Tous les articles

Musée des beaux-arts

????????????????????????????????????

Humanorium – L’étrange fête foraine : Montréal à l’avant-garde

Best of Québec prend possession de notre blogue pour vous faire découvrir les bonnes adresses et meilleures occasions autour d’une activité montréalaise. Ce mois-ci, découvrez leurs recommandations de lieux et d’activités originales inspirées d’Humanorium – L’étrange fête foraine présentée aux Jardins Gamelin du 5 au 15 octobre.

Musée d’art contemporain

Fier flambeau du travail de pointe qui se réalise localement comme internationalement en arts visuels, une visite s’impose pour découvrir sa collection permanente, ses expositions itinérantes et sa boutique.

mac

Musée des Beaux-Arts de Montréal

Plus large dans son approche, le populaire MBAM est aussi le diffuseur, voire l’incubateur de grandes expositions d’avant-garde comme celle sur le couturier Jean-Paul Gauthier ou bien celle de l’artiste en verre soufflé Chihuly. Incontournable.

mbam

central1

Hôtel Épik Montréal

Parfaite adéquation d’un édifice ancestral et du luxe contemporain, le superbe Hôtel Épik est un havre idéal pour les amateurs d’avant-garde bien pensée.

hotel-epik

Bota Bota

Un esprit sain dans un corps sain, c’est important. Et lorsque cette combinaison se réalise dans un des endroits les plus originaux et design en ville, c’est encore mieux! Découvrez ce spa flottant unique en son genre, avec une vue imprenable sur Montréal et un décor digne des meilleurs magazines d’architecture.

bota-bota

Tohu

La réputation de Montréal dans les arts du cirque n’est plus à faire, et elle se cristallise dans cet édifice moderne qui accueille des expositions, des spectacles et des festivals de grand calibre et souvent très avant-gardistes. À découvrir.

tohu

Denis Gagnon

Véritable phénomène de la mode montréalaise, le designer aux lunettes imposantes qui a déjà exposé ses créations noires et blanches au MBAM dispose d’une boutique dans le Vieux-Montréal.

denisgagnon

Gaïa céramique

La céramique contemporaine est très vivante à Montréal, et en voici un fief avec une boutique qui combine formations et expositions d’une vingtaine de créateurs locaux.

gaia-ceramique

Le Fantôme

Salué par la critique, ce resto dans un lieu un peu improbable propose une cuisine très imaginative et travaillée sous la houlette du chef décomplexé Jason Morris.

fantome

Mousso

Petit-fils du peintre Jean-Paul Mousseau et fils du chanteur Michel Rivard, Antonin Mousseau-Rivard a choisi la cuisine comme art d’expression et y réalise des merveilles! Ses créations très originales sont aussi belles que mémorables. Une grande table.

mousso

Atelier Robuchon

Loin d’être un atelier comme les autres de ce prestigieux chef, ce bijou du Casino de Montréal est une table haut-de-gamme où le talent du chef Éric Gonzales prend toute sa dimension.

atelier-robuchon-crsophieginoux

Humanorium – L’étrange fête foraine est présentée aux Jardins Gamelin du 5 au 15 octobre.

 

Variétés
fem_0029733

La photographie à l’honneur au Musée des Beaux-Arts

Ça y est l’automne est bien installé, et comme à chaque année, les premiers coups de froid nous saisissent violemment… on s’emmitoufle comme s’il faisait -15 et on grimace à s’en donner des rides au front. Mais, on sait très bien que l’ont finira par s’habituer. En attendant, j’ai décidé que c’était le temps d’aller faire le plein de beauté, et ce bien au chaud. Vous aurez deviné que je vous propose donc d’aller au musée.

Et tout comme à longueur d’année, la programmation actuelle des deux grands musées de Montréal est extrêmement riche.  On nous présente les oeuvres d’artistes de tout genre; ici passionnés, ici engagés, ici utopiste, mais quelque soit la démarche artistique, on en sort toujours rempli et émerveillé.

Hier, je suis allée visiter les deux expositions de photos qui ont débuté ce mois-ci au Musée des Beaux Arts.

fem_0025500

Tout d’abord c’est au sous-sol que je me suis dirigée, pour aller voir le travail d’une trentaine de photographes canadiennes et américaines, qui, part le biais de leurs objectifs, nous propose une réflexion. Parfois ce sera sous la forme d’un tableau insolite, d’un paysage, de portraits stoïques racontant une histoire, ou d’images troublantes exposant la réalité de certaines. Nous sommes aussi attendries par une série d’images signées Claire Beaugrand-Champagne, photographe québécoise de talent, qui choisit cette fois de poser son appareil sur les personnes âgées dans toute leur noblesse. Il y aura quelques oeuvres de Geneviève Cadieux et d’Isabelle Hayeur également, nous rappelant à quel point nous sommes riches de nos brillants artistes au Québec.

fem_0020500

Que ce soit au nom des femmes, de l’art, ou tout simplement par amour pour la photo, l’exposition Elles Photographes mérite d’être vue.

