Tous les articles

Ville-Marie

velo-paradiso-central-creditwakiponipointca

Vélo Paradiso : top 5 adresses pour en profiter

Best of Québec prend possession de notre blogue pour vous faire découvrir les bonnes adresses et meilleures occasions autour d’un festival montréalais.

Ce mois-ci, découvrez leurs recommandations pour profiter de cinéma sous les étoiles! Eh oui, grâce à Vélo Paradiso, un concept amusant de vélo-projecteur qui sillonnera jusqu’à la mi-octobre les rues et parcs de cinq arrondissements montréalais, des projections extérieures coordonnées par le Wapikoni Mobile ont lieu chaque semaine. Chouette, n’est-ce pas? Et encore plus lorsqu’on sait où faire une petite halte sympathique dans les quartiers concernés. Suivez le guide!

Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Ce quartier a beaucoup changé au cours des dernières années et dispose à présent d’une belle gamme d’endroits qui peuvent précéder ou suivre une projection extérieure. Il suffit de penser au restaurant Tapeo, dans lequel la chef Marie-Fleur Saint-Pierre exalte la cuisine espagnole, pour s’en convaincre. Vous pouvez aussi vous rendre les yeux fermés au restaurant apportez-votre vin Tandem, dont la cuisine est aussi délicieuse que l’accueil, ou encore au Alep, une excellente adresse pour les amateurs de cuisine moyen-orientale et végétarienne.

Tandem

Tandem

Rosemont-Petite-Patrie

Quartier familial et convivial, Rosemont-Petite-Patrie recèle plein de petits trésors à connaître si vous assistez à Vélo Paradiso. Pour manger, direction Frites alors!, le paradis des frites belges qui les décline sous forme de cornets, de poutines et d’accompagnements pour burgers, hot-dogs et sandwichs. Un endroit sympathique, au bon rapport qualité-prix et coloré à souhait! Et pour boire un verre dans un cadre accueillant, nous vous suggérons La Distillerie N.3, au décor inspiré de saloons du XIXe siècle et aux cocktails intéressants.

Frite alors

Frite alors!

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Homa, comme le surnomment affectueusement de nombreux Montréalais, est un quartier qui s’est beaucoup dynamisé et dont les résidents ont maintenant beaucoup de choix dès qu’il est question de sortir. Pourquoi ne pas faire une halte-repas, avant votre projection, au charmant restaurant Cabotins? Ultra-accueillant avec son décor fait de matières recyclées, ultra-ouvert aux familles et ultra-salivant avec sa cuisine à la fois responsable, de qualité et originale, vous adorerez l’endroit. Et pour ceux d’entre vous qui aimeraient veiller après votre cinéma sous les étoiles, n’hésitez pas à vous rendre au Blind Pig, un petit bar chaleureux et bien animé, ou encore au Monsieur Smith, dont vous dorerez les cocktails.

Cabotins

Cabotins

Côte-des-Neiges

Ah, Côte-des-Neiges et sa grande diversité ethnique et culturelle. De nombreux étudiants choisissent ce quartier pour ses petits prix et son offre métissée. Asiatiques, caribéens, indiens, italiens, grecs, moyen-orientaux; il y a l’embarras du choix à chaque coin de rue si l’on veut se restaurer. Même chose du côté des bars, avec tout de même une recommandation pour le Pub McCarold, à la fois rustique et chaleureux, qui propose une vaste sélection de bières et de whiskys. Coup de cœur gourmand, également, pour la boulangerie-pâtisserie artisanale Chez Fred, qui produit des pains, viennoiseries et pâtisseries salées comme sucrées réalisés dans les règles de l’art, avec le savoir-faire et la passion d’un vrai boulanger qui n’utilise que les meilleurs produits. Psst! Commandez une tasse de vrai chocolat chaud fondu à l’ancienne pour accompagner votre dégustation sur place!

