Tous les articles

LNI

2017_lavitrine_coupdecoeuremploye_vf

Les coups de cœur culturels de Madelyne Johnston

Chaque mois, découvrez un employé de La Vitrine à travers ses coups de cœur culturels. Ce mois-ci, Madelyne Johnston, ambassadrice culturelle, se prête au jeu! 

Quel est ton rôle au sein de La Vitrine culturelle?

Le rôle d’un ambassadeur culturel est d’abord et avant tout celui de conseiller. Le site web de la Vitrine affiche absolument tout ce qui se passe culturellement à Montréal et dans un rayon de quatre-vingts kilomètres autour, que les événements soient gratuits, à rabais ou à prix régulier. L’offre étant très grande et diversifiée, notre rôle est donc de nous tenir le plus informé possible, afin de proposer les activités qui correspondent le mieux aux intérêts du public. Chaque ambassadeur a ses propres coups de cœur et centre d’intérêts. Cela nous permet d’avoir un bel éventail de suggestions d’événements!

Qu’est-ce que tu aimes le plus de la culture montréalaise?

Sa grande variété! Je trouve qu’il y a des événements et festivals de toutes sortes et c’est ce qui fait la beauté de notre offre culturelle.

Quelle est ta salle favorite?

J’aime beaucoup le théâtre La Chapelle. Leur programmation se concentre beaucoup sur la création multidisciplinaire, puis j’aime beaucoup l’intimité de cette salle.  Ensuite, il y a le théâtre Aux Écuries. J’adore son emplacement ; il est situé en plein cœur d’une petite rue résidentielle dans Villeray. Ce théâtre est l’un des plus jeunes à Montréal et encourage la création de la relève. C’est un lieu très vivant et ouvert, j’ai fait beaucoup de belles découvertes là-bas!

Quel est ton spectacle favori à vie?

C’est difficile pour moi de répondre à cette question, car j’aime beaucoup de choses! Je suis une grande amoureuse du théâtre, alors je ne pourrais pas dire que je n’ai qu’un seul spectacle favori. Il y en a trop! Certains m’ont marquée plus que d’autres, mais tous pour des raisons différentes! En danse j’aime beaucoup le travail de Virginie Brunelle, particulièrement son spectacle : Le Complexe des genres! La compagnie fait beaucoup de tournées, j’attends donc avec impatience d’avoir l’occasion de la revoir à Montréal!

En arts visuels, l’exposition de l’Islandais Ragnar Kjartansson présentée au Musée d’art contemporain de Montréal en 2016, m’a profondément touchée. Plus particulièrement son œuvre The Visitors. C’était une installation vidéographique vraiment magnifique, qui regroupait des artistes (chanteurs, musiciens) à l’intérieur de neufs tableaux. C’était une œuvre d’une sensibilité et d’une douceur comme j’en ai rarement vues! C’était très beau, tant d’un point de vue visuel que sonore!  Je suis incapable de donner une seule réponse. Il y en a trop!

Toutes disciplines confondues, que recommandes-tu ces temps-ci?

En ce moment, il y a La LNI s’attaque aux classiques présenté au théâtre Espace Libre jusqu’au 9 décembre. En bref, la Ligue Nationale d’Improvisation revisite des textes classiques et rend le tout ludique et festif! Qu’on connaisse ou non les œuvres, c’est un bon moyen d’aller à la rencontre du théâtre sans trop se mouiller! Et ne vous fiez pas au titre, on s’attaque autant à la littérature classique que contemporaine. Le choix est vaste, vous y trouverez sans aucun doute votre compte. Puis, jusqu’au 11 mars, le  DHC/ART Fondation présente quatre œuvres vidéo de l’artiste Bill Viola. C’est vraiment un artiste à voir!

Il y a également Les Enivrés au théâtre Prospero mis en scène par Florent Siaud, avec une belle distribution de comédiens : Paul Ahmarani, David Boutin, Maxim Gaudette et Dominique Quesnel pour ne nommer que ceux-là! Aussi, les mises en scène de Florent Siaud sont souvent très corporelles, dynamiques et musicales. C’est assez rafraîchissant!

Quel est ton festival favori?

Je dirais sans grande surprise le Festival TransAmériques! Ce festival nous permet de voir des spectacles internationaux que nous ne pourrions probablement pas voir en saison régulière. Sinon, j’aime beaucoup le Festival du Jamais Lu. C’est un concept original qui met l’accent sur l’écriture des auteurs. Les textes présentés sont mis en lecture et sont présentés au public pour la première fois! Il existe d’ailleurs un Festival du Jamais Lu à Québec et depuis maintenant trois ans, il y en a un à Paris.

