Tous les articles

Métropolis

maxcooper_733

MUTEK : quelques suggestions

L’été tire déjà à sa fin et la perspective de retourner travailler vous hante? Heureusement, le festival de créativité numérique et de musiques électroniques MUTEK déménage cette année du 22 au 27 août question de terminer la saison estivale en beauté sous le soleil chaud d’août !

Pour la 18ème édition, plus de 120 artistes répartis dans les 20 programmes seront répartis dans le Quartier des spectacles notamment à la Société des arts technologiques et au Métropolis.

Il convient de dire qu’avec une telle programmation, faire son choix – néophyte ou pas – peut s’avérer un exercice ardu. Voici quelques suggestions qui sauront (nous l’espérons) vous guider afin de passer un festival sous le signe de la découverte et de la fête.  La semaine qui s’en vient s’annonce complètement éclatée et on a très hâte!

Max Cooper  

Le coup d’envoi du festival sera donné le mardi 22 août à la Société des arts technologiques [SAT] par Max Cooper avec Emergence, une performance audiovisuelle spectaculaire sur le thème de la biotechnologie.

Daphni aka Caribou au Métropolis

Lors de la soirée du mercredi, le Métropolis accueillera un long DJ set exclusif de Daphni, l’artiste connu également sous le nom de Caribou, qui sera placé directement sur la piste de danse, baigné dans des éclairages sur mesure.

daphni-11-09-17

Robert Henke présente Lumière III

En première et exclusivité nord-américaine Lumière III de l’artiste phare Robert Henke aussi connu sous le nom de Monolake, un projet haut en couleur, fusionnant lasers, données et son techno.

N.A.A.F.I  

Découvrez l’univers subversif de la culture DJ de Mexico à travers les talents décalés de NAAFI (“No Ambition And Fuck-all Interest”) et leurs explorations décapantes de la techno, du hip hop et de la pop, lors de la soirée Inter_Connect México le jeudi 24 août.

Soirée House avec Zip

Le festival culminera lors de l’événement du samedi qui se poursuivra jusqu’à 6h du matin avec le célèbre DJ allemand et fondateur du label Perlon, Zip. À ses côtés : DeWalta & Shannon, Detroit Swindle, Fred P et EOP.

 Scène extérieure

La scène extérieure gratuite sur l’Esplanade de la Place des Arts sera animée du mercredi 23 au vendredi de 17h à 23h et le samedi de 15h à minuit ! Une programmation thématique vous emmènera à travers les scènes créatives de Londres, Mexico, Barcelone et Berlin tout en proposant une programmation locale. Camions de rue, mobilier design et bars s’y retrouveront pour agrémenter le tout ! Profitez également d’une pause dîner en musique avec les Audio Lunch du mercredi au vendredi.

L’article a été rédigé par l’équipe du festival MUTEK

Musique
Magnetic

Une performance magnétique

Vendredi dernier, le groupe Edward Sharpe and the Magnetic Zeros avait donné rendez-vous à ses fans au Métropolis pour un spectacle généreux et rassembleur.

C’est sans flafla que le leader du groupe, Alex Ebert, et ses musiciens sont entrés sur scène alors que les lumières de la salle n’étaient même pas encore éteintes. Vêtu d’une vieille redingote, de souliers orange, d’un bas rouge monté au genou comme un cycliste et coiffé d’un chignon dépeigné, le chanteur à l’origine de la formation du groupe affichait une dégaine nonchalante et un sens tout à fait théâtral sur scène. Buvant du vin et fumant, il représentait le stéréotype même de l’artiste bohème, alimentant l’effet d’un personnage pourtant extrêmement généreux à l’égard son public.

À de nombreuses reprises pendant le spectacle, Ebert s’est adressé directement à la foule. S’asseyant sur une caisse de son pour demander aux spectateurs dans les premières rangées quelles chansons ils aimeraient entendre ou descendant de la scène pour les faire chanter ou jouer des instruments.

Edward Sharpe

Au total, dix musiciens forment le groupe. Piano, guitare, batterie, contrebasse et cuivres se côtoient pour créer un ensemble impressionnant. La voix du chanteur tient différents registres allant d’une voix puissante et éraillée sur la pièce Life is hard à une voix haute perchée, presque nasillarde, sur Hot coals.

Le spectacle s’est terminé sur une version chorale de la célèbre pièce Home entonnée par un public conquis connaissant les paroles par cœur. Comme le groupe vit dans un bus de tournée, la chanson détient une signification encore plus importante aujourd’hui, aux dires du chanteur.

