Tous les articles

Théâtre du Rideau Vert

moliere_733

Loin de la langue de Shakespeare et Molière

C’était au Rideau Vert que le spectacle Molière, Shakespeare et moi est présenté dans le cadre du festival de théâtre À nous la scène, organisé par le 375e de Montréal. Il y a quelques mois de cela, Gilbert Rozon ne donnait qu’une seule consigne à Denise Filiatrault : monter une pièce avec Shakespeare et Molière. C’est donc à Emmanuelle Reichenbach, l’auteur d’Edgar et ses fantômes, qu’est incombé la tâche de relever le défi de Gilbert Rozon. Cela donne une comédie parodique vaudevillesque, à tendance grivoise, on ne peut plus anachronisme.

Nous suivons l’histoire de Thomas Beaubien, un jeune écrivain torturé interprété par Simon Beaulé-Bulman et de ses deux pas toujours fidèles complices, une directrice de bordel dépeinte par Anne-Élisabeth Bossé et un coureur des bois joué par Mathieu Quesnel. Ils ont la requête de Monseigneur Montarville (Carl Béchard) de créer une pièce de théâtre choc sur le Gouverneur (un Roger La Rue trivial à souhait). La pièce est un succès et éveille l’esprit révolutionnaire des habitants de la Nouvelle-France. Thomas fuit, ses amis le trahissent, Monseigneur renverse le Gouverneur et vole la femme de ce dernier. Qu’est-ce que Thomas Beaubien peut bien faire face au clergé et au pouvoir? Et s’il pouvait avoir un petit coup de pouce des fameux William Shakespeare et Jean-Baptiste Molière?

moliereetmoi_500

Caricatural à souhait, plongeant à pieds joints dans le kitsch et le surjoué, le public a droit à un vaudeville moderne à saveur de Nouvelle-France. La salle s’en donnait à cœur joie et semblait apprécier chaque seconde. Plusieurs fous rires s’échappaient des spectateurs devant les situations grotesques qui truffaient la pièce. Une pièce populisme, qui vient chercher les goûts dramaturgiques des masses.

Malgré le rire ambient, la pièce manque de fond. Les blagues manquent de subtilité et la finalité est prévisible et risible. Mentionnant maladroitement quelques enjeux de notre société, ils sont tellement effleurés qu’on en perd le sens. L’effort de vouloir politiser le tout tombe à plat, se noyant dans les galipettes et grivoiseries. Et que dire de la présence de Molière et de Shakespeare qui sont dépeints comme des vieux mononcles qui pètent et rotent? Les efforts des acteurs ne pouvaient rattraper cela. Mention spéciale à l’éclairage de Julie Basse.

La pièce se termine ce samedi 22 juillet. Il vous reste encore du temps pour aller vous faire votre propre opinion!

Théatre
RevueCorrigee2015733

Revue et corrigée, un incontournable !

Pour une onzième année consécutive, la revue de l’année, Revue et corrigée, est de retour au Théâtre du Rideau Vert pour le plus grand plaisir de tous. Au menu, une rétrospective des événements qui ont marqué notre actualité avec des sketches, des chansons, une grande dose d’humour, mais surtout une distribution de comédiens de grand talent.

Mis en scène par Alain Zouvi, ce spectacle met en vedette les talentueux comédiens Suzanne Champagne, Martin Héroux, Marc St-Martin, France Parent (les vétérans), Julie Ringuette (2e année) et François Maranda (la recrue) qui incarnent à eux seuls une centaine de personnages. Avec tous ces costumes et perruques que cela engendre, on imagine la chorégraphie de haute voltige en coulisse : les comédiens travaillent clairement aussi fort sur scène que derrière !

L’année 2015 a été riche sur la scène politique, culturelle, sportive et en faits divers. Tout a été passé au peigne fin par le collectif d’auteurs composé de Jean-philippe Durand, Simon Leblond, Nadine Massie, Pascal Roberge et Guillaume St-Onge qui a retenu une trentaine de thèmes à travers tout ce qui a fait les manchettes cette année.

Résultat? Un spectacle haut en couleur soutenu par des comédiens doté d’une grande polyvalence et des textes qui nous font rire. S’il y a quelques tableaux un peu moins drôles que d’autres, tous sont bien fignolés et bien exécutés. Parmi les moments forts, notons Les Grosse élections, un numéro de comédie musicale à la Grease qui met en vedette nos politiciens fédéraux ainsi que le Ti-Mé Réchaud (le Ti-Mé Show) qui reçoit comme invité Justin Trudeau. On aime également l’excellente imitation de Julie Snyder, par le comédien Marc St-Martin, qui nous fait revivre son mariage avec PKP et la Marina Orsini, interprétée avec brio par François Maranda, qui reçoit une famille de réfugiés syriens. Finalement, Julie Ringuette fait une excellente Rogatien en nous parlant des taxis Uber et des problèmes de l’industrie du taxi.

RevueCorrigee

Une mention spéciale pour le numéro sur Joël Legendre, un véritable tour de force de la part des auteurs. Sous forme de conte, on revient sur cette tempête médiatique, mais aucun geste ou acteur n’est nommé explicitement. Un numéro réussi sur tous les plans! Le spectacle s’est terminé par une finale mémorable où les comédiens ont rendu un hommage à Paris, sur l’air de la chanson de Stromae, Tous les mêmes, suite aux tristes évènements survenus en novembre dernier.

Revue et corrigée présente 12 nouvelles représentations du 19 décembre 2015 au 9 janvier 2016.

Pour vous procurer vos billets c’est ici

 

 

 

Variétés