 

La deuxième partie de ma visite a été allouée à l’expo vedette du moment; la rétrospective consacrée à l’un des plus célèbres photographes américains des années ’80, le controversé Robert Mapplethorpe. Le musée nous présente l’ensemble de son oeuvre, partant de la fin des années 1960 jusqu’à sa mort précoce, en 1989.

map_005500

On reconnait les images de Mapplethorpe, majoritairement noir et blanc, par l’intensité des contrastes, les noirs très noirs et les blancs très blancs. Je dirais qu’elles se distinguent aussi par leurs jeux d’angles, de formes, et de symétrie, d’ailleurs il le dira lui-même un jour;  “Je cherche la perfection dans la forme, je fais cela avec les portraits, je le fais avec les sexes, je le fais avec les fleurs.”

Il se sera intéressé aux trois mêmes sujets tout au long de sa carrière; les portraits (souvent  de célébrités et d’amis), les corps d’hommes nus, immortalisés de façon sculpturale et parfois troublante, et finalement les fleurs, délicates et élégantes, toujours éclairées à la perfection et traitées avec méticulosité, ressemblant davantage à des peintures qu’à des photographies.

map_295500

Cette exposition nous propose le parcours et le regard unique d’un homme fascinant ayant imposé son art révolutionnaire à l’ère de la contre-culture. À voir!

Elles, jusqu’au 19 février 2017

Focus: perfection Robert Mapplethorpe, jusqu’au 22 janvier 2017

 

Musée Exposition

Au-delà du Pop Art | Tom Wesselmann

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente TOM WESSELMANN : AU-DELÀ DU POP ART jusqu’au 7 octobre 2012.

De tous les grands artistes américains associés au Pop Art, Tom Wesselann (1931-2004) est le seul de sa génération dont l’œuvre n’a jamais fait l’objet d’une rétrospective en Amérique du Nord, une situation d’autant plus surprenante lorsque l’on considère l’immense impact visuel et la pertinence des sujets de cet artiste qui n’a eu de cesse de se réinventer en explorant une grande variété de techniques tout au long de De tous les grands artistes américains associés au Pop Art, Tom Wesselann (1931-2004) est le seul de sa génération dont l’œuvre n’a jamais fait l’objet d’une rétrospective en Amérique du Nord, une situation d’autant plus surprenante lorsque l’on considère l’immense impact visuel et la pertinence des sujets de cet artiste qui n’a eu de cesse de se réinventer en explorant une grande variété de techniques tout au long de sa carrière.

Fait particulier, Tom Wesselmann adorait la musique country :

« J’aime surtout la musique country, et je me rends compte que, une fois qu’une chanson vraiment spéciale s’est terminée, elle reste globalement présente, de manière presque aussi particulière qu’un tableau. Malgré son caractère linéaire et rythmé, elle a un impact multidimensionnel qui plane dans l’air et dans l’esprit de la même façon. J’ai le sentiment qu’un bon tableau est un résumé de nombreux choix de composition et de résonances et reste en suspens, comme si c’était un morceau de musique tout juste achevé1. »

Quelle chanson vous inspire l’oeuvre de Wesselmann?

Pour participer, exprimez-vous plus bas! 2 personnes remporteront :

  • 1 laissez-passer double
  • 1 livre d’art accompagnant l’exposition
(Chaque prix est d’une valeur de 75 $)
Le concours se termine le 11 septembre 2012! Bonne chance à tous! 

1. Passage non daté dans le journal « noir » de 1999, archives de l’atelier de Tom Wesselmann, New York. Source : site Web du Musée des beaux-arts de Montréal

Musée Exposition

Sur le bout de ses doigts…

On peut maintenant écouter la télévision sur son appareil intelligent, mais saviez-vous que l’on peut aussi visiter les institutions muséales montréalaises grâce à des applications mobiles gratuites? En effet, la façon d’explorer les expositions prend un nouveau virage.

D’abord, la Société des directeurs des musées montréalais nous suggère son interface Musées de Montréal. Avec cet outil, on peut voir la liste des expositions temporaires actuellement en cours de même que toutes celles qui sont permanentes dans les lieux de conservation et d’éducation montréalais. Quelques photos sont montrées dans le but de se rincer l’œil avant de faire son choix. L’onglet « Musées » regroupe, quant à lui, tous les établissements muséaux en ordre alphabétique. Quelques informations de base comme les heures d’ouverture, les expositions présentées et l’adresse s’y retrouvent. Aussi, on nous invite à profiter de différents parcours pour rendre notre expérience encore plus agréable. Cette application est très bien réalisée. Pour ceux qui n’auraient pas de téléphone intelligent ou qui n’ont pas accès à l’App Store, vous pouvez également vous procurer le Magazine Musées Montréal, disponible à La Vitrine et dans plusieurs endroits culturels. Vous y trouverez du contenu sur les 38 institutions. En ce qui concerne les versions Android, vous n’avez qu’à vérifier leur disponibilité dans la boutique.

