Tous les articles

World Press Photo

wpp

World Press Photo : au-delà d’Instagram

Rendez-vous annuel de la photographie de presse, le World Press Photo se tient au marché Bonsecours jusqu’au 1er octobre 2017.

À combien d’images sommes-nous confrontés chaque jour ? Dans la rue, dans le métro, à la télévision et en comptant les réseaux sociaux ? Malgré les cœurs et les « pouces en l’air » qu’on distribue à qui mieux-mieux, desquelles se souviendra-t-on une fois que l’écran bleu sera éteint ?

Dans ce chaos d’images qu’on reçoit quotidiennement, il y en a qui marquent, qui témoignent d’une réalité plus grande que nous. Le World Press Photo a cette mission de montrer le monde tel qu’il a été dans la dernière année à l’aide des meilleures photos de presse choisies parmi 80 000 images soumises par 5000 photographes de 125 pays.

L’édition 2017 du prestigieux concours est marquée par la peur et la terreur perpétrée par l’État islamique. Telle que cette frappante photo d’une fillette complètement pétrifiée alors que l’armée fouille les maisons de son quartier ou encore celle d’une famille qui fuit en voiture pendant que la ville derrière elle est en feu. La fuite des réfugiés vers l’Europe a aussi marqué l’année et les images montrent des enfants désespérés sur des bateaux de fortune.

Le World Press Photo, c’est aussi des photos d’un quotidien qui nous est inconnu. Comme ces écoles chinoises qui enseignent la gymnastique à des fillettes avec une rigueur extrême ou ce peuple reclus vivant dans une Russie glaciale et éloignée qui se lavent avec de la neige.

La photo récipiendaire du Grand prix de l’année a fait le tour du monde. Le photographe Burhan Ozbilici s’est retrouvé au bon endroit au mauvais moment. Alors qu’un ambassadeur russe émettait un discours dans une galerie d’art turque, un policier qui n’était pas en service a fait feu sur lui. Il aurait crié « Dieu est grand. N’oubliez pas Alep ». Sur l’image choquante, l’ambassadeur est étendu au sol, alors que le meurtrier a un doigt dénonciateur pointé au ciel, l’arme encore tenue par l’autre main. À glacer le sang. D’autant plus qu’une autre image le montre quelques minutes plus tôt se tenant sagement derrière l’ambassadeur.

Des images d’une cruelle beauté dénoncent aussi des mauvais traitements infligés aux animaux et, heureusement, certaines photos plus rigolotes de gardiens de parc déguisés en pandas pour les aider à regagner la nature.

Même si on trouve souvent plus de laid que de beau dans le monde, cette exposition nous permet de le voir d’un autre œil, à travers la lentille de ceux qui vivent ce qu’on ne vit pas.

Le World Press Photo se tient au marché Bonsecours jusqu’au 1er octobre 2017.

Galerie photo : Marie-Claude Brault

Musée Exposition
worldpress733

Portraits du monde

Pour sa 11e édition à Montréal, l’exposition du World Press Photo est présentée jusqu’au 2 octobre au Marché Bonsecours.

J’ai découvert le World Press Photo en 2007, je crois. Mon copain, alors étudiant en photographie au cégep, devait obligatoirement visiter l’exposition pour un de ses cours. Presque dix ans plus tard, les bancs d’école loin derrière nous, nous nous faisons toujours un devoir d’y assister chaque année. Un devoir de regard, de compréhension et de mémoire sur les événements qui façonnent le monde et l’humanité dans ce qu’ils ont de plus horrible et de plus beau.

Comparé aux Oscars de la photographie, le World Press Photo regroupe les images gagnantes du plus prestigieux concours professionnel au monde. Au total, 5775 photographes de 128 pays ont soumis 83 000 photographies dont quelques dizaines ont été retenues.

Véritable rétrospective annuelle, tous les grands moments de l’actualité de l’année 2015 refont surface en image. Cette année, la crise en Syrie et des réfugiés qui en ont découlé, ont mobilisé les photojournalistes du monde entier. Des images bouleversantes de bateaux surpeuplés, d’enfants blessés, de parents éplorés et l’image, premier prix du concours, d’un père désarmé faisant passer son bébé sous un fil de barbelé pour accéder à un pays d’exil.

