Tous les articles

LNI

LNI

La LNI, toujours en vie

Dans le coin droit, l’équipe des Rouges. Dans le coin gauche, l’équipe des Bleus. La 39e saison de la Ligue Nationale d’Improvisation (LNI) s’amorçait lundi dernier au Club Soda. Les vétérans et les nouvelles recrues ont bien réchauffé la patinoire et un public enthousiaste.

Ça faisait longtemps que j’avais entendu parler de la LNI. Étant moi-même, jadis, une improvisatrice dans la prestigieuse équipe de l’école secondaire Félix-Leclerc, j’ai eu très peu de contact avec l’impro depuis ces midis où je cabotinais dans l’agora devant une bande d’ados semi-amorphes.

La ligue a effectivement connu des difficultés dans les dernières années. Le financement de la ligue est un défi constant et, pour contrer cette impasse financière, on a fait appel à des partenaires qui sont maintenant propriétaires de chacune des équipes. Ainsi, les équipes des Bleus, des Rouges, des Verts, des Jaunes et des Oranges appartiennent désormais à des syndicats, à une entreprise de taxis électriques, à une firme d’architecture et à un grand groupe de médias. Le trophée Yvon-Leduc, quant à lui, a changé son nom pour celui d’un logiciel de correction orthographique bien connu. Des changements qui apporteront un peu d’eau au moulin de la LNI.

Une fois les joueurs sur la glace, on oublie immédiatement les ennuis financiers pour se concentrer sur la finesse de l’improvisation théâtrale. Ce sport, calqué sur les règles du hockey et imaginé par Robert Gravel dans les années 1970, n’a pas prix une ride. Aux « vieux de la vieille » tels que Réal Bossé, Sophie Caron et Salomé Corbeau s’ajoutent de nouveaux visages de la jeune génération tels que Virginie Fortin, Pierre-Luc Funk, Arnaud Soly et un certain Patrick Huard qui entame sa première saison dans la LNI.

Gagnants

L’équipe des Bleus

Ce lundi, l’équipe des Rouges de l’entraîneur Jean-Philippe Durand affrontait celle des Bleus de Christian Laurence dans une joute très serrée qui s’est conclue par une victoire de 8-7 pour les Bleus. La première période a donné lieu à des impros mixtes un peu désordonnées pour laisser place, en deuxième, à des impros comparées où chacune des équipes a pu montrer son talent dans l’installation d’histoires et de personnages mieux campés. Virginie Fortin a été éblouissante dans une impro ayant pour titre Las Vegas où elle a interprété une Céline Dion sur scène dévastée par la mort de son mari. Nous avons également assisté à des improvisations chantées jouissives. Alors qu’Ève Landry des Rouges a livré le poignant blues d’un commis de dépanneur, personne n’aurait pu se douter que le joueur Arnaud Soly, dont c’était le premier match au sein de la LNI, lui volerait le point avec la pop effrénée d’un joggeur qui fait le tour du monde.

Assister à des matchs de la LNI, c’est avoir l’impression de prendre part à des petits moments privilégiés, uniques. Cette (ré)incursion dans le monde de l’impro m’aura certainement convaincue de revenir à mes anciens amours.

Humour
coupetohu

Improvisation mixte, qui a pour titre : LA REVANCHE. Nombre de joueurs, huit !

Le 19 novembre dernier, à la TOHU, la LNI tenait sa deuxième édition de la Coupe TOHU. Cette soirée-bénéfice annuelle de la LNI est une compétition féroce en improvisation qui oppose les comédiens aux humoristes, le temps d’un match visant à déterminer qui sont les meilleurs en improvisation.

Cette année, c’était la revanche des humoristes, puisque l’année dernière, l’équipe des comédiens avait gagné la Coupe TOHU, en prolongation. L’équipe des humoristes, entraînée par Benoit Chartier et qui réunissait Laurent Paquin, Virginie Fortin, Patrick Huard et Tammy Verge, avait beaucoup de pression lors de la soirée afin de mettre la main sur cette célèbre Coupe. Malheureusement pour eux, l’équipe des comédiens de l’entraîneur Christian Laurence et composée par Réal Bossé, Ève Landry, Salomé Corbo et Frédéric Barbusci a remporté pour une deuxième année consécutive, le match avec un pointage final très serré de 7 à 6.

