Tous les articles

FIFA

fifa

Le Festival du Film sur l’art, à la rencontre de figures incontournables.

Le Festival du Film sur l’art entamait le 23 mars dernier sa 35e édition! Le festival a présenté une très belle sélection de projections classées en diverses catégories : Grand panorama, compétition, expérimental et nouvelles écritures. Mon choix s’est arrêté sur la projection double : Buster Keaton, un génie brisé par Hollywood et Pedro Almodóvar, tout sur ses femmes à la salle Jean-Claude Lauzon de l’UQÀM. Le contraste offert par le mélange de ces deux artistes de générations totalement différentes m’intéressait.

La vie brisée de Buster Keaton

D’abord, le film documentaire de Jean-Baptiste Péretié, retrace plusieurs moments phares de la vie de Keaton en utilisant intelligemment (et presque uniquement) les images d’archives de ses nombreux films. La narration de Péretié se mêle ainsi à une fiction cinématographique, qui donne l’impression que Keaton nous raconte lui-même son histoire à travers ses œuvres.

Le film présente donc les grandes périodes de créations de la figure comique la plus mythique du cinéma muet, qui a soudainement disparu, selon certains, avec l’arrivée du cinéma parlant. Pourtant, la réalité est tout autre; connu principalement pour son sens comique et ses impressionnantes cascades (qu’il réalise toujours lui-même) le documentaire de Péretié permet de découvrir aussi, le talent créatif de Keaton. Fasciné par le cinéma et perfectionniste, Keaton réalise et produit entièrement tous ses films pendant une grande partie de son succès hollywoodien. Avec sa propre maison de production, il jouit d’une liberté créatrice et financière hors du commun. Malheureusement, c’est au sommet de la gloire que le « génie brisé par Hollywood » perd sa liberté de création lorsqu’il réalise « la pire erreur de sa vie » en signant un contrat avec les studios de la Métro Goldwyn-Mayer (MGM). Malheureusement, sa signature avec le studio marque lentement sa fin artistique; la structure, trop grande et trop forte a fini par le forcer à entrer dans un moule qui tua à petit feu, l’homme et l’artiste.

Ainsi, durant cinquante-trois minutes le documentaire de Jean-Baptiste Péretié retrace et présente le génie de cet artiste hors du commun, mais souligne sa douloureuse défaite face au géant de l’industrie. Outre ce destin malheureux peu connu du public, il est impossible d’être insensible devant les innombrables images de Keaton. Encore aujourd’hui les films de Buster Keaton, nous donnent les frissons, les rires qui devaient remplir les salles de cinéma autrefois.

pedro_500

L’envers féminin de Pedro Almodóvar

Ce film de Sergio Mondelo présente la place importante qu’occupent les femmes dans le cinéma de Pedro Almodóvar. Mondelo y montre l’évolution de la figure féminine tant dans les oeuvres que dans la vie du réalisateur, retraçant ainsi les courts métrages de sa jeunesse jusqu’à son approche plus « réservée » de la psychologie féminine qui révèlera finalement ce qu’il appelle son « cinéma de femme ».

Almodóvar est décrit par ses actrices comme un homme passionné doté d’une grande sensibilité. Fait intéressant, le réalisateur a grandi entouré de femmes. Le jeune garçon grandit dans un petit village Catalan où les hommes sont souvent absents et où, selon Almodóvar, les femmes contrôlent tout. Francisca, sa mère, est définitivement son influence féminine la plus forte. Femme de caractère, éduquée et généreuse, « la reine du village » partage son savoir avec les voisines. Très proche de sa mère, Pedro grandit en observant les interactions qu’elle entretient avec les autres femmes du village. Cette récurrence de la figure féminine dans son enfance n’est pas anodine, pour lui, les femmes ont un ressort dramatique plus intéressant que les hommes et c’est de cette sensibilité féminine qu’il est le plus proche. À cette figure de mère, de voisine ou de confidente, s’ajoute, selon Mondelo, une fascination pour les icônes hollywoodiennes telles que, Sara Montiel, Eva Garner et Elizabeth Taylor.  Encore enfant, il possède une photographie d’Eva Garner et souhaite lui ressembler plus tard.

Dans ses films, on retrouve un mélange de parure et de drame, Pedro Almodóvar met en scène des psychologies féminines, des femmes blessées, malheureuses, vulnérables. Famille constituée par des femmes au physique atypique, des « gueules », une particularité qui les distingue toujours. Les « chicas Almodóvar » s’approprient leurs propres féminités, sont transsexuelles, imparfaites, intenses, passionnées et sexuelles. Elles participent à détruire cette image de la femme calme et lisse, au profit d’une beauté imparfaite, mais réelle.

Dans son documentaire, Mondelo nous permet de mieux comprendre l’importance qu’occupent les femmes dans la vie du réalisateur en plus de nous présenter divers témoignages de ces nombreuses collaboratrices avec qui il entretient des liens très forts et quelques anecdotes cocasses.  Que vous soyez déjà un fervent admirateur ou non, le film de Sergio Mondelo permet de plonger et de redécouvrir le cinéma tout en féminitude de Pedro Almodóvar.