On se rend compte en contemplant ces photos saisissantes que nous avons la mémoire bien courte et que nous oublions rapidement une tragédie pour passer à la suivante. Vous souvenez-vous du tremblement de terre au Népal ? Il avait fait les manchettes puisque des Québécois se trouvaient sur l’Everest lors des avalanches qui ont suivi le séisme. Des villes et des villages avaient été détruits. Qu’en est-il de leur reconstruction ? Nous avons tourné la page vers une autre catastrophe.

Éclairant souvent les grands enjeux mondiaux, quelques images montrent également des faits divers ou des chroniques de la vie quotidienne qui n’en restent pas moins poignantes comme une  série présentant les derniers moments d’un couple atteint du cancer.

Il n’en demeure pas moins que le monde contient d’innombrables beautés qui ne sont pas mises de côté. Qu’il s’agisse d’une somptueuse baleine à bosses dans l’immensité de l’océan ou d’un couple de femmes homosexuelles ayant accouché presque en même temps suite à des fécondations in vitro réussies.

La visite se poursuit au deuxième étage du Marché Bonsecours avec l’exposition Regards d’Oxfam-Québec, projetant les inégalités sociales de plusieurs pays, et avec le projet Je ne viens pas de l’espace, concept de la porte-parole du World Press Photo Anaïs Barbeau-Lavalette et du photographe Guillaume Simoneau qui ont rencontré de nouveaux arrivants syriens établis à Montréal.

Le World Press photo, c’est un rendez-vous important avec le monde.

Musée Exposition
Samian et Dominique Caron. Crédit photo : Félicia Balzano

World Press Photo 2015 : un autre regard sur le monde

Chaque année, depuis maintenant 10 ans, le World Press Photo expose à Montréal les photographies gagnantes d’un des plus importants concours de photographie professionnelle au monde. En plus d’être une exposition artistique de talents, le World Press Photo constitue une fresque illustrant cette dernière année. Ponctuée de petits et de grands moments, tragiques et magiques, elle nous est présentée sous le regard de photographes français, russes, italiens, turques, iraniens, chinois, afghans, et plus encore.

J’ai d’abord été très émue par le travail du photographe invité Jérôme Sessini, double lauréat dans la section Actualités et Reportages. Il expose des clichés touchants et troublants des évènements marquants survenus en Ukraine : l’écrasement du vol MH17 de Malaysian Airline aux assauts menés dans les rues de Kiev. Jérôme Sessini raconte à propos de son reportage à Kiev: « Cette journée a conduit au départ du Président ukrainien du pays. J’ai passé deux heures et demi, trois heures,  sur cette barricade avec les manifestants. C’était un moment assez intense… Les manifestants étaient exposés au tir du sniper… il y a eu beaucoup de blessés et de tués. »

Jerome Sessini qui s'entretient avec une journaliste. Crédit photo : Félicia Balzano

Jerome Sessini qui s’entretient avec une journaliste. Crédit photo : Félicia Balzano

J’ai ensuite eut un grand coup de cœur pour le photographe russe Sergei Ilnistsky et « Table de cuisine après une attaque au mortier » dans la section Nouvelles Générales. Double lauréat également, mais dans deux catégories différentes : « Il faut admirer le talent d’un photographe d’une telle polyvalence », a commenté Jérôme Sessini lors de la visite de l’exposition. Entre la catégorie Sports Reportages et Nouvelles Générales, deux mondes s’opposent et, pourtant, le visuel que nous offre le photographe russe est éblouissant et admirable.

Table de cuisine après une attaque au mortier. Crédit photo : Sergei Ilnistsky

Table de cuisine après une attaque au mortier. Crédit photo : Sergei Ilnistsky

Plus tard en soirée, j’ai eu la chance de m’entretenir avec Samian, porte-parole pour cette 10e édition.  L’artiste multidisciplinaire algonquin expose également dans le cadre du Word Press Photo une série de photos prises dans la Côte Nord, juste à côté de l’exposition de la Wapikoni Mobile qui célèbre ses 10 ans comme le Word Press Photo de Montréal et  dont Samian est également porte-parole. L’artiste avoue avoir été naturellement amené à faire de la photographie puisqu’une image vaut mille mots. Il a déjà réalisé une série de portraits en Afrique du Nord, en Amérique du Sud, ainsi que dans l’Ouest canadien. Une autre exposition pour Samian approche au printemps 2016 au ARTVstudio à la Place des Arts. C’est à suivre!

