Les coups de cœur culturels d’Emmanuelle Ceretti

Chaque mois, découvrez un employé de La Vitrine à travers ses coups de cœur culturels. Ce mois-ci, Emmanuelle Ceretti, superviseure de billetterie, se prête au jeu! 

Parle-nous un peu de ton rôle au sein de La Vitrine Culturelle?

Je suis la superviseure de billetterie. Je m’occupe de la gestion des employés, de l’horaire et de faire le lien entre l’administration et les ambassadeurs culturels. J’alterne entre tâches administratives et billetterie. Je m’occupe également des réseaux sociaux de La Vitrine!

Qu’est-ce que tu aimes le plus de la culture montréalaise?

La diversité! On peut tout voir à Montréal, si l’on cherche un peu. Même si plusieurs théâtres institutionnels prennent beaucoup de places à cause de leur grosse tête d’affiche, les petits théâtres réussissent encore à faire leur marque. Je pense qu’il y a beaucoup de talent au Québec, autant dans le théâtre, que dans la danse ou la musique. Puis, nous avons la chance d’accueillir quelques productions extérieures qui ont déjà fait leur preuve à l’international. Vraiment, il y a en a pour tous les goûts.

Quelle est ta salle favorite?

Pour le théâtre, je dirais le théâtre La Licorne. La salle est intime et malléable, donnant la possibilité aux artistes de disposer la scène comme ils le souhaitent. Les pièces présentées sont contemporaines, dans l’ère du temps, et ils n’ont pas peur de sortir un peu des sentiers battus. Pour la musique, il y aura toujours une petite place dans mon cœur pour le feu Métropolis, maintenant MTelus. J’ai l’impression d’y avoir passé mon adolescence.

Quel est ton spectacle favori à vie?

J’ai le privilège de pouvoir voir beaucoup de spectacles. J’ai donc un top 3!

En troisième se trouve Quills, qui a été présenté pendant la saison 2015-2016 de l’Usine C. Robert Lepage incarne le Marquis de Sade après son incarcération en hôpital psychiatrique. C’est osé, cru, brut. Si ce spectacle revient, courrez acheter des billets!

En deuxième, Le Grand Cahier, une pièce adaptée du roman d’Agota Kristof. Lors de sa première présentation, il y a de cela quelques années, j’avais été marqué par le jeu incroyable des acteurs Renaud Lacelle-Bourdon et Olivier Morin et la mise en scène distanciée et efficace de Catherine Vidal.

En première position, la trilogie Le Sang des Promesses de Wajdi Mouawad qui rassemble ses pièces Littoral, Incendies et Forêts. Une journée entière de théâtre. Qui d’autre que le FTA pour présenter cela?  Une grande fresque sur l’identité, la mémoire et l’Autre avec un grand A.

Mentions spéciales aux spectacles Mes enfants n’ont pas peur du noir et Os – La montagne blanche dans lesquels Steve Gagnon livre une performance incroyable.

Toutes disciplines confondues, que recommandes-tu ces temps-ci?

Amour et information au Théâtre La Licorne du 1er au 19 mai ; une production de La Banquette arrière en codiffusion avec La Manufacture. Cette pièce remet en question la manière de recevoir l’information et de la partager et comment cela influence notre relation avec les autres. Je suis également très curieuse de voir Tom Na Fazenda dans le cadre du FTA, qui est la version portugaise de Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard. Je pense qu’il sera particulièrement intéressant de voir comment une troupe brésilienne s’approprie un texte typiquement d’ici.

Quel est ton festival favori?

J’aime beaucoup le Festival Trans-Amérique pour sa programmation très éclectique et qui nous permet de voir ce qui se fait dans le monde en termes de danse, théâtre et performance. La nostalgique en moi a également envie de mentionner le Vans Warped Tour, qui fera le tour des États-Unis et de quelques villes canadiennes pour la dernière fois après 23 ans d’activité cet été. La fan de punk-pop-emo-rock en moi est chagrinée.

Quel est ton crush culturel du moment?

Je suis carrément in love avec le talent de Mani Soleymanlou! J’ai vu le documentaire Nous autres, les autres dans le cadre des RVCQ l’année dernière où l’on y suivait sa démarche de création pour le spectacle Trois. L’acteur a un naturel, le metteur en scène a de la vision et le dramaturge est punché et politisé. Bien hâte de voir ce qu’il fera ensuite!

Qu’est-ce que Montréal représente pour toi?

J’y suis née et j’y ai été élevé! Je suis une montréalaise et fière de l’être. Montréal, c’est ma ville, je l’aime tendrement. Dans tous ses travers et dans toute sa splendeur. J’aime la vue quand on revient sur l’île par le Pont Champlain. J’aime les gens particuliers que l’on croise sur Sainte-Catherine ou dans le métro. J’aime son lieu, son air et ses visages du monde entier, comme dirait Grand Corps Malade dans sa chanson sur notre belle métropole. Montréal, c’est où je me sens à la maison.

photo-emmanuelle-1

Crédit photo: Marie-Claude Brault

Exprimez-vous
Blogueur

Mes mots favoris sont calembour, grivois, charismatique, cucurbitacée et baliverne. Je veux tout connaître par cœur. Je peux d’ailleurs vous réciter Speak Wh...