Pour le temps d’une soirée, leur maison, c’était Montréal.

Musique
Visuel-Nuits d'afrique

Voyage multiculturel et innovation au rendez-vous : Festival International Nuits d’Afrique

Le 12 juillet prochain, le Festival International Nuits d’Afrique soufflera ses 30 bougies. Une édition qui promet et qui réserve aux amoureux de la musique du monde, une programmation diversifiée et innovante pour célébrer cette 30e édition. Suivi de mon entrevue avec le porte-parole de l’évènement, Herby Moreau.

« Les Nuits d’Afrique est le festival qui ressemble le plus à Montréal par son aspect multiculturel. C’est un festival qui permet aux Québécois de souche et d’adoption de pouvoir voyager dans leur propre ville et de voyager en musique. C’est aussi une occasion de bouger et de s’éclater» mentionne Herby Moreau, porte-parole de la 30e édition du festival.

Moreau Herby480px

Moreau n’est pas à sa première fois en tant que porte-parole de l’évènement, toutefois, il avait passé le flambeau à d’autres pour mieux le reprendre en cette année bien spéciale. « Je fais partie de la famille de Nuits d’Afrique. C’était une année charnière et importante et ça me fait plaisir d’être de retour pour cette grande occasion! » mentionne-t-il.

L’évènement risque effectivement d’attirer la foule. La programmation  propose pas moins de 700 artistes venus de 35 pays différents, en passant des pays africains à l’Amérique latine. Plus de 110 concerts et activités prévues à l’horaire.

« Le festival s’effectue en 2 temps. Le 1er temps se déroule en salle. Des concerts sont présentés dans différentes salles de Montréal, dont le Balatou, le Métropolis, et la Sala Rossa. En 2e temps, à partir du 19 juillet, il y aura des concerts extérieurs gratuits tous les soirs, et ce pendant 6 jours », indique Moreau. Une 6e journée s’est ajoutée pour sa 30e édition afin de rendre à tous encore plus accessible la musique du monde. « Les concerts auront lieu au Parterre du Quartier des spectacles, en face de la Maison symphonique, dans le Village des Nuits d’Afrique. Il y aura aussi des kiosques avec de la nourriture et de l’art africain ainsi qu’un espace dédiée aux familles.», reprend-il. En effet, le Village Nuits d’Afrique a été agrandi et enrichi cette année pour donner une expérience unique aux festivaliers. On peut entre autres participer à des ateliers à ciel ouvert afin d’apprendre les rudiments des instruments traditionnels et danses africaines et latines.

Les festivaliers auront l’embarras du choix concernant les concerts. En effet, 8 séries de spectacles sont prévues dont une nouvelle catégorie qui a vu le jour cette année soit, la série « Les Voix du Monde ». Cette série met en lumière les artistes qui utilisent leur voix comme instrument de leur art. Chaque série propose un concept différent et célèbre toutes les tendances des musiques du monde en passant de l’electro-reggae à la pop métissée.

MANU_DIBANGO_500px

On ne peut passer à côté de l’hommage qui sera rendu à l’artiste emblématique Manu Dibango, père du célèbre titre Soul MaKossa, qui a grandement influencé l’histoire de la musique du monde et qui a été à maintes reprises parrain du festival. À noter à votre agenda, la performance de Rachid Taha le 13 juillet prochain. «Taha est une sommité en Afrique du Nord en matière de musique rïe. C’est les 30 ans des Nuits d’Afrique, mais c’est aussi les 30 ans du raï. Comme Taha est une bête de scène, ce sera tout un spectacle » mentionne Moreau. L’énergie puissante de Tabou Combo, le doux folk de Yael Naim et le blues touareg mystérieux de Faris font également partie des coups de cœur de la programmation d’Herby Moreau. Toutefois, le porte-parole se laisse aller à la découverte et s’imprègne par l’ambiance du festival.

Autre nouveauté cette année, le nouvel Espace Agor’Afrique. « L’Agor’Afrique offre une panoplie d’activités, des minis concerts, des ateliers participatifs. C’est une expérience immersive. Il y a vraiment des activités pour tout le monde. C’est une bonne façon de faire connaître une autre culture aux enfants québécois et de faire connaître la culture d’où ils viennent aux enfants de 2e génération qui n’ont pas eu la chance de retourner au pays » partage le porte-parole.

« Tout ça a commencé il y a 30 ans devant le Balattou et là, depuis quelques années, le festival a pris sa place au cœur du Quartier des spectacles», mentionne Moreau à propos de l’histoire de cet évènement maintenant reconnu sur la scène internationale.

