Portraits animaliers

C’est en galopant – à peu près comme un lièvre, je crois – que j’arrive, à l’ultime minute, toute vaporeuse des efforts de ma précipitation, dans la petite salle cabaret La Balustrade du Monument-National, tout en haut du bâtiment. Là, se sont réunies quelques dizaines de créatures de tout poil, férues de théâtre, ou de curiosités, pour assister à Ménageries, un show écrit et mis en scène par Jean-Philippe Baril Guérard.

Ménageries, c’est d’abord un recueil de contes publié chez les rafraîchissantes Éditions de ta mère, et illustré par les charmants dessins de Benoit Tardif. L’auteur, dont la jeunesse ne l’empêche pas de compter déjà plusieurs textes et quelques prix à son actif, a judicieusement décidé de porter à la scène son verbe au registre très vivant. Ici, il troque donc les animaux bicolores, qui parsèment les pages de l’œuvre papier pour des figures humaines hautes en couleur. Ce qui reste, dans les mots, chez les protagonistes, c’est la nature animale : cruauté, instincts primaires, amoralité, égoïsme.

Sur la scène, les rideaux ont été ouverts sur une baie vitrée montrant le haut du paysage urbain d’une Montréal nocturne, et un néon chaud, en silhouette de couronne, orne simplement le mur du fond, à côté. Installé sur une chaise, intimement près des spectateurs, un guitariste qui, tout en apportant son soutien musical aux contes, écoute, lui aussi, observe et réagit. Car ce jeune joueur de hockey ambitieux, cette célibataire désespérée, ce bear séropositif, cette nunuche impulsive, les personnages excessifs et ordinaires qui feront leur entrée, défilant un après l’autre, relateront bientôt leur histoire qui, pourtant – on s’en rend compte petit à petit –, n’est pas très avouable. Ils nous transporteront ainsi, fort exotiquement, de Victo au Village, en passant par Saint-Hyacinthe. Pourtant, il sera là question de tigres et de cougars, de porcs, de génisses, d’ours, de loutres et de licornes; mais ces bibittes en apparence attachantes se révéleront mordre et griffer, grincer des dents.

La dernière représentation de Ménageries est ce soir, le 24 juillet dans le cadre du festival Zoofest. Le livre ainsi que toutes les autres très recommandables œuvres produites par Les Éditions de ta mère sont disponibles selon la maison : « dans toutes les bonnes librairies, ainsi que dans certains endroits mal famés », de même que par Internet.

Quant à vous, lequel de ces petits personnages à épines aurez-vous envie d’adopter?