Tous les articles

Théâtre La Licorne

gametes_733

Choix de femme

Jusqu’au 24 mars, la compagnie Les Biches Pensives présente Gamètes au théâtre La Licorne, une pièce de Rébecca Déraspe mise en scène par Sophie Cadieux.

Lou (Annie Darisse) et Aude (Dominique Leclerc), jeunes femmes dans la trentaine, sont d’inséparables amies d’enfance. Le jour où Aude apprend qu’elle attend un enfant trisomique, elle se réfugie chez Lou dans l’attente de compassion et d’une oreille attentive, mais son amie vient plutôt la confronter sur ses valeurs fondamentales. Comment peut-on se réaliser en tant que femme avec un enfant à besoin particulier?

Dans le jugement et un amour profond envers l’autre, les opinions s’entrechoquent et les discours se confrontent. Dans leur féminisme bien-pensant, elles sont pleines de contradictions. Qu’est-ce qu’être une femme accomplie aujourd’hui? En se réalisant professionnellement? En imitant les hommes? Est-ce que le rôle de mère vient détruire toute ambition de réussite sociale? Ou est-ce que le véritable accomplissement, c’est de se tenir au-dessus de « la chorale des opinions »?

gametes500

Les dialogues sont francs, tranchants et mordants. On se permet de dire tout haut des choses horribles sur la trisomie, la place des femmes, les relations amoureuses, etc. Les personnages se répondent du « tac-au-tac » avec ironie et sarcasme dans une joute verbale assez divertissante. Parce que malgré la lourdeur apparente du sujet, on rit beaucoup dans cette pièce.

Des coupures nettes dans le dialogue viennent effectuer des retours dans le temps où les comédiennes jouent également des personnages différents pour imager leur passé et nous faire comprendre de quelle façon leur identité et leur amitié se sont forgées au fil des années.

Dans un décor géométrique assez sobre tout en rose pastel qui rappelle les magazines féminins, deux chaises, deux plantes et une paire d’écouteurs constituent les seuls accessoires.

Annie Darisse et Dominique Leclerc brillent sur scène avec leur sens du comique aiguisé et nous emmènent également dans des zones beaucoup plus sombres.

On ne répond peut-être pas à toutes les questions que se posent Lou et Aude, mais c’est l’amitié qui triomphe dans Gamètes.

La pièce Gamètes est présentée au théâtre La Licorne jusqu’au 24 mars.

Théatre
Comments'occuperdebebe_Crédit photo: Yanick Macdonald

La vérité absolue existe-t-elle vraiment ?!

Que définit ce qui est vrai ou faux ? Qui possède la vérité ? Ce qui est mensonge pour l’un peut-il être vrai pour l’autre ?  C’est sur ce genre de paradigme qu’est fondée la pièce Comment s’occuper de bébé, présentée au Théâtre La Licorne jusqu’au 22 mars.  Croyez-moi sur parole; vous ressortirez de cette pièce avec plus de questions que de réponses…

La pièce tourne autour d’un fait divers : une mère est accusée du meurtre de ses deux enfants. Ce crime horrible laisse, parmi la population et les proches de l’accusée, de multiples interrogations.  A-t-elle oui ou non tué ses deux enfants ?  Même si rapidement on apprend que la mère, Donna, est jugée non coupable, le doute demeure et chacun tentera à sa manière de découvrir la vérité. Plus la pièce avance, plus on découvre que cette recherche de l’absolue vérité est utopique.

Richard Thériault pendant la pièce. Crédit photo: Yanick Macdonald

Richard Thériault pendant la pièce. Crédit photo: Yanick Macdonald

Parmi les personnages gravitant autour de Donna, on y retrouve sa mère – candidate aux élections locales; Martin – son ancien mari et père des deux enfants, un journaliste ayant des problèmes sexuels, le docteur Millard – un psychiatre qui semble avoir décelé chez Donna un trouble rare, qui semble donner réponse à son horrible geste, et finalement, l’auteur lui-même, qui cherche à obtenir les faits pour bâtir son histoire.

Tous ces personnages interviennent et sèment petit à petit des indices qui pourraient constituer un semblant de réponse.  Mais impossible de savoir vraiment ce qui s’est produit car chacun dans cette tragédie semble croire à sa propre vérité. Et Donna, au centre de toutes ces questions/réponses, ne semble pas trop s’en formaliser. On pourrait croire qu’elle est la seule qui sait, mais pourtant…

Une fois le rideau baissé, le spectateur est inexorablement invité à tirer sa propre conclusion, en sachant très bien que tout n’est pas si simple, ni tout blanc, ni tout noir.

Chose certaine (ha oui, vraiment?!), le jeu des acteurs, tous sans équivoque, est solide et convaincant. Mention spéciale à Josée Deschênes, magnétique et intrigante dans son rôle de mère parfaite, mais-pas-si-parfaite-après-tout; à Évelyne Brochu, qui nous fait sans cesse douter, la croyant incapable d’un geste aussi cruel que de tuer ses enfants.  Et Hubert Proulx dans le rôle de l’ex-mari et père, qui en peu de mots, semble en dire beaucoup plus que tous les autres.

Luc Senay à l'écran et Évelyne Brochu sur scène. Crédit photo: Yanick Macdonald

Luc Senay à l’écran et Évelyne Brochu sur scène. Crédit photo: Yanick Macdonald

Pour réussir à amener avec autant de brio les spectateurs dans cette quête de la vérité avec un grand V, il fallait de bons textes et une bonne mise en scène.  Les textes originaux sont signés Dennis Kelly, auteur londonien détenant maintes pièces à son actif dont plusieurs ont voyagé à l’étranger.  Ses textes ont été traduits par le dramaturge québécois Olivier Choinière.  En terminant, l’excellente mise en scène de Sylvain Bélanger mixe parfaitement la scène et le multimédia, ce qui, sans briser le rythme, permet d’apporter du dynamisme à la pièce.

Alors, si je vous dis que Comment s’occuper de bébé est une pièce à voir, me croirez-vous ? Allez, vous savez bien que je ne vous mentirais pas!

Comment s’occuper de bébé est présenté à La Licorne jusqu’au 22 mars prochain.

Théatre