Pour en savoir plus sur la programmation du Festival International Nuits d’Afrique qui aura lieu du 12 au 24 juillet prochain au Quartier des spectacles, rendez-vous sur La Vitrine.

 

 

 

Musique
mutek733

À voir et à faire à Mutek17

L’été est finalement arrivé, et qui dit été à Montréal, dit lot de festivités ! Toujours paré à répondre aux attentes des adeptes de musiques électroniques et de créations numériques, le festival Mutek propose avec sa 17e édition une programmation éclatée. Artistes canadiens et internationaux, émergents et établis se côtoieront du 1er au 5 juin dans plusieurs lieux du Quartier des spectacles. Vous manquez de temps et voulez profiter au maximum de l’expérience ? Pas de panique, nous vous offrons une couverture des soirées et des évènements à ne pas manquer !

Pour démarrer en beauté, le festival vous propose, le mercredi 1er juin, une performance du maitre londonien de la techno Lee Gamble, accompagné de l’animateur et motion designer Dave Gaskarth. Cet évènement prend place dans le cadre des Nocturnes du Musée d’art contemporain, qui se déploieront tout au long du festival. En plus de pouvoir contempler l’exposition rétrospective de l’artiste québécois Edmund Alleyn, le musée vous offre une programmation double : dans la salle principale et dans la salle BWR au -1. On vous conseille également la performance sensorielle aux effets de brouillards et aux éruptions lumineuses de l’artiste sonore canadien, Tim Hecker, lors de la Nocturne 2.

Expérience au Jardin Gamelin

Expérience au Parterre de Quartier des Spectacles

Comme à l’habitude, le festival conquiert l’espace du Métropolis avec deux soirées enflammées, issues d’une collaboration avec le Red Bull Music Academy. Au menu, une programmation éclectique de techno big room avec des live sets inédits d’artistes internationaux, dont : Function (3 juin), pionnier de musique underground en résidence au célèbre Berghaim de Berlin ; Lakker (3 juin), un duo irlandais aux sonorités dub-techno ; et le producteur de tech house Barac (4 juin), en provenance de Bucarest.

Mutek vous offre également la chance de vivre des expériences audiovisuelles hors du commun à la salle Pierre-Mercure, lors des sessions A/VISIONS. Le samedi 4 juin, le festival accueille en première mondiale la performance Dark Hearts Of Space des artistes russes installés à Berlin, Dasha Rush et Stanislav Glasov. Développée avec le Banff Center, cette dernière explore, à travers la musique et les arts visuels, les effets poétiques des trous noirs.

Pour les incertains qui n’ont pas encore la piqûre du festival, les fins d’après-midis Expériences, présentées gratuitement au Parterre du Quartier des spectacles, sont une bonne option découverte. On vous recommande, notamment, celle du 4 juin avec Machinedrum, artiste américain connu également sous son récent projet Aden. L’as de la versatilité offre des live sets aux accents techno, jungle, hip-hop et footwork.

piknic

Enfin, c’est encore sous l’Homme de Calder que se couronnera dimanche la 17e édition du festival, en raison de sa collaboration avec le Piknic Électronik. Quoi de plus plaisant que de vibrer aux rythmes de la musique acid house de Josh Wink, sous le soleil du parc Jean Drapeau ?

Mutek c’est aussi une programmation de jour avec des ateliers, des conférences et une exposition de réalité virtuelle au Centre Phi. Du 1er au 5 juin, cet évènement promet d’être aussi varié qu’exalté ! Et pour les billets, on fait quoi ? Tout ça est en vente sur le site de La Vitrine ! Alors, ça vous tente ?

Musique
Father-John-Misty733

Fondre pour Father John Misty

Pour la troisième fois en un peu plus d’un an le chanteur d’indie rock Father John Misty a arrêté son bus de tournée à Montréal. Après le Corona en février 2015 et le festival Osheaga l’été dernier, le magnétique artiste a séduit le public du Métropolis jeudi dernier.

J’avais déjà vu Father John Misty au Corona l’année dernière. J’avais beaucoup écouté son premier album solo Fear fun et son deuxième album I love you, Honeybear était sorti quelques jours plus tôt. J’aimais beaucoup son style alliant musique indie, rock, folk et même parfois un peu country, mais je connaissais très peu l’artiste. Révélation. Je ne m’attendais pas à une telle bête de scène et certainement pas à ce qu’il soit aussi… sexy.

