Tous les articles

Scratch

IMG_4783733

Et c’est parti pour les RVCQ

Jeudi soir avait lieu la Soirée d’ouverture des Rendez-vous du cinéma québécois, débutant avec la première de Boris sans Béatrice au Cinéma Impérial. Après la représentation avait lieu une soirée à la Cinémathèque Québécoise animée par la musique de Eman & Vlooper, un duo hip-hop particulièrement punché originaire de la capitale et les DJ set de Poirier, Robert Nelson et Maybe Watson d’Alaclair Ensemble.

Comme nous l’avait dit Monsieur Dugas « la programmation veut dresser un panorama d’une année de cinéma avec les films qui sont incontournables, ceux dont on a parlé et ceux dont on a un peu moins parlé aussi. » Vous pourrez donc y voir les gros films de l’année 2015 tels que Paul à Québec, Le Mirage et Guibord s’en va-t-en guerre, mais aussi de plus petites productions, des documentaires et des programmes de courts-métrages.

Ne manquez pas la chance de voir d’excellents films en salle comme Scratch, Turbo Kid, Early Winter et Les Êtres Chers. Plusieurs documentaires retiennent également notre attention : Elle pis son char, Bienvenue à F.L. Montréal New Wave et I’m Gone : A film about Amy.

Finalement, pour les fans de Série Noire, le festival a organisé, pour la Nuit Blanche, une soirée complète sous le thème de la série. Animée par Sébastien Diaz et en présence des comédiens,  il y aura des quiz, des DJs set et des invités surprises.

Notre photographe Renaud Vinet-Houle est allé faire un tour à la soirée d’ouverture.

 

Cinéma
PosterFantasia2015Français

Quoi voir à Fantasia

Le festival Fantasia atteint cette année sa majorité avec cette 18ème édition. Le festival s’est taillé une place incontournable dans l’univers du cinéma de genre en permettant au public montréalais de découvrir des films originaux et percutants venus du monde entier. Le très large éventail de styles cinématographiques et de thématiques abordés comporte bien sûr beaucoup d’avantages, mais il peut être difficile pour les spectateurs de faire des choix -souvent déchirants- entre plusieurs projections. Pour nous aider dans ces choix, nous avons rencontré Simon Laperrière, programmateur pour Fantasia depuis 2010, qui a lui-même été festivalier avant de rejoindre l’équipe Fantasia. Voici ce qu’il avait à nous suggérer.

Première canadienne à ne pas manquer
« 
Les cinéphiles ne voudront pas manquer la première canadienne de Cop Car de Jon Watts, le réalisateur du prochain épisode de Spider-Man. Dans ce thriller haletant remarqué à Sundance, deux adolescents mettent la main sur une voiture de police et décident de prendre la route. Leur partie de plaisir sera de courte durée puisqu’ils sont rapidement poursuivis par le propriétaire du véhicule, un agent de la loi corrompu interprété par Kevin Bacon, la tête d’affiche du classique Footloose et de la série à succès The Following et qui sera d’ailleurs présent à cette projection explosive. »

Film québécois à voir absolument
« 
Avec la première mondiale de Scratch, le nouveau venu Sébastien Gordon signe un drame musical hurlant de vérité qui nous entraîne dans le milieu glauque des gangs de rue. Mettant en vedette plusieurs artistes de la scène hip hop locale, ce film audacieux et nécessaire dépeint une réalité montréalaise peu souvent portée à l’écran. »

Film fantastique incontournable
« Les amateurs de Game Of Thrones seront au rendez-vous pour la première internationale de The Shamer’s Daughter du Danois Kenneth Kainz. Dans un monde médiéval peuplé de dragons et de sorciers, une jeune fille hérite de l’étrange pouvoir de sa mère. Ce film d’aventures aux images enchanteresses a été écrit par Anders Thomas Jensen, le brillant scénariste derrière The Salvation et Brothers. »

Film asiatique
« 
Habitué du Festival, Sion Sono fait un retour remarqué avec trois longs métrages. Parmi ceux-ci, l’éclaté Love & Peace le voit, contre toute attente, à la barre d’une fable familiale colorée. Fusion imaginative de film de monstre et de comédie, cette fantaisie sur une star montante du rock ainsi qu’une bande de jouets abandonnés s’impose également comme une critique mordante de la culture japonaise. »

Film rétro restauré
« Cette année, The Reflecting Skin de Philip Ridley célèbre son vingt-cinquième anniversaire. Pour l’occasion, Fantasia sera le premier festival à présenter la nouvelle restauration numérique de ce chef-d’œuvre oublié du cinéma canadien. Mettant en vedette Viggo Mortensen dans l’un de ses premiers rôles à l’écran, ce drame rural évoque Léolo en suivant les méandres d’un jeune garçon persuadé que sa voisine est un vampire. À voir ou revoir sur grand écran. »

The Reflecting Skin

The Reflecting Skin

Film Espagnol
« En remportant 10 Goyas, Marshland d’Alberto Rodriguez est l’un des films les plus récompensés de l’histoire de l’Espagne. Sorte de True Detective hispanique, ce film noir contemporain met en scène deux détectives poursuivant un prolifique tueur en série dans un pays rongé par la corruption. »

Sélection de court-métrages
« Tous les amateurs de cinéma bref assisteront à la neuvième édition du Fantastique week-end du cinéma québécois. Avec ses nombreux blocs de courts métrages en tout genre, cette incontournable célébration des productions d’ici est l’introduction idéale aux talents de demain. Comme toujours, l’événement permettra au public d’aller à la rencontre des réalisateurs invités par l’entremise de diverses activités. »

Film d’animation
« Assurément Miss Hokusai de Keiichi Hara, le film d’ouverture de la 19e édition de Fantasia. Dans ce somptueux drame biographique, l’auteur de Colorful dépeint avec sensibilité la relation entre  Katsushika Hokusai, l’un des artistes japonais les plus influents au monde, et sa fille éprise de liberté. Un immense succès critique au dernier Festival international du film d’animation d’Annecy qui promet d’en mettre plein la vue. »

miss500

Miss Hokusai

Documentaire
« Le réalisateur Michael Madsen (Into Eternity) signe avec The Visit une captivante réflexion sur notre place dans l’univers. En invitant des scientifiques, des philosophes et des militaires à simuler la venue d’un extraterrestre sur notre planète. Profondément émouvant, ce film puissant aborde avec originalité divers enjeux propres à la condition humaine. Un très grand moment de cinéma. »

Le plus insolite
« Le film le plus atypique cette année est définitivement Orion d’Asiel Norton. Avec ses épatants costumes et décors, ce conte métaphysique se déroule dans un monde dévasté par la folie des hommes dans lequel un voyageur (David Arquette dans un déstabilisant contre-emploi) croise sur sa route un magicien malicieux. Il s’agit d’un conte épique intimiste qui s’appuie sur sa propre mythologie et duquel s’émanent des émotions nouvelles. Du jamais vu, tout simplement. Le Festival est très heureux d’être l’hôte de sa première mondiale. »

Les billets seront en vente au comptoir de vente à l’Université Concordia et aussi sur le réseau Admission. Il est possible d’acheter une liasse de 10 billets à prix réduit.

Cinéma