Cinéma
Affiche_FIFA733

Les incontournables du FIFA

La 34e édition du Festival International des Films sur l’Art (FIFA) bat son plein jusqu’au 20 mars prochain et offre aux festivaliers cette année 170 documentaires et œuvres en arts médiatiques de 25 pays. Sa programmation riche et variée englobe tous les arts, en passant par divers styles et époques, en plus d’être agrémentée d’événements spéciaux tout au long du festival. Unique en Amérique et reconnu comme la manifestation la plus importante du genre au monde, le FIFA est devenu une activité attendue et incontournable à Montréal. Profitez-en pour faire de belles découvertes!

Notre parcours d’événements à ne pas manquer durant le festival

Cette 34e édition du festival sera aussi l’occasion d’une première nord-américaine pour plusieurs œuvres. À ne pas manquer samedi, deux séances portant sur la mode présenteront des films sur Schiaparelli et Alexander McQueen ainsi que sur Hubert de Givenchy et Yves Saint Laurent, respectivement à la Cinquième salle de la Place des Arts et au Musée McCord. En première mondiale, voyez aussi Frank Sinatra ou l’âge d’or de l’Amérique de Michel Viotte, portrait du légendaire crooner, à l’occasion du centenaire de sa naissance. Première mondiale également pour Le grand rêve du Petit Champlain d’Isabelle de Blois, vendredi au CCA, racontant l’aventure de la rénovation exemplaire du quartier Petit-Champlain dans le Vieux-Québec.

sinatra

Frank Sinatra

À la Grande Bibliothèque samedi, le réalisateur Philippe Kohly nous présentera des films portant sur deux icônes de la culture française, soit le ténébreux Alain Delon dans Alain Delon cet inconnu et le rebel Marlon Brando dans Marlon Brando, un acteur nommé désir (également en première nord-américaine).

Alain Delon

Alain Delon

Fanatique de cinéma? C’est à la Grande Bibliothèque que ça se passe! Ne manquez pas la séance du vendredi qui présentera Il était une fois… Lost in Translation (qui raconte la genèse du deuxième film de Sofia Coppola) et Truffaut / Godard : scénario d’une rupture. Ce samedi, également à la Grande Bibliothèque, les films La censure à Hollywood ainsi que Los Angeles : cité du film noir  de Clara et Julia Kuperberg.

Lost in translation

Lost in translation

Pour les amateurs de musique classique, ne manquez pas dimanche dès 14h à la Cinquième salle de la Place des Arts The Orchestra. Claudio Abbado and the musicians of the Mozart Orchestra ainsi que la première nord-américaine de Le combat des chefs – Karajan/Bernstein d’Emmanuelle Franc, présentant les destins parallèles de deux titans qui ont dominés la musique classique du XXe siècle.

Claudio Abbado

Claudio Abbado

Une occasion de donner un bon coup de pouce au FIFA !

Cette 34e édition du Festival donne également le coup d’envoi de la première campagne de sociofinancement du FIFA, L’art n’est rien sans ses histoires. Dans le cadre de cette campagne, le FIFA lance un appel aux festivaliers et à tous ceux qui ont à cœur que vive le FIFA et que continue, à Montréal, de se développer et de rayonner le Festival International du Film sur l’Art. Cette campagne est accessible à partir du site www.sauvonslefifa.ca.

Les billets pour la 34e édition du Festival sont en vente en ligne à artfifa.com, ainsi que dans divers points de vente. Pour plus de détails sur la billetterie, consultez le site Internet du FIFA et suivez les médias sociaux du festival (Facebook, Twitter, Instagram) pour être tenus au courant des dernières nouvelles. Bon festival !

Rédigé par l’équipe du Festival International du Film sur l’Art

 

 

Cinéma
FIFA_affiche_final_1#63ADD3

FIFA : l’art en boucle

Le Festival international du film sur l’art (FIFA) est de retour pour une 31e année consécutive. Et tout comme moi (!), le festival a grandi et mûri avec le temps, offrant aujourd’hui une programmation solide et incroyablement variée.

Comme une poupée russe, le FIFA offre de l’art dans l’art et pour l’art. Présenté du 14 au 24 mars, le festival propose des projections aux thèmes multiples : arts de rue, théâtre, musique, danse,  littérature, mode, peinture, photographie, design, architecture, bande dessinée… j’ai eu beau chercher ce qui pouvait manquer, je n’ai pas trouvé.

Évènement unique en Amérique, le FIFA est un des plus importants festivals de ce genre au monde. Il mélange les styles et les disciplines, offrant une programmation incroyablement divertissante et éducative.