Je ne parle pas ici d’un bellâtre musclé qui fait les beaux yeux à son public, mais d’un artiste tout à fait conscient du charme qu’il exerce et qui s’en amuse. La magie a encore opéré au Métropolis. Veston et chemise déboutonnée, cheveux longs et barbe fournie, Father John Misty danse, se déhanche et se jette sur scène pendant ses chansons pour ajouter de l’intensité à ses performances, mais avec une sorte de désinvolture le rendant un peu énigmatique. Bref, le public était conquis, surtout la jeune femme qui est montée spontanément sur scène pour l’embrasser…

fatherjohnmisty

La quasi-entièreté des deux albums a été jouée pendant le spectacle. La première partie de la représentation, comprenant davantage de chansons d’I love you, Honeybear était très énergique, avec quelques délires musicaux pour laisser place en milieu de spectacle à des interprétations plus sobres des pièces Funtimes in Babylon et Nancy from now on pour finir puissamment au rappel avec le morceau The ideal husband qui a littéralement soulevé l’audience.

Mention spéciale aux éclairages et à la scénographie qui, en plus d’avoir sur créer de la texture sur scène à l’aide de projections sur un rideau de velours rouge, ont porté certaines chansons par des effets kaléidoscopiques ou si changeants qu’ils modifiaient l’allure de la scène en quelques secondes, comme si on avait changé de décor.

Il ne faudrait pas passer sous silence la première partie à laquelle nous avons eu droit. Oui, oui; la première partie, celle avant le spectacle principale, celle que tout le monde aurait envie de sauter. Cette fois-ci, elle fut une superbe découverte. Tess and Dave est un duo originaire de Californie qui offre une musique indie, à saveur électro-pop, accrocheuse, mais leur mise en scène surprend d’autant plus que leur matériel musical. Maquillés, vêtus de vêtements originaux, ils incluent des chorégraphies complètement absurdes qu’ils interprètent avec le plus grand sérieux pendant leurs chansons. Une première partie qui en valait la peine.

Father John Misty, c’est de la bonne musique, un bon show et tout un sex appeal. Finalement, peut-être que j’aurai dû monter sur scène moi aussi…

Musique
Patrick-Watson

Patrick, mon amour

Des frissons sur la nuque, des yeux qui brillent et des cœurs qui battent sur le même rythme que la musique planante et enveloppante de Patrick Watson. Le public du Métropolis a eu l’impression de vivre un moment hors du temps hier soir au spectacle Love songs for robots.

J’ai dû voir Patrick Watson au moins cinq fois en spectacle dans les dernières années. En fait, je le marierais. Mon jugement est donc peut-être tendancieux, mais hier, j’ai vu au Métropolis l’un de ses meilleurs spectacles. La salle baignait dans une ambiance feutrée, bercée par cette voix magnifique et si caractéristique du chanteur montréalais.

Sur la scène, jonchée de globes lumineux transparents ornés de plumes rouges, le spectacle s’est entamé avec la pièce titre de l’album; Love Songs For Robots, une chanson tout en douceur, avant d’enchaîner avec la puissante Good Morning Mr. Wolf qui a complètement soulevé le public. Sous d’immenses sphères suspendues éclairées par des projections, Watson était accompagné sur scène de son groupe ainsi que de trois choristes et de nombreux musiciens pour compléter l’orchestration de l’ensemble.

Plusieurs beaux moments ont parsemé le spectacle. On se serait cru dans un spectacle techno lorsque des centaines de minuscules rayons lasers verts et rouges ont traversé la scène vers le public le moment d’une chanson, mais ça n’avait de techno que l’éclairage. Un solo de scie égoïne par le batteur Robbie Kuster a également enthousiasmé le public.

Nous avons eu droit à des surprises jusqu’à la fin de la soirée. Au rappel, les membres du groupe sont réapparus sur scène revêtant des combinaisons lumineuses s’éclairant au rythme de leurs instruments. Patrick Watson est également descendu dans la foule avec un étrange système de mégaphones sur le dos pour une version à capella de Man under the sea où la foule a chanté paisiblement avec lui jusqu’à chuchoter la chanson à l’unisson.

Le chanteur est revenu sur scène pour un deuxième rappel où il a interprété une version piano-voix de la splendide Lighthouse.

Encore sur mon nuage aujourd’hui, j’écoute du Patrick Watson en boucle et je vous invite à vous procurer des billets pour son spectacle.

Patrick Watson sera au Métropolis les 16 et 18 décembre à Montréal, les 26 et 27 février à l’Annexe 3 de Laval et les 4 et 5 mars à l’Impérial de Québec.