Ensuite, la Biosphère, située en plein cœur du parc Jean-Drapeau, introduit quatre circuits sur son application, qui consistent en des audioguides sur plusieurs sujets traités dans différentes salles de la Biopshère : deux sur le « Géotour 67 » qui suggère de revisiter les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame comme si nous étions en 1967 et, enfin, un BioTrousse de l’île Sainte-Hélène pour voir sous un autre angle l’aspect environnemental de l’île. Cet outil est vraiment complet et le texte de l’audioguide en question est disponible sans les écouteurs.

D’autre part, le DHC-ART offre l’une des seules interfaces réalisées par un centre de production en art contemporain à Montréal. Celle-ci comporte un audioguide de l’exposition en cours, un calendrier des événements à venir, des biographies des artistes dont les œuvres sont présentées et des podcasts. Le visuel et la commodité de cette application sont impeccables.

Puis, pour les passionnés d’histoire, le Musée McCord met à notre disposition non pas une, mais bien deux applications bilingues. D’abord, il y a celle qui est directement en lien avec les expositions présentées. Des articles y sont aussi publiés. Une vingtaine de vidéos sont disponibles pour compléter « Montréal – Points de vue ». Lorsque vous serez devant un objet et que vous voudrez savoir l’historique de ce dernier, ne manquez pas d’utiliser la fonction « Rechercher » et d’y inscrire le code de l’item en question afin d’en découvrir davantage sur celui-ci. L’autre interface « Musée urbain MTL », réalisée en collaboration avec la chaîne Historia, regorge de photos d’époque associées à divers endroits de la ville de Montréal. Ainsi, vous pourrez y voir le funiculaire du Mont Royal inauguré en 1885 et vous y apprendrez que le droit de passage était de 0,05 $ par adulte.

Musée urbain Mtl : images « avant | après » de 150 lieux dans la ville

De plus, Parcs Canada, dont quelques lieux patrimoniaux nationaux se trouvent à Montréal comme celui de Sir-George-Étienne-Cartier, innovent en proposant des recettes d’antan en lien aux divers sites patrimoniaux. Par exemple, ce musée présente la technique culinaire de la tarte à Lafayette datant du 19e siècle! De plus, chaque recette originale présentée dans cette application relate les faits historiques et culturels auxquels elles sont rattachées. Question de connaître l’histoire derrière ce que l’on mange…

Il ne faudrait pas oublier l’application mobile en réalité augmentée de La Vitrine culturelle qui regroupe toute l’offre culturelle de Montréal. On peut donc non seulement connaître tous les détails des expositions qui sont présentées dans la grande métropole, mais aussi les spectacles et les événements culturels de toutes sortes et ce, sur le bout de ses doigts.

Application mobile de La Vitrine sur iPhone, iPod touch et Android

Enfin, il y a Art actuel et l’excursion musicale de la collection d’art européen du Musée des Beaux-Arts de Montréal qui se sont ajoutés en mars 2012. Dans la première, dont le local se trouve dans le même édifice que La Vitrine, toute l’offre ayant trait aux productions d’art contemporain s’y retrouve. À chacune est donnée de l’information (tarifs, heures d’ouverture), une description de l’exposition en question et des liens pertinents. On peut même partager sa découverte par le truchement des réseaux sociaux.

Également, dans cette application, nous pouvons consulter un calendrier étoffé des expositions en cours et les adresses de chacun des lieux présentant des expositions d’art contemporain. Dans la seconde, le Musée des Beaux-arts de Montréal nous propose un audioguide tout en musique pour agrémenter et compléter l’exploration de la collection d’œuvres européennes. De « Dévotion à la Vierge » à « Fantaisie ludique et poésie », c’est plus d’une cinquantaine de tableaux et de sculptures qui peuvent être « écoutés ».

En somme, les applications mobiles sont un supplément extraordinaire à une visite et permettent de rejoindre une clientèle diversifiée aux intérêts multiples. L’impact des technologies pour les musées est indéniable puisque tous peuvent maintenant entrer dans une nouvelle dimension, celle de l’interactivité à l’objet, l’œuvre, l’histoire et l’artiste. En effet, pour le Musée McCord, chacun peut commenter l’exposition visitée. C’est donc un outil éducatif, de surcroît, que tous les établissements montréalais devraient ajouter à leur offre.

Musée Exposition