Quel est ton crush culturel du moment?

J’ai découvert le travail du bureau de L’APA au Festival TransAmériques avec Entrez nous sommes ouverts. J’ai beaucoup aimé la forme de leur spectacle. C’est un travail presque insensé pour moi; tout le spectacle se déroule grâce à des connexions, littéralement! La scène est complètement remplie de fils, il se passe constamment quelque chose et c’est vraiment génial! Le spectacle sera de nouveau présenté en janvier au théâtre Espace Libre!

Qu’est-ce que Montréal représente pour toi?

Pour moi c’est un bouillonnement constant! Nos artistes sont motivés et débrouillards. Nous avons beaucoup de créations à Montréal et c’est une vraie chance! Il y a énormément de découvertes à faire et c’est tout à notre avantage d’être curieux. Nous devons soutenir notre culture si nous ne voulons pas la perdre. Je trouve ça très précieux.

2017_lavitrine_coupdecoeur_madelyne-1

Variétés
LNI

La LNI, toujours en vie

Dans le coin droit, l’équipe des Rouges. Dans le coin gauche, l’équipe des Bleus. La 39e saison de la Ligue Nationale d’Improvisation (LNI) s’amorçait lundi dernier au Club Soda. Les vétérans et les nouvelles recrues ont bien réchauffé la patinoire et un public enthousiaste.

Ça faisait longtemps que j’avais entendu parler de la LNI. Étant moi-même, jadis, une improvisatrice dans la prestigieuse équipe de l’école secondaire Félix-Leclerc, j’ai eu très peu de contact avec l’impro depuis ces midis où je cabotinais dans l’agora devant une bande d’ados semi-amorphes.

La ligue a effectivement connu des difficultés dans les dernières années. Le financement de la ligue est un défi constant et, pour contrer cette impasse financière, on a fait appel à des partenaires qui sont maintenant propriétaires de chacune des équipes. Ainsi, les équipes des Bleus, des Rouges, des Verts, des Jaunes et des Oranges appartiennent désormais à des syndicats, à une entreprise de taxis électriques, à une firme d’architecture et à un grand groupe de médias. Le trophée Yvon-Leduc, quant à lui, a changé son nom pour celui d’un logiciel de correction orthographique bien connu. Des changements qui apporteront un peu d’eau au moulin de la LNI.

Une fois les joueurs sur la glace, on oublie immédiatement les ennuis financiers pour se concentrer sur la finesse de l’improvisation théâtrale. Ce sport, calqué sur les règles du hockey et imaginé par Robert Gravel dans les années 1970, n’a pas prix une ride. Aux « vieux de la vieille » tels que Réal Bossé, Sophie Caron et Salomé Corbeau s’ajoutent de nouveaux visages de la jeune génération tels que Virginie Fortin, Pierre-Luc Funk, Arnaud Soly et un certain Patrick Huard qui entame sa première saison dans la LNI.

Gagnants

L’équipe des Bleus

Ce lundi, l’équipe des Rouges de l’entraîneur Jean-Philippe Durand affrontait celle des Bleus de Christian Laurence dans une joute très serrée qui s’est conclue par une victoire de 8-7 pour les Bleus. La première période a donné lieu à des impros mixtes un peu désordonnées pour laisser place, en deuxième, à des impros comparées où chacune des équipes a pu montrer son talent dans l’installation d’histoires et de personnages mieux campés. Virginie Fortin a été éblouissante dans une impro ayant pour titre Las Vegas où elle a interprété une Céline Dion sur scène dévastée par la mort de son mari. Nous avons également assisté à des improvisations chantées jouissives. Alors qu’Ève Landry des Rouges a livré le poignant blues d’un commis de dépanneur, personne n’aurait pu se douter que le joueur Arnaud Soly, dont c’était le premier match au sein de la LNI, lui volerait le point avec la pop effrénée d’un joggeur qui fait le tour du monde.

Assister à des matchs de la LNI, c’est avoir l’impression de prendre part à des petits moments privilégiés, uniques. Cette (ré)incursion dans le monde de l’impro m’aura certainement convaincue de revenir à mes anciens amours.

Humour
coupetohu

Improvisation mixte, qui a pour titre : LA REVANCHE. Nombre de joueurs, huit !

Le 19 novembre dernier, à la TOHU, la LNI tenait sa deuxième édition de la Coupe TOHU. Cette soirée-bénéfice annuelle de la LNI est une compétition féroce en improvisation qui oppose les comédiens aux humoristes, le temps d’un match visant à déterminer qui sont les meilleurs en improvisation.

