Lèche -  Vitrine

Plateforme interactive adjacente au calendrier culturel de La Vitrine, ce blogue se veut un lieu où passions et échanges d’informations culturelles fusionnent. Le Lèche-Vitrine s’engage à transmettre les nouveautés, la splendeur et la diversité de l’offre culturelle et artistique.
saloon_733

Saloon, la comédie acrobatico-musicale western qui vous fera mal aux zygomatiques!

Maxime Depasse, directeur des opérations à La Vitrine, prend d’assaut notre blogue afin de nous donner ses impressions sur le spectacle SALOON présenté au Monument National.

Le mariage entre le metteur en scène belge Emmanuel Guillaume et la famille Éloize est une vraie réussite! Un savoureux spectacle épique, viril et énergique qui vous emmène en musique dans un tourbillon de tableaux colorés. La mise en scène et les costumes sont éblouissants. On est plus proche de l’univers de Lucky Luke et de Jolly Jumper que de Clint Eastwood et on reconnait bien l’humour surréaliste belge du metteur en scène. Danse, mime, cirque, chants, jonglerie, humour sont au rendez-vous!

Si vous êtes prêts à mourir…de  rire, dans un duel de cowboys, Saloon vous ouvre les portes du Monument National jusqu’au 30 septembre!

Cirque
2017 Exposition - Les montréalais - portaits d'une histoire - photo: Michel Pinault

Deux expos extérieures pour prolonger l’été

L’été est peut-être terminé et les journées les plus chaudes sont derrières nous, mais il reste plusieurs activités extérieures gratuites dont vous pouvez profiter avant l’arrivée du froid et de la neige.

Lors de votre prochaine escapade dans le Vieux-Montréal, explorez des sentiers moins connus. Notre suggestion : deux expositions sympathiques qui joignent art et histoire.

Traces – Pistes disparues, de l’artiste William Vazan – ©Photo : Jamie Reford

Traces – Pistes disparues, de l’artiste William Vazan

À l’occasion du 375e anniversaire de la ville de Montréal, le Château Ramezay et les Jardins de Métis vous invitent à vous perdre dans un labyrinthe symbolique installé tout juste à côté de la Place Jacques-Cartier, sur la petite place De La Dauversière.

Tel les autochtones avant l’arrivée des Européens, saurez-vous retrouver votre route dans ce dédale de « rivières »? Représentant les anciens cours d’eaux qui sillonnaient l’île de Montréal, ce réseau de chemins vous mènera (ou pas!) jusqu’à une représentation du mont Royal, le cœur de l’île.

Créé par, William Vazan, artiste montréalais reconnu internationalement pour sa pratique du « Land art », cette œuvre porte une réflexion sur l’impact de l’urbanisation sur le territoire. Aucune des rivières qui sillonnaient l’île n’est encore présente. Canalisées ou asséchées elles ont tiré leur révérence au nom de l’urbanisation.

2017 Exposition - Les montréalais - portaits d'une histoire - photo: Michel Pinault

Les Montréalais – portaits d’une histoire, par l’auteur Jean-François Nadeau – ©photo: Michel Pinault

Les Montréalais – Portraits d’une histoire, par l’auteur Jean-François Nadeau

Tout juste à côté, sur la courte rue Le Royer, derrière les jardins du Château Ramezay, surprenez le regard de Montréalais captés sur le vif à travers les époques, des commencements de la photographie jusqu’aux années 1970.

Homme fier, enfants en plein ménage, cycliste prêt pour la compétition, autochtone en présentation, tous ces gens témoignent à leur façon de l’évolution de la ville de Montréal ainsi que de sa population grâce à des clichés de photographes connus ou d’images d’archives.

Les temps ont peut-être changés, mais certaines scènes sont toujours typiques de certains quartiers de Montréal.

Au gré des photographies présentées laissez-vous porter sur la rue Saint-Claude, puis jusqu’au tronçon fraîchement rénové de la rue Saint-Paul qui vous mènera notamment au Marché Bonsecours pour d’autres découvertes. Ou remontez jusqu’au Château Ramezay pour y visiter leurs expositions.

Ces deux expositions sont présentées jusqu’au 9 octobre 2017 au Château Ramezay.

 

Article rédigé par l’équipe du Château Ramzay.

Musée Exposition
fdmfdm

La mode montréalaise à l’honneur!

Lundi soir avait lieu la soirée d’ouverture du Festival Mode & Design! C’est dans le magnifique et tout nouveau édifice de la danse, le Wilder, que les nombreux (et très fashion) invités se sont rassemblés afin de donner le coup d’envoi de cette 17e édition! Je repasse pour vous en revue cette soirée des plus mémorables et je vous présente mes défilés et événements coups de cœur  du festival pour les prochains jours.

Fan invétérée du festival, j’y assiste depuis ses tout débuts alors que l’événement se déroulait encore sur le boulevard Saint-Laurent. Aujourd’hui bien ancré dans le Quartier des spectacles, le FMD présente plusieurs conférences autour de la mode et du design ainsi que des défilés, des pop-up shops et bien plus! À l’image flamboyante du festival, la soirée d’ouverture du FMD rassemblait tout le gratin de la mode montréalaise, ainsi que de nombreux partenaires et dignitaires. On pouvait autant y croiser le maire Denis Coderre, que le designer Denis Gagnon, la blogueuse Lolita Dandoy, Vanessa Pilon la porte-parole du festival, les sœurs Stratis de TPL, l’animateur Philip Fehmiu et j’en passe! C’est en bonne compagnie que j’ai donc pu assisté au coup d’envoi des festivités alors qu’on avait la chance d’assister au discours inspirant des fondateurs du FMD.

À 19 h 30, le public a eu l’immense plaisir de profiter de l’une des premières conférences des Rencontres FMD de l’édition 2017! C’est installé dans une toute nouvelle salle du Wilder que j’ai pu assister à la conférence « La Renaissance » du designer belge Olivier Theyskens. Humble et terre à terre, Theyskens a raconté ses 20 années de carrière. Lorsqu’on regarde le designer, on a peine à croire qu’il a déjà autant d’années de carrière derrière lui! Ayant débuté sa carrière chez la grande Maison Rochas, il a eu l’immense joie de relancer la collection de vêtements alors que Rochas ne