Musique
IMG_6222733

Galerie photo : ADISQ 2015 Le premier gala

Le 27 octobre avait lieu Le premier Gala (auparavant l’Autre gala) du l’ADISQ 2015 au Métropolis et diffusé live à MusiquePlus et MusiMax. Le Gala fut animé par Olivier Robillard Laveaux avec des prestations d’Alex Nevsky, Salomé Leclerc, Eman X Vlooper, Tire le coyote, Jacques Kuba Séguin, The Seasons, Patrice Michaud et Yoan. Pour connaître les gagnants de la soirée vous pouvez les voir ici. Le gala de l’ADISQ 2015 diffusé à Radio-Canada aura lieu le 8 novembre prochain et vous pouvez encore voter pour la chanson de l’année ici. Crédit photo : Renaud Vinet Houle

Musique
NP03_Cover_FINAL_1000px_3234

Un weekend illimité

Montréal foisonne de bons plans culturels! En manque d’inspiration pour vos sorties ce week-end? Voici quelques activités à ajouter à votre calendrier pour une fin de semaine haute en couleur! Du Quartier des spectacles en passant par le Vieux-Montréal, vers le Marché Atwater, vous serez comblés avec ce palmarès de bons plans pour un week-end illimité réussi! 

Vendredi 14 juin

Rendez-vous à la Société des arts technologiques [SAT] pour assister à  CORPS CÉLESTES, l’œuvre immersive de  Marie Chouinard et Luc Courchesne. Profitez pleinement de la performance des danseurs Lucy M. May et Manuel Roque, bien allongés sous le dôme de la Satosphère.

Société des arts technologiques
1201, boulevard Saint-Laurent
Station de métro Saint-Laurent ou bus ligne 55, direction nord
19 h

Puis déplacez-vous vers l’Esplanade de la Place-des-Arts pour le spectacle rock/ blues de Gros Mené.  La qualité des pistes de leur nouvel album Agnus Dei contribuera à faire de votre vendredi une soirée parfaite.

Esplanade de la Place-des-Arts
175, rue Sainte-Catherine Ouest
Station de métro Place-des-Arts
23 h

Gros Méné

Gros Méné

Samedi 15 juin

Débutez la journée en musique en vous rendant à la 6e édition du Festival Folk sur le canal! Ce sera l’occasion d’écouter des artistes de talent tels que  Maxime Lefebvre et le groupe Will Driving West -tout en peaufinant votre bronzage !

Ilot Charlevoix, Marché Atwater
1361, rue Charlevoix
Station de métro Charlevoix ou bus ligne 36
Dès  13 h

Will Driving West

Will Driving West

Puis, poursuivez la journée en beauté en assistant au Nouveau Cabaret, un amalgame créatif de poésie, de musique, de théâtre, de photographie, d’écrits et d’écrans. Présenté pour la première fois au public ce week-end,  ce cabaret éclaté vous en mettra plein la vue !

Centre PHI
407, rue St-Pierre
Bus ligne 61 ou bus ligne 129
20 h

NP03_Cover_FINAL_1000px_3234123

Dimanche 16 juin

Visitez vos stars favorites au Grévin Montréal et photographiez-vous aux côtés des répliques de cire de plus de 120 personnalités.

Grévin Montréal
705, rue Sainte-Catherine Ouest, suite 5-104
Station de métro McGill ou bus ligne 15
Dès 11 h

Zombie Boy au Musée Grévin

Zombie Boy au Musée Grévin

Terminez votre week-end en grand en assistant au spectacle de Karim Ouellet, donné dans le cadre des FrancoFolies de Montréal. Nommé Révélation Radio-Canada 2012, le jeune chanteur saura vous séduire avec son folk / pop/électro / soul.

Club Soda
1225, boulevard Saint-Laurent
Station de métro Saint-Laurent ou bus ligne 55
19 h

Karim Ouellet

Karim Ouellet

Finalement, pour ceux plus endurcis à la vie nocturne, rendez-vous au Métropolis pour danser sous les rythmes festifs de DJ Fun pour une nuit de folie!

Métropolis
59, rue Sainte-Catherine Est
Station de métro Saint-Laurent ou bus 358 Sainte-Catherine (nuit)
23 h 45

Profitez du même coup du titre de transport  Week-end illimité offert  par la STM.  Pour seulement 12$, vous pourrez aller et venir partout dans la métropole, du vendredi 18h jusqu’au lundi 5h. Prêt pour un week-end rythmé ?

Profitez de votre week-end illimité !

Variétés