de la fête ce samedi, 7 avril!

En primeur, vous aurez la chance de suivre la formation en tournée durant ce mois d’avril qui s’annonce festif. Tout au long de cette mise à l’épreuve, les cinq membres de Qualité Motel confesseront leurs espoirs et moments marquants en sons, images et paroles sur le Lèche-Vitrine!

Source : Indica Records

Musique