Parmi toute l’offre présentée, mes dadas à moi sont la mode et la littérature. Je ne manquerai pas d’assister à Fashion!, une trilogie d’Olivier Nicklaus, qui dépeint la mode sur une trentaine d’années, de 1980 jusqu’à aujourd’hui. Dans Golden EightiesAntifashion et Go Global, nous assistons à la chute de la haute couture sous Yves St-Laurent et Givenchy pour voir émerger le prêt-à-porter avec Jean-Paul Gauthier, Tom Ford et Karl Lagerfeld.  Pour clore le tout, Go Global sera présenté dans le cadre d’une discussion sur les nouvelles avenues de commercialisation de la mode avec les designers Denis Gagnon et Ève Gravel et autres professionnels du milieu. Passionné(e)s de mode; c’est votre rendez-vous !

Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux (2012)

Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux (2012)

Côté littérature, j’ai donné rendez-vous à Amélie Nothomb pour la projection d’Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux, où l’écrivaine de talent retrouve avec nostalgie le Japon, pays de son enfance et qui a été le lieu de plusieurs de ces romans, dont l’amusant et surprenant Stupeur et tremblements.

Pour les amateurs de musique, il ne faut pas manquer le documentaire sur Pink Floyd, ou alors celui sur Les Beatles, ou encore, celui portant sur Amy Winehouse dans Amy Winehouse — The Day She Came to Dingle, un film de Maurice Linnane, où la chanteuse confie ses réflexions sur sa musique et ses influences dans le cadre du Festival de Dingle.

Amy Winehouse — The Day She Came to Dingle.  South Wind Blows copyright. Photographer: Siobhan Dempsey

Amy Winehouse — The Day She Came to Dingle. South Wind Blows copyright. Photographer: Siobhan Dempsey

Il y a aussi un grand choix de projections sur le design et l’architecture, dont le film d’Alice Agneskirchner : Modern Ruins — Detroit: Hope for the Motor City, qui dépeint comment certains artistes de Détroit ont choisi de redynamiser la ville en proie a une économie difficile depuis le déclin de la production automobile. S’en suivra une discussion avec des professionnels du milieu concernant le développement de projets urbains.

Je pense aussi à  Crée-moi, crée-moi pas de Marie-Pascale Laurencelle, film très attendu, où l’on réfléchit sur la place qu’ont les femmes créatrices dans le milieu artistique, et ce, par le biais de diverses entrevues présentées,  avec entre autres, Nancy Huston, Anaïs Barbeau-Lavalette, Évelyne de la Chenelière, etc.

Crée-moi, crée-moi pas (2012)

Crée-moi, crée-moi pas (2012)

Je pourrais ainsi continuer des pages et des pages sur chacun des 250 films présentés et issus de 30 pays différents.  Cela sans compter les  expositions, performances, hommages et tables rondes mises en place par le FIFA, ainsi que la 3e édition du Marché international du film sur l’art (MIFA). Du mercredi 20 mars au samedi 23 mars, le Marché vise principalement à favoriser les rencontres entre professionnels du milieu cinématographique et culturel afin de susciter des occasions de partenariat, de partage des connaissances et de développement des réseaux.

Aussi, comme chaque année, le FIFA rend hommage à un artisan du milieu cinématographique. Cette année, c’est au tour du réputé documentariste Gerald Fox, qui a remporté de nombreux prix internationaux tout au long de sa carrière cinématographique et télévisuelle. Plusieurs de ses films seront disponibles pendant le FIFA, en plus d’une exposition spéciale qui présentera ses œuvres multimédias les plus récentes, et ce, sous un format fort intéressant.

Vos enfants ne sont pas en reste, car pour une 2e année consécutive, le FIFA propose une séance junior avec la projection du conte familial Les 4 saisons d’Antoine. Rendez-vous au Musée des beaux-arts ce dimanche 17 mars au matin avec votre jolie marmaille, pour passer un agréable moment en famille!

FIFA_affiche_final_article

Le FIFA se démarque aussi par son volet compétitif.  En effet, le festival est le cadre d’une compétition officielle, dont le jury est composé de grands noms du milieu, des professionnels d’ici et d’ailleurs. Cette année, 37 œuvres provenant de 16 pays différents seront en compétition. Il s’agit d’une occasion unique pour plusieurs cinéastes de se démarquer, sans compter que les films primés auront la chance de faire partie de la programmation d’une tournée mondiale présentée dans des lieux de diffusion hautement réputés internationalement.

Prenant d’assaut la ville, le FIFA offre ses multiples projections et expositions dans neuf lieux du centre-ville de Montréal, dont la Grande Bibliothèque, le Centre canadien d’architecture, la Cinémathèque québécoise, le Musée d’art contemporain de Montréal, le Musée des beaux-arts de Montréal, la Place des Arts, le Musée McCord et, pour la première fois et pour notre plus grand bonheur, le Centre Phi.

Du 14 au 24 mars 2013, mettez-vous en plein la vue avec la 31e édition du FIFA et découvrez tout ce qui se cache de bon et de beau dans l’univers de l’art cinématographique.

Cinéma