Chez Fred

Chez Fred

Ville-Marie

Centre par excellence des affaires et de la trépidante vie urbaine, Ville-Marie regorge de petites et de grandes adresses ou se rendre avant comme après une projection. Afin de demeurer dans l’esprit sortie en plein air et sans chichi, une petite visite au Vladimir Poutine, ou l’on retrouve parmi les meilleurs poutines en ville à prix très doux (tout comme d’autres petits plats sympas), peut être une bonne idée. Pour boire un verre ou deux, tout en écoutant de la très bonne musique en direct cinq jours sur sept et en profitant d’un décor exceptionnel, rendez-vous au Le Vieux-Dublin, le pub irlandais historique de Montréal. Vous trouverez sur place une des plus belles sélections de bières en fût et de scotchs en ville. Enfin, pour admirer de très haut Montréal, montez au sommet de la tour Ville-Marie et essayez le resto Les Enfants Terribles, à la cuisine réconfortante et aux cocktails bons à toute heure du jour comme de la nuit (il est toujours cinq heures quelque part, n’est-ce pas?).

Bon cinéma sous  les étoiles!

Cinéma
win_733

Bien plus qu’un tube digestif – Le retour de Wim Delvoye

De retour à Montréal après 9 ans d’absence, Wim Delvoye revient nous gâter avec une exposition rétrospective à DHC/ART Fondation pour l’art contemporain. Délaissant cette fois-ci son célèbre Cloaca no. 5, c’est en exposant plus d’une cinquantaine d’œuvres qu’il nous démontre encore une fois son génie.

Ayant fait l’objet de fresques médiatiques depuis une bonne décennie, notamment pour sa machine “digestive” et pour le tatouage de peaux de cochons chinois, c’est en « faisant bien les choses » que Wim choisi de se réinventer et faire un pied de nez à ce que plusieurs s’emploient à défendre comme véritable « objet d’art »

Cette rétrospective nous permet de replonger dans quelques-unes des œuvres phares de l’artiste et de replacer en contexte les questions derrière sa démarche. On nous fait se questionner sur la nature de l’objet d’art, de quoi est-il constituer, quelle est sa valeur, tant bien marchande que culturelle que spirituelle.

wim-delvoye_500

L’exposition s’étend sur plusieurs étages, le tout commençant au rez-de-chaussée avec l’imposante automobile d’aluminium embossé et un trio de sculptures tout aussi impressionnantes et minutieusement travaillées qui ne vont pas sans rappeler les cathédrales gothiques.

On aura la chance de revoir cette technique à l’embossage un peu plus haut dans les étages avec la série des valises sur roulettes. Situées sur le même plancher que les sculptures de pneus torsadés, ce fût pour moi un véritable coup de cœur de voir ses objets anodins du quotidien à qui on insuffle, par de multiples interventions manuelles, un air de prestige et de luxe.

Sculpture de pneus torsadés

La torsion, Wim Delvoye s’y adonnera également dans la série des crucifix. N’étant pas pratiquant ni même croyant, il choisira plutôt de travailler cet objet pour son caractère sacré et son universalité.  En le faisant tourner sur lui-même, on y décerne une pointe de sarcasme et on confronte le spectateur à remettre en question ses acquis.

Difficile de ne pas mentionner aussi dans cette rétrospective, l’exposition des peaux de cochons tatouées et des dessins préparatoires qui l’accompagnent.  On le sait, l’artiste a fait couler beaucoup d’encre à ce sujet, mais tatoueur de cochons depuis les années 1980, c’est un choisissant la peau de celui-ci qu’il réussit un coup de maître, à savoir rendre prestigieux et convoité un animal que l’on considère comme grossier. En s’assurant de leur offrir un habitat confortable et un traitement soigné, fait que le spectateur pourra constater dans un vidéo explicative au sous-sol de DHC/ART, Wim repousse les limites du marché de l’art et arrive encore une fois à redéfinir les règles du jeu.

 

Wim Delvoye en exposition à DHC/ART jusqu’au 19 mars 2017.

 

Musée Exposition