Cette année, c’était la revanche des humoristes, puisque l’année dernière, l’équipe des comédiens avait gagné la Coupe TOHU, en prolongation. L’équipe des humoristes, entraînée par Benoit Chartier et qui réunissait Laurent Paquin, Virginie Fortin, Patrick Huard et Tammy Verge, avait beaucoup de pression lors de la soirée afin de mettre la main sur cette célèbre Coupe. Malheureusement pour eux, l’équipe des comédiens de l’entraîneur Christian Laurence et composée par Réal Bossé, Ève Landry, Salomé Corbo et Frédéric Barbusci a remporté pour une deuxième année consécutive, le match avec un pointage final très serré de 7 à 6.

Le public a eu droit à une compétition très relevée avec des moments hauts en couleurs ! Humour, moment touchant, chant, créativité, improvisation avec une personne du public suspendue dans les airs, tout était au rendez-vous pour une soirée divertissante! Au point de vue des performances, la comédienne Salomé Corbo a obtenu l’étoile du match grâce à ses personnages étoffés, quant à Tammy Verge et Patrick Huard de l’équipe des humoristes ont tous deux obtenu la deuxième et troisième étoile. L’équipe des arbitres du comédien Simon Rousseau a également créé une belle ambiance juste assez baveuse, envers les improvisateurs, pour donner un bon spectacle.

coupetohu2

La saison 2015-2016

La LNI arrive avec un nouveau spectacle, La LNI s’attaque aux classiques, présenté en codiffusion avec Espace Libre du 10 au 19 décembre.  Les artistes tenteront, le temps de huit représentations, d’utiliser les outils de l’improvisation pour visiter les classiques de la dramaturgie : tragédie grecque, Shakespeare, Molière, Tchekhov, Brecht, Michel Tremblay, théâtre de l’absurde et théâtre romantique. Un défi de taille qui saura vous faire rattraper vos cours d’histoire du théâtre!

La saison régulière de la LNI débutera le 8 février au Club Soda.

Un beau cadeau à offrir à ceux qu’on aime pour Noël !

 

Pour plus d’informations : www.lni.ca

 

Humour
sdcquartierlatin_oumf3

September with a little OUMF

You know what they say: all good things must come to an end. August is over. There’s a subtle change in the depth of the weather. Although some days are still awkwardly hot and humid, fall is peeking through in the winds; sometimes you can even smell it. The nights are shyly colder and crisper, school is just around the corner, and in no time we’ll see leaves burst into colors. I apologize for breaking this out to you, but summer’s almost over. No need to frown, however! Montreal, as always, has got your back and has found a way to stretch out summer by a few days, to help us with our grief. From September 4th to 6th, the OUMF festival will shine through and make you relive your best summer days.

OUMF is a festival of emergent arts, taking place at the Quartier des Spectacles on Saint-Denis Street for three days. Artists of all kind, from all around town (and more) will gather their talents and creativity to offer you the most open-minded and heartfelt of all performances. Even you can partake in the activities! Some interactive projects are part of the program, such as OUMF ta rue, which takes place during the whole festival between 5PM and 9PM. The event lets anyone choose between two mediums, gouache and chalk, to transform Saint-Denis into a wonderland of ephemeral works of arts. You are also invited to participate in what I like to call “the most visually satisfying activity of all times”, the Silent Disco. On the 4th and the 5th, at 11PM on the Scène Principale, anyone who’s in for a good time can gather around together, put on headphones and dance like there’s no tomorrow to music only they can hear.

sdcquartierlatin_oumf1

In addition to many other interactive activities, the festival is full of musical performances by artists you already know and love, or that you should get to know and love. You also get to witness dance performances – keep an eye open for those Kif Kif sisters – movie showings, visual entertainments, improvisation matches (the LNI will be on from 5PM to 7PM on Thursday the 4th at the Grande Bibliothèque) and many more. It is such a wonder to have all of this art vibrate so widely and so freely; it’s a delight to think about how many faces OUMF is going to bring a smile upon.

Do yourself a favor, go take a careful look at the program schedule, and let your senses be tickled and stimulated before the cold takes over. There will be plenty of time to stay inside and cozy up in your pajamas; now is the time to enjoy the last stretch of life summer has to give and be part of this wonderful gathering of talents and creativity.

OUMF. SEPTEMBER 4TH TO 6TH. BE THERE OR BE SQUARE.

Variétés