Lèche -  Vitrine

Plateforme interactive adjacente au calendrier culturel de La Vitrine, ce blogue se veut un lieu où passions et échanges d’informations culturelles fusionnent. Le Lèche-Vitrine s’engage à transmettre les nouveautés, la splendeur et la diversité de l’offre culturelle et artistique.
sophie_pelletier

Sophie Pelletier

Dans sa rubrique « Artistes à la trace », le Lèche-Vitrine suit un artiste dans la planification ou la réalisation de son œuvre, qui vient partager des moments privilégiés et en toute intimité avec les lecteurs. L’instant d’un ou de plusieurs billets, l’artiste ou le collectif artistique partage des confidences, des réflexions, des photos et des vidéos personnelles, invitant les lecteurs à découvrir leur univers de création.

Cette fois : Sophie Pelletier

Wow! Toute une année qui vient de se passer! Une année recroquevillée dans un cocon créatif avec ma belle équipe de collaborateurs et mon réalisateur. Je dois dire que mon petit côté sauvage a été amplement comblé pendant ce processus où on a construit, déconstruit et reconstruit des chansons. Tout ça dans le but de confectionner le meilleur album possible. Maintenant, la sauvage laisse place à la fille du monde, celle qui aime les humains et qui est très heureuse de les retrouver.

Je suis entourée de nouveaux musiciens pour présenter mes nouvelles chansons dans mon nouveau spectacle. Ça fait beaucoup de nouveau, je suis d’accord. Certains pourraient penser que ça peut être déstabilisant autant de changement, mais non! Je vis très bien avec ça! On a présenté les deux premiers spectacles de ma tournée Météores dans la région de Québec le week-end dernier et j’ai vécu des moments merveilleux. Ça faisait longtemps que je n’avais pas trippé comme ça. Ça me donne une immense dose d’énergie pour les spectacles à venir et le prochain c’est dans le cadre des Week-Ends de la chanson Québecor organisés par la Société pour l’avancement de la chanson d’expression française (SACEF). J’ai participé à ce beau programme l’an dernier et j’ai adoré l’expérience. La petite salle de la Place des Arts est si chaleureuse et plaisante à jouer! Je ne me peux plus! Rendez-vous le 18 mars!

Musique
image-couv-la-vitrine

L’événement Copacabanasucre prendra d’assaut le Casino

Le meilleur des deux mondes!

Depuis quelques temps, le Casino de Montréal offre des concepts originaux vraiment hors de l’ordinaire! C’est le cas de l’événement Copacabanasucre, qui se déroulera du 23 février au 6 avril prochain.

On le sait, au Québec, il y a une grande partie des gens qui aiment l’hiver alors que d’autres détestent la saison froide. Entre février et avril, la moitié des Québécois se rendent à la cabane à sucre, alors que l’autre moitié rêve d’un voyage dans le Sud. Comme c’est une dualité universelle pour les Québécois, le Casino de Montréal offre un événement qui pourra combler (et réconcilier!) les deux camps!

 

Avec une multitude d’activités, des décors uniques à mi-chemin entre le Québec et les tropiques, le superbe spectacle Caliente au Cabaret du Casino et les nombreux spectacles gratuits au Bar Valet de Carreau, le Casino de Montréal vous en mets plein la vue pour créer le mariage parfait entre la cabane à sucre et les mers du Sud!

Les vendredis seront le parfait moment pour lâcher son fou grâce à des compétitions de danse interactive. Les participants se déhancheront sur des rythmes latins et tropicaux. Intimidés par la proposition? Tous les braves danseurs s’assurent  une participation au grand tirage d’un voyage vers l’Islande ou le Brésil.  La motivation est vite regagnée avec ces deux destinations typiquement Copacabanasucre!

De plus, tous les jeudis , nous retrouvons le jeu « Le Duel » et les vendredis et samedis, la nouvelle section « Le District » avec des DJs invités. Deux activités excitantes où vous pourriez gagner gros!

gaspesien

Plusieurs cocktails seront offerts spécialement pour l’occasion, toujours sous le thème de la dualité. Il sera possible de commander des cocktails aux goûts tropicaux, mais qui sont faits à base d’alcools québécois, comme, par exemple, le Gaspésien Libré, un mélange de Rhum Chic Choc et de cola. Un mariage parfait entre la cabane à sucre et le voyage dans le Sud!