Le public a eu droit à une compétition très relevée avec des moments hauts en couleurs ! Humour, moment touchant, chant, créativité, improvisation avec une personne du public suspendue dans les airs, tout était au rendez-vous pour une soirée divertissante! Au point de vue des performances, la comédienne Salomé Corbo a obtenu l’étoile du match grâce à ses personnages étoffés, quant à Tammy Verge et Patrick Huard de l’équipe des humoristes ont tous deux obtenu la deuxième et troisième étoile. L’équipe des arbitres du comédien Simon Rousseau a également créé une belle ambiance juste assez baveuse, envers les improvisateurs, pour donner un bon spectacle.

coupetohu2

La saison 2015-2016

La LNI arrive avec un nouveau spectacle, La LNI s’attaque aux classiques, présenté en codiffusion avec Espace Libre du 10 au 19 décembre.  Les artistes tenteront, le temps de huit représentations, d’utiliser les outils de l’improvisation pour visiter les classiques de la dramaturgie : tragédie grecque, Shakespeare, Molière, Tchekhov, Brecht, Michel Tremblay, théâtre de l’absurde et théâtre romantique. Un défi de taille qui saura vous faire rattraper vos cours d’histoire du théâtre!

La saison régulière de la LNI débutera le 8 février au Club Soda.

Un beau cadeau à offrir à ceux qu’on aime pour Noël !

 

Pour plus d’informations : www.lni.ca

 

Humour
sdcquartierlatin_oumf3

September with a little OUMF

You know what they say: all good things must come to an end. August is over. There’s a subtle change in the depth of the weather. Although some days are still awkwardly hot and humid, fall is peeking through in the winds; sometimes you can even smell it. The nights are shyly colder and crisper, school is just around the corner, and in no time we’ll see leaves burst into colors. I apologize for breaking this out to you, but summer’s almost over. No need to frown, however! Montreal, as always, has got your back and has found a way to stretch out summer by a few days, to help us with our grief. From September 4th to 6th, the OUMF festival will shine through and make you relive your best summer days.

OUMF is a festival of emergent arts, taking place at the Quartier des Spectacles on Saint-Denis Street for three days. Artists of all kind, from all around town (and more) will gather their talents and creativity to offer you the most open-minded and heartfelt of all performances. Even you can partake in the activities! Some interactive projects are part of the program, such as OUMF ta rue, which takes place during the whole festival between 5PM and 9PM. The event lets anyone choose between two mediums, gouache and chalk, to transform Saint-Denis into a wonderland of ephemeral works of arts. You are also invited to participate in what I like to call “the most visually satisfying activity of all times”, the Silent Disco. On the 4th and the 5th, at 11PM on the Scène Principale, anyone who’s in for a good time can gather around together, put on headphones and dance like there’s no tomorrow to music only they can hear.

sdcquartierlatin_oumf1

In addition to many other interactive activities, the festival is full of musical performances by artists you already know and love, or that you should get to know and love. You also get to witness dance performances – keep an eye open for those Kif Kif sisters – movie showings, visual entertainments, improvisation matches (the LNI will be on from 5PM to 7PM on Thursday the 4th at the Grande Bibliothèque) and many more. It is such a wonder to have all of this art vibrate so widely and so freely; it’s a delight to think about how many faces OUMF is going to bring a smile upon.

Do yourself a favor, go take a careful look at the program schedule, and let your senses be tickled and stimulated before the cold takes over. There will be plenty of time to stay inside and cozy up in your pajamas; now is the time to enjoy the last stretch of life summer has to give and be part of this wonderful gathering of talents and creativity.

OUMF. SEPTEMBER 4TH TO 6TH. BE THERE OR BE SQUARE.

Variétés