Tous les articles

ONF

Galerie photo : La Nuit Blanche à La Vitrine

Samedi dernier avait lieu notre nuit improbable à La Vitrine dans le cadre de la Nuit Blanche à Montréal. Pour l’occasion, des courts métrages de l’ONF étaient diffusés sur notre écran géant et les visiteurs pouvaient profiter d’un DJ silencieux avec Silent Dee. En prime, Félicia Balzano donnait des ateliers de danse pendant la soirée! Tout pour se dégourdir les jambes et passer une soirée remarquable. Voici donc quelques souvenirs de cette nuit improbable!

Crédit photo: Marie-Claude Brault

Danse

Les réseaux sociaux au service du cinéma

Autoportrait sans moi de Danic Champoux est un pari documentaire construit sous une formule assez unique : 150 personnes se sont confiées devant sa caméra, où seulement 50 de ceux-ci ne soit finalement sélectionnés Il en construit un portrait d’histoires touchantes et universelles. Produit par l’Office nationale du film du Canada (ONF), Autoportrait sans moi est un film réalisé dans le cadre du programme de cinéastes en résidence au cours duquel le réalisateur Danic Champoux a élaboré le concept de ce documentaire.

Danic Champoux s’était déjà démarqué avec le documentaire d’animation Mom et moi  (2012), où il racontait les souvenirs d’une enfance à Sorel près du domaine des Hells Angels. Ici, le réalisateur ne remonte pas dans le temps, il s’ancre bien dans le présent : celui de l’ère des réseaux sociaux. Alors que Facebook, Twitter et compagnie prennent de plus en plus de place dans notre quotidien, que fait-on des relations humaines? Danic Champoux en tire le meilleur dans ce film. L’appel de candidatures a été fait via les réseaux sociaux, et plus de 500 personnes se sont déplacées! Sur fond blanc, les intervenants se prêtent au jeu et répondent aux questions du réalisateur. Parfois dans le silence, parfois accompagnées d’une musique subtile, les discussions avec ces inconnus ont quelque chose de thérapeutique.

Le réalisateur Danic Champoux. Crédit photo : Véro Boncompagni

Le réalisateur Danic Champoux. Crédit photo : Véro Boncompagni

Le concept rappelle également le documentaire Hoax_Canular de Dominic Gagnon dans lequel des jeunes devant leur webcam se livrent à des jeux de peur face à une rumeur de fin du monde. Le réalisateur a donc tourné un film… sans caméra! L’ère du virtuel transforme définitivement le cinéma et repousse les limites des artisans.

L’œuvre de Danic Champoux se distingue bien sûr dans son originalité, par le choix des intervenants qui forment dans l’ensemble le portrait d’un « moi » globalisant. C’est la preuve qu’on peut tirer du bon de ces contacts éphémères (réels ou virtuels). On en garde des bribes; cela forme un étrange miroir de la réalité de tout un chacun. Les sujets sont larges et les intervenants ratissent leur vie mouvementée sous la confidence, difficile de ne pas être touché par les récits qu’ils soient drôles ou tragiques.

Le film sort en salle à l’Excentris le 14 mars, la projection d’ouverture sera suivie d’une conférence de l’anthropologue et animateur Serge Bouchard. De plus, grâce à une nouvelle initiative de l’ONF en partenariat avec l’Excentris, le film sort simultanément en salle et en ligne via le www.onf.ca et le www.cinemaexcentris.com. C’est d’ailleurs le premier long-métrage offert dans le cadre de ce nouveau projet.

Bon cinéma!

Cinéma