Définitivement, il n’y aucune raison de s’ennuyer dans les prochaines semaines au Casino de Montréal! Copacabanasucre, du 23 février au 6 avril au Casino de Montréal.

 

Rédigé par l’équipe du Casino de Montréal

#CasinoMontreal
Facebook

 

 

Variétés
cramezay-pagaie-a-travers-les-epoques-733x387

Un rallye familial pour revivre l’histoire!

Les traces du passé se cachent partout dans le paysage urbain, mais il est facile de passer à côté sans les apercevoir. Pour éveiller le sens de l’observation des Montréalais, le jeu historique «Pagaie à travers les époques» est offert gratuitement sur la place Jacques-Cartier, les fins de semaine de février et du 4 au 12 mars.

cramezay-pagaie-a-travers-les-epoques-6_largeur500px

Tout commence sur la place Jacques-Cartier, sous une tente au toit rouge, où des animateurs en costume d’époque accueillent les visiteurs. Quelques explications, un questionnaire et un crayon, et on est lâché sur la place à la recherche des réponses aux questions du quiz. Il y en a au total huit auxquelles on peut répondre en 10 à 15 minutes.

« Aucune connaissance en histoire n’est requise au préalable! », précise l’instigatrice du jeu, responsable de l’éducation au Musée du Château Ramezay, Louise Brazeau. « Toutes les réponses se trouvent sur la place, il suffit d’ouvrir l’œil. » C’est en effet en examinant les monuments et les bâtiments qu’il est possible de repérer les détails qui témoignent de l’histoire de la place Jacques-Cartier.

Une fois le questionnaire complété, les animateurs vous certifient « voyageur du temps » et offrent la possibilité de se photographier en costume avec le trophée du jeu, une pagaie d’or. Avis aux gourmands: finir le jeu donne aussi droit à un chocolat chaud à l’érable ou une tire à la boutique Délices Érable & Cie!

cramezay-pagaie-a-travers-les-epoques-8_largeur500px

« Pagaie à travers les époques » est une initiative du Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal. L’objectif est de proposer une activité qui anime la place Jacques-Cartier en dehors de la haute saison, mais c’est aussi une manière ludique de prendre contact avec le patrimoine en famille ou entre amis.

« La place Jacques-Cartier est au cœur de l’histoire de Montréal », souligne Louise Brazeau. « Autochtones, officiers du roi, marchands… ils sont des millions à avoir foulé ce sol et nous voulons faire voir que la place s’est transformée et continue d’évoluer au fil des vies de ceux qui la parcourent et l’utilisent. »

cramezay-pagaie-a-travers-les-epoques-7_largeur500px

*Projet financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par la Ville de Montréal et le ministère de la Culture et des Communications.

Rédigé par l’équipe du Château Ramzay

Musée Exposition
fma7335

Les incontournables au 17e Festival du Monde Arabe de Montréal (FMA)

Du 29 octobre au 13 novembre, le Festival du Monde Arabe de Montréal (FMA) présente une programmation exceptionnelle avec plus de 70 concerts, spectacles, débats, conférences et films, en plus d’une programmation gratuite ! Gnawa, musique andalouse, flamenco, tarab, électro, pop, musique sacrée, fusion world, théâtre, humour et conte… tous les goûts s’y retrouvent !

Arts de la Scène

Au programme du volet Arts de la Scène, des têtes d’affiches, des créations originales et des révélations en musique du monde!

Le spectacle d’ouverture Divine Palmyre est une véritable odyssée musicale en hommage à une Syrie plurielle, explorant l’immense richesse et diversité de cette région du monde. À travers la voix d’or de l’illustre chanteuse Abeer Nehmé, les chants araméens, syriaques, soufis, grégoriens, arméniens, byzantins et kurdes seront mis à l’honneur, le tout sublimé par la magie des derviches tourneurs d’Alep.

La soirée de clôture Barbara-Fairouz, interprétée par la fabuleuse Dorsaf Hamdani, nous offre un dialogue inédit entre les deux icônes de la chanson française et arabe. Le maître du chant Lotfi Bouchnak nous livrera une soirée haute de gamme emplie de prouesses vocales et le célèbre satiriste Bassem Youssef, dont le nom fait autorité dans le monde, tourne en dérision la politique arabe et occidentale, de Daech aux élections américaines.

Le public aura aussi l’occasion de découvrir des moments magiques avec le jeune prodige du oud Mohamed Abozekry qui a été sacré « meilleur joueur de oud du monde », les mélodies éternelles des classiques arabes revisités dans le spectacle Les Immortels, la jeune star de la pop algérienne Amel Zen, portant le flambeau d’une Algérie jeune, rebelle et créative ainsi que la Banda Morisca, le septet espagnol dans un concert aux frontières éclatées, entre flamenco et musique arabo-andalouse.

labandamorisca500

D’autres incontournables du festival, la pièce de théâtre (comédie) Djihad d’Ismael Saidi dans une première montréalaise après son succès fou en Europe, la création Transcestral qui offre une rencontre enivrante entre les musiques soufie et autochtone et le spectacle Aurores croisant les poèmes chantés des grands poètes Rumi et Khayam.

Salon de la Culture 

Fidèle à sa tradition de favoriser le débat et les échanges, le volet Salon de la Culture du Festival est  grandement inspiré d’une actualité brûlante qui touche nos sociétés. Au travers de séries coup de poing tel que Extrémismes et accointances occidentales, Guerres sans fin ou encore Figures de la résistance, le salon permet aux festivaliers de s’impliquer dans des débats passionnants et passionnés, propices aux échanges constructifs. Entrée gratuite pour toutes les activités de ce volet !

Cinéma

Le FMA présente, en première canadienne, la pièce culte tant attendue de Ziad Rahbani « Bennesbeh Labokra, Chou? » (Pour demain on fait comment ?) transformée en long métrage. Le public aura aussi droit à une sélection de films au Cinéma du Parc :  Les Terrasses du célèbre réalisateur algérien Merzak Allouache, sélectionné à la Mostra de Venise, Maintenant, ils peuvent venir de Salem Brahimi avec Amazigh Kateb et Rachida Brakni, sélectionné au Festival du Film de Toronto et primé dans de nombreux festivals, Love, Theft and others entanglements (Palestine) de Muayad Alayan, sélectionné à la Berlinale et enfin Waiting for the fall (Syrie) de Joud Saeed, primé au Festival du film international du Caire.

les-terrasses500

17e FMA du 29 octobre au 13 novembre à la Place des Arts, Le National, le Rialto, le Cinéma du Parc, et autres lieux.

Texte rédigé par l’équipe du Festival du Monde Arabe.

Variétés
alexneoral_as-cancoes_c_photo_manuela-abdala

Créateurs en liberté !

Du 6 au 17 septembre 2016, des artisans de réflexions, de rires, d’émotions et d’émerveillement investissent Montréal. Provocation, sensibilité et humour se côtoient pour la 14e édition du Festival Quartiers Danses (FQD) !  Un danseur changé à jamais à la suite d’un accident, un quatuor qui s’enduit de vase des pieds à la tête, un baiser langoureux qui s’étire de minute en minute et des interprètes qui se jouent des stéréotypes masculins et féminins : voilà qui promet d’offrir une large gamme d’émotions ! Cette fougueuse édition du FQD compte entre autres dans sa programmation :

Des artistes internationaux

Alex Neoral | Rio de Janeiro, Brésil

Crédit photo : Cintia Pimentel

Crédit photo : Cintia Pimentel

En performance aux États-Unis, en France, en Italie, en Allemagne et maintenant au Québec, ce jeune chorégraphe, danseur et entrepreneur remporte un franc succès auprès de divers publics par la pluralité de ses œuvres. Son spectacle culte As Cancoes que voce Dançou Pra Mim, qui clôture le FQD, a tourné et joué plus de 245 fois au Brésil, en France, en Italie, au Portugal et aux États-Unis.

Maya Orchin | New York, États-Unis

Crédit photo : Marie Letkowski

Crédit photo : Marie Letkowski

Un brin acrobate, Maya Orchin combine la danse et le théâtre dans un alliage puissant de prouesses physiques qui garderont votre regard bien ancré sur scène. Maya Orchin nous révèle Transport Fade, une œuvre hautement physique avec une combinaison de mouvements à couper le souffle!

Julie Dossavi | Poitiers, France

crédit photo : Gregory Brandel

crédit photo : Gregory Brandel

Super héroïne africaine, papillon curieux ou un corps sous l’emprise d’une cithare, Julie Dossavi parcours le monde physique et psychique à grandes enjambées !  Elle nous offre trois brillantes représentations. Deux en extérieur, gratuites : Adjalin et À chaque vent le papillon se déplace sur le saule. En salle, La JuJu, spectacle familial (dès 5 ans) déjanté dans lequel une super-héroïne voyage à travers l’espace-temps.

Des artistes locaux et nationaux

Jane Mappin | Montréal, Canada

crédit photo : Michael Slobodian

crédit photo : Michael Slobodian

Dans une trilogie poétique, Je marche à côté de moi, la chorégraphe montréalaise nous rappelle la dignité des personnes vivant avec une maladie mentale lors d’une soirée-bénéfice en collaboration avec  la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Les fonds recueillis seront divisés entre les deux organismes et permettront entre autres de bonifier les activités de médiation culturelle du FQD.

Jeffrey Hall | Montréal, Canada

crédit photo : Michael Slobodian

crédit photo : Michael Slobodian

Chorégraphe pour le Cirque du Soleil, Jeff Hall a su cultiver le talent d’acteurs, d’acrobates, de danseurs ou encore d’athlètes. Ses œuvres sont teintées de son parcours prolifique! Il propose en soirée d’ouverture cette année, Falling, qui rend honneur au défi et à l’histoire du chorégraphe, changé à jamais suite à un accident.

Fleuve | Espace Danse | Saint-Jean-Port-Joli

Crédit photo : Jean-Sébastien Veilleux

Crédit photo : Jean-Sébastien Veilleux

Chantal Caron sait exprimer sa sensibilité à son environnement en donnant vie à ce qui nous est familièrement immobile, à ce qui, avec lenteur, se métamorphose au fil des neiges, des eaux, des marées, des séismes, des vents…  En collaboration avec 20 figurants, Chantal Caron met en scène un quatuor d’Hommes de vase, inspiré d’éléments qui façonnent la nature tels que la neige, les marées, le soleil et les tremblements de terre.

Et plus encore !

Le FQD offre des spectacles en salle et en extérieurs gratuits, pour tous et pour tous les goûts, ainsi que des activités gratuites : projections de courts-métrages, tables-rondes, exposition photo.

Venez encourager des artistes établis, de la relève d’ici et d’ailleurs dans une atmosphère de partage et d’échange.

Suivez la programmation complète en visitant quartiersdanses.com et profitez d’un tarif réduit pour les étudiants, les aînés, les membres du RQD et les 30 ans et moins.

Vivez Montréal au rythme de la danse!

Texte rédigé par l’équipe du Festival Quartiers Danses

Danse
modeetdesign733

À ne pas manquer à Mode & Design

Jusqu’au 20 août profitez du rendez-vous annuel attendu avec tant d’impatience par les fans du Festival mode et design ! Cet évènement d’envergure à ciel ouvert et unique au monde, avec une programmation gratuite et payante, rassemble autant les curieux que les grands connaisseurs. La Vitrine vous fait part de ses suggestions afin de profiter du festival à son maximum !

Conférences

Depuis quelques années le festival est aussi reconnu pour sa vaste sélection de conférences de qualité avec plusieurs personnalités en mode et en design. Cette année vous aurez la chance de pouvoir en apprendre davantage sur le photographe des stars, Max Abadian, présent ce soir pour une conférence qui sera suivie par la rencontre de deux grandes dames  avec nul autre que Lise Watier et Jeanne Beker. Demain, l’horaire promet d’être très captivant avec entre autre l’architecte paysager Claude Cormier, Trouble Andrew, un artiste multidisciplinaire et Charlie le Mindu un pro de la Haute Coiffure qui a notamment signé les coiffures de la célèbre Lady Gaga.

lisewatierjeannebekker

Défilés

Les fans de mode qui aiment découvrir les nouvelles tendances seront rassasiées grâce aux fabuleux défilés présentés au Quartier des spectacles, gratuits et ouverts à tous ! Ce soir, Féline Dion semble piquer la curiosité de plusieurs, peut-être y verrez-vous des chats défiler. Demain, la friperie Citizen Vintage fera un défilé-spectacle musicale-vente. Vendredi, un incontournable du festival, le défilé du Collège Lasalle présente YUL > BCN. Pour les travailleurs au centre-ville, un défilé aura également lieu à midi le jeudi 18 août dans le Complexe Desjardins. À noter aussi qu’à tous les soirs à 18h, des prestations musicales de différents artistes ont lieu sur La Place des Festivals. On souligne d’ailleurs la présence de Paupières à ne pas manquer ce samedi !

Pop-up Boutiques

Jusqu’à samedi, vous pouvez retrouver sur le site du Festival Mode & Design, sur la Place des Festivals, des Pop-Up Boutiques de différentes boutiques locales. Vous pourrez découvrir les créations de Général 54, Boutique Ethik, Citizen Vintage, Atelier New Regime et Unicorn.

boutiquepopup

Sachez que Mode et Design se retrouve aussi en dehors des murs du Quartier des Spectacles, notamment au musée McCord avec l’exposition Eleganza – La mode italienne de 1945 à aujourd’hui présenté jusqu’au 25 septembre. Des soirées sont aussi organisées au Casino de Montréal les 18 et 19 août prochain sous le thème de bingo et talons hauts. Une façon originale de sa pavaner dans ses plus belles tenues après les défilés au Quartier des spectacles !

 

Design Mode
festibluesfoule

Festiblues : la dernière mais non la moindre!

Aujourd’hui débute la 19e –et dernière–  édition du Festiblues International de Montréal. Jusqu’à dimanche, vous pourrez profiter d’une offre musicale variée dans l’enceinte du Parc Ahuntsic de Montréal, à deux pas du métro Henri-Bourassa. Voici ce qui vous attend cette fin de semaine au Festiblues.

Jeudi 11 août 2016

Le festival commence en force avec nul autre que Jean-Pierre Ferland, qui viendra chanter ses plus grand succès. Le chanteur de 82 ans, accompagné de quatre musiciens et deux choristes, présente un nouveau spectacle décrit comme empreint de romantisme et de tendresse. Monsieur Ferland sera précédé d’un jeune groupe ayant l’air tout droit sorti de Londres des années 60, The Seasons. Le quatuor venant de Québec a vu sa popularité exploser autant ici qu’en Europe, depuis les deux dernières années. Ils sont de retour en tournée avec un tout nouvel album sorti ce printemps.

Vendredi 12 août 2016

Louis-Jean Cormier, désormais dans les chouchous du public québécois, est la tête d’affiche de cette soirée. L’auteur-compositeur jouera différents succès de ses deux albums solos Le treizième étage (2012) et Les grandes artères (2015). À ne pas manquer juste avant lui, le chanteur Philippe Brach, gagnant des Francouvertes 2014 et Révélation de l’année au dernier gala de l’ADISQ, est à ne pas manquer. C’est avec ses trois musiciens, qu’il transpose sur scène son tout dernier disque Portraits de famine réalisé par Louis-Jean Cormier. Tout est dans tout !

Samedi 13 août 2016

Le samedi soir, la bête de scène et une autre favorite du public québécois depuis son album Aquanaute sorti en 2002, Ariane Moffatt fera vibrer Ahuntsic. La chanteuse poursuit sa tournée 22h22 cet été avec ce petit arrêt au Festiblues, une excellente chance de la voir ou la revoir en plein-air. Pour la précéder, un ancien membre de son équipe à La Voix, Martin Goyette viendra faire entendre sa voix hors du commun. Il sera accompagné de quatre musiciens pour vous faire découvrir son blues du sud des États-Unis teinté de soul et de funk. Une prestation à ne pas manquer.

Dimanche 14 août 2016

Pour clore cette édition (et festival) en beauté et en blues, plusieurs grands musiciens du blues québécois seront présents, à commencer par Jim Zeller et son harmonica. Maintenant une légende vivante, Zeller a joué avec les plus grands, dont B.B. King et Bob Dylan et revient faire entendre son talent pour le dernier Festiblues. Il sera suivi des géants du blues québécois, Guy Bélanger de Bob Walsh, qui offriront une prestation qui restera dans les annales du Festiblues. Les grands complices, Bon Walsh à la voix et la guitare et l’harmoniciste Guy Bélanger, resteront fidèles à leur public et vous invite à « un voyage dans les terres fertiles du blues, du gospel ou du folk blues. »

Pour plus d’information sur le festival et la programmation dans les salles et bars aux alentours du parc visitez notre site. Vous pouvez aussi vous procurer un passeport pour toute la fin de semaine juste ici sur La Vitrine au coût de 20$, sinon toutes les soirées sont également en vente individuellement.

Musique
phi-sensory3

Ce que l’on voit lorsqu’on ne voit plus

Entrevue et texte par Isabelle Benoit pour le Centre Phi.

«Être humain ce n’est pas de voir, c’est d’aimer.» — John Hull

Notes on Blindness: Into Darkness est le récit multisensoriel d’un voyage au cœur de la cécité, certes, mais c’est surtout un voyage au coeur de l’émotion. Rencontre avec Arnaud Colinard, l’un des producteurs de l’œuvre.

L’œuvre immersive Notes on Blindness: Into Darkness plonge le visiteur dans la progressive cécité de l’écrivain et universitaire John Hull, une cécité qui atteindra son apogée en 1983. Hull a généré plus de seize heures d’enregistrements documentant ses sensations et perceptions. C’est ce matériel original, échelonné sur trois ans, qui a donné naissance à un long métrage et à l’expérience de réalité virtuelle présentée dans le cadre de l’exposition Sensory Stories. Or, au-delà du tragique du récit de John Hull, c’est une véritable bouffée d’humanité que nous donne à vivre l’œuvre.

«Quand on a développé ce projet, on savait qu’on avait une matière vraiment passionnante, extrêmement riche et précieuse, explique Arnaud Colinard, l’un des producteurs de l’œuvre. L’un des objectifs que l’on s’était donnés était donc d’en faire un projet émouvant. Or, souvent, les interfaces des œuvres numériques font qu’on a du mal à émouvoir notre public. Ce sont des médias qui ne sont pas aussi faciles à approcher que des films ou des livres, par exemple. Mais, ce que permet la réalité virtuelle, c’est qu’une fois le casque placé sur les yeux les choses se font de manière simple et intuitive, et c’est là l’une de ses forces par rapport aux autres formes de création numérique.»

phi-sensorycorps

Symbiose multisensorielle

L’œuvre n’est donc pas une œuvre contemplative, mais bien une œuvre qui se vit, tantôt par le regard (à travers les yeux encore légèrement voyants de Hull), tantôt par l’ouïe, mais toujours dans une symbiose multisensorielle d’une grande intensité. On passe d’une multitude de points bleus suggérant des formes humaines (la famille de Hull en l’occurrence) à une blafarde trace de pas dans la neige, jusqu’à – lorsqu’il a complètement perdu la vue – une faible lumière dans une mer d’encre. Le visiteur ainsi immergé dans le monde de John Hull suit les événements vécus par celui-ci, de la découverte de la maladie, jusqu’à la cécité totale, en passant par les différents stades psychologiques et émotifs inhérents au deuil de sa vue: de la panique, à l’émerveillement auditif. L’ouïe joue, bien entendu, un rôle de premier plan dans l’expérience vécue par le visiteur. Celui-ci peut d’ailleurs être surpris de percevoir certains sons avec autant d’acuité, de manière si claire, si intense, lorsque la vision, sans conteste notre sens le plus «exploité», laisse place aux autres sensations, souvent secondaires. Il apparaît alors une réalité tout autre, belle, riche et intense. D’ailleurs, il n’est pas rare, comme le mentionne Arnaud Colinard, que quelques larmes soient versées.

phi-sensorytrop

Une odyssée émotionnelle

La réalité à laquelle accède le visiteur lors de l’expérience est une réalité complexe et difficile à faire vivre autrement que via les technologies immersives: «Au début, c’était un projet uniquement audio, mais très vite, nous avons constaté que les voyants avaient beaucoup de mal à focaliser sur l’expérience lorsqu’il n’y avait pas d’éléments visuels. C’est à ce moment que l’on a cherché à représenter ce monde acoustique dont parle John Hull, et le projet a basculé vers une version en réalité virtuelle qui est devenue le centre de l’expérience.» Cette perte de la vue est donc vécue par procuration, chacun y projetant ses propres insécurités, émotions et perspectives, générant, du même coup, autant de visions de l’expérience que de participants. Les visiteurs découvrent aussi la force de John Hull: une résilience des plus inspirantes.

Notes on Blindness: Into Darkness (par Arnaud Colinart, Amaury La Burthe, Peter Middleton et James Spinney) est présentée au Centre Phi dans le cadre de l’exposition Sensory Stories: donner corps au récit à l’ère numérique jusqu’au 21 août.

 

 

Arts Médiatiques
osm-7783

Prochainement, Kent Nagano & l’OSM

Dans le cadre des nombreuses activités prévues à l’occasion de son 40e anniversaire, le Parc olympique propose, en partenariat avec Loto-Québec, un grand concert gratuit le mercredi 10 août prochain sur l’Esplanade Financière Sun Life. Le Parc olympique accueille en effet, et ce, pour une nouvelle fois, l’Orchestre Symphonique de Montréal et son talentueux maestro de renommée internationale Kent Nagano, le temps d’une soirée d’été que chacun espère inoubliable.

La thématique musicale de la soirée sera axée sur un univers bien précis, celui des héros. Comme un clin d’œil aux nombreuses personnalités, notamment sportives, qui figureront ce soir-là parmi l’assistance. Philippe Beaudry (escrime), Guylaine Bernier (aviron), Émilie Heymans (plongeon) ou encore Benoît Huot (natation) étant annoncés. Ce thème des héros se veut également un rappel des 40 ans d’existence du Parc olympique et souligne le 40e anniversaire des Jeux de Montréal par le biais des exploits de « ses héros olympiques ». À ce titre, de nombreuses images d’archives sportives, et plus particulièrement de la toute première Olympiade à s’être déroulé en sol canadien, seront retransmises sur écrans géants, et ce, pendant l’interprétation par l’OSM de multiples compositions audacieuses. Mais ce n’est pas tout. Ces quatre écrans permettront la retransmission simultanée et en direct d’une majeure partie du spectacle, donnant ainsi la possibilité à tous de vivre de plus près cette expérience musicale unique et grandiose.

OSM_Nagano500

Plusieurs œuvres seront interprétées au cours de la soirée parmi lesquelles certains classiques tels que Richard Wagner et sa « Chevauchée des Walkyries » (créée en 1854), « Les Planètes » de Gustav Holst (1914-1917), « Fanfare for the Common Man » composée par Aaron Copland (1942) ou encore « Les Grandes Portes de Kiev », tirée de « Tableaux d’une exposition » du compositeur russe Moussorgski (1874). À la baguette, novices et mélomanes retrouveront le célèbre chef d’orchestre Kent Nagano, dans un spectacle mis en scène par Charles Dauphinais et réalisé par Jocelyn Barnabé.

Par ailleurs, outre les anciens Olympiens cités précédemment, près d’une centaine de jeunes athlètes ayant participé à la 51ème Finale des Jeux du Québec 2016 prendront part à l’événement. Recrutés avec la collaboration de Sports Québec, 92 d’entre eux ont même été désignés pour être porte-drapeaux, à l’image du nombre de nations ayant pris part à l’aventure olympique montréalaise de 1976. Ces 92 jeunes athlètes, faisant partie de la relève sportive canadienne puisque tous médaillés aux derniers Jeux du Québec, défileront ainsi devant l’assistance, drapeaux en main, comme ultime salut à cet événement grandiose. A noter également la participation spéciale de la compagnie de spectacles de cirque Throw2Catch lors de cette soirée exceptionnelle.

Plus de 40 000 spectateurs sont attendus, ce mercredi 10 août, à ce grand rassemblement musical. Le début du concert est prévu à 20 h. Le Parc olympique vous recommande d’arriver tôt pour bénéficier des meilleures places et aussi de privilégier les transports en commun afin de faciliter vos déplacements. À présent, place à la musique et à la fête!

Article rédigé par l’équipe du Parc Olympique.

Musique
Orientalys733

Le Festival Orientalys, du soleil jour et nuit !

Le 11 août prochain, le Festival Orientalys ouvrira ses portes pour présenter sa 6e édition, sur le quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. Une édition qui promet d’ores et déjà d’être une réussite avec un programme alléchant qui fera des quatre journées du festival un moment dédié à la rencontre entre les cultures d’ici et d’ailleurs.

L’esprit Orientalys réside dans la volonté de rapprocher les festivaliers des cultures orientales avec des spectacles de musique, de danse, des ateliers et des animations gratuites pendant 4 jours de festivités estivales, en plein centre de Montréal. Chaque année, il donne à voir toujours plus de pays représentés pendant l’événement, avec en plus du Maghreb et du Moyen-Orient, la Chine, l’Inde ou le Pakistan, et pour la première fois la Thaïlande.

Le Festival se compose de plusieurs volets. Tout d’abord la Scène d’Entrée accueille les visiteurs avec de courts spectacles tout au long de la journée et des DJ set orientaux en soirée. Ensuite, les festivaliers déambulent au sein d’une Médina inspirée des vieux souks et de l’ambiance des quartiers de Damas, de Casablanca et de Bagdad.

Le public découvre ou redécouvre la gastronomie riche de l’Orient, ses coutumes, ses arts et ses traditions. « La transformation du site en médina orientale fait de la traversée de l’espace occupée par le festival une activité à part entière. En investissant cet espace, le visiteur n’est plus seulement un spectateur passif mais devient un acteur, en participant activement aux différentes activités proposées.» explique Ghiwa Nakhlé, la directrice du festival.

Une tente spécialement dédiée aux ateliers propose en outre contes, poésies, jeu de Go et initiations en tout genre : danse chinoise, iranienne, broderie palestinienne, Kecak balinais, calligraphie, toujours gratuitement.

Orientalys500

Les festivaliers auront également l’embarras du choix concernant les concerts et spectacles avec une seconde scène en continu, la Scène de la Médina. À ne pas manquer : le folklore algérien d’Azzedine El Maghrabi, la danse indienne de Deepa Kamal, le défilé de mode Nestology, les tambours vietnamiens de Lac Viet ou la révélation Nomad’Stones et sa musique métissée.

Chaque journée sera clôturée par un ou deux concerts sur la scène principale du festival. « Cette année encore, nous sommes heureux de consolider notre partenariat avec L’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC) qui sera très présente, notamment à travers la participation des deux groupes Raïna Raï et El Dey ainsi que de l’Espace Algérie de la Médina.», indique Nakhlé. Sont également au programme Delhi 2 Dublin et son inspiration bollywoodienne, le jeune Amin Bénarqia et sa transe Gnawa, les allemands d’Äl Jawala et leurs sons frénétiques des Balkans, enfin Al Arz et ses danseurs du Pays des Cèdres ainsi qu’Océanides et son imaginaire mythologique.

Orientalys est ancré à Montréal avec de multiples partenaires dans les nombreuses communautés qui y participent. « C’est important pour notre équipe que ces associations soient les actrices de leur animation dans leurs tentes et ce sont elles qui nous conseillent ou même présentent certains artistes sur nos scènes » nous dit la directrice. Car le Festival est avant tout rassembleur, autant dans son concept inclusif que dans le lieu central qu’il occupe et qui mélangent touristes, québécois de toutes origines et immigrants qui viennent découvrir, redécouvrir ou simplement profiter de toutes les activités et spectacles offerts pendant les 4 jours.

« Il permet de rapprocher des cultures entre-elles plutôt que de les opposer et c’est aussi l’occasion de porter un autre message à l’image de La Maison de la Syrie, qui est active pour la cause syrienne et qui vient présenter le meilleur de la culture et des traditions de ce pays. Les gens sont curieux de mieux connaître ce dont on parle aux informations, mais dans un autre contexte et avec de véritables interlocuteurs. C’est un levier formidable pour favoriser le dialogue ».

Article rédigé par l’équipe du Festival Orientalys

 

Variétés