WPP2015vernissage_FeliciaBalzano_01500

Samian et Dominique Caron. Crédit photo : Félicia Balzano

Assister au World Press Photo c’est découvrir 150 photographies, leurs histoires, leurs tragédies, leurs beautés, mais aussi toute la portée qu’elles ont sous notre regard. C’est une vitrine vers une réalité qui nous échappe. Ajoutons à cela la présence de nos talents locaux avec l’exposition Regards d’Oxfam, ICI RDI et leurs correspondants, Wapikoni ainsi que la pertinente exposition de l’américain Will Steacy Deadline. L’exposition qui se déroule du 26 août au 27 septembre au Marché Bonsecours est à ne pas manquer. Elle est accessible en semaine, de 10 heures à 22 heures, ainsi que pendant les nocturnes (jusqu’à minuit) les jeudis, vendredis et samedis.

 

Musée Exposition

#ARTVIF : les heureux instagramers sont…

Du 10 mai au 10 juin 2012, les instagramers étaient invités à capter de l’art sur le vif en ajoutant le mot-clic #artvif à leurs clichés!

Les participants qui obtenaient 10 « ♥ » sur Instagram couraient la chance de gagner 1 des 10 paires de laissez-passer pour la prochaine exposition WORLD PRESS PHOTO 2012 à Montréal.

De plus, tous ceux qui obtenaient plus de 10 « ♥ » étaient éligibles au grand tirage :

  • 1 invitation double à la visite de presse officielle
  • 1 laissez-passer double pour visiter l’exposition WORLD PRESS PHOTO 2012
  • 1 catalogue de la 55e édition

Vous avez été nombreux à participer! On vous remercie d’avoir partagé vos chefs-d’oeuvre!  Un vrai plaisir d’avoir pu admirer vos photos. 

Voici venu le temps d’annoncer les heureux instagramers! En lien avec le concept, nous annonçons les gagnants dans la galerie photos ci-bas.

Bravo à tous!

Si vous reconnaissez votre photo, écrivez un courriel à blogue@lavitrine.com.

Variétés

INSTAGRAM : #ARTVIF

Concours terminé | Merci d’avoir participé à #artvif! Nous annoncerons le nom des gagnants ou des gagnantes sous peu! 

Par le biais de l’application Instagram, La Vitrine est heureuse d’organiser un concours photos en collaboration avec les Productions Foton et l’édition montréalaise du World Press Photo.

DATES

Du 10 mai 2012 au 10 juin 2012

RÈGLES

1.  Via Instagram, prenez une photo sur le thème « ART SUR LE VIF » et partagez sur Twitter @la_vitrine en utilisant le mot-clic (hashtag) #artvif

2.  Lorsque 10 personnes « ♥ » votre photo sur Instagram, envoyez un second tweet à @la_vitrine en précisant votre exploit!

3.  Les personnes qui obtiendront 10 « ♥ » sur Instagram courent la chance de gagner 1 paire d’entrées pour la prochaine exposition WORLD PRESS PHOTO 2012 à Montréal.  Au total, 10 laissez-passer double seront offerts.

4.  De plus, tous ceux qui obtiendront plus de 10 « ♥ » seront éligibles au grand tirage :

  • 1 invitation double à la visite de presse officielle
  • 1 laissez-passer double pour visiter l’exposition WORLD PRESS PHOTO 2012
  • 1 catalogue de la 55e édition
Nous afficherons les photos les plus ♥ ci-bas! Suivez le déroulement du concours ou visionnez l’ensemble des photos en cliquant ici

N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter et Instagram : @la_vitrine

Les gagnants seront annoncés le 20 juin 2012.

Bonne chance à tous!

GALERIE VIRTUELLE

Photo @miss_shantay | « Art sur le vif #artvif réflection sur pierre »

Photo @beapupo | « Arc-en-ciel sur l`asphalte »

Photo @jourduf | « #Artvif au Palais des congrès de Montréal »

Photo @lamarieradio | « Art urbain #PlateauMontRoyal »

Photo @axsoul | « 1st nation #artvif !! »

Photo @miss_shantay | « Sculpture aux Habitations Jeanne-Mance »

Photo @jourduf | « Architecture - Palais des congrès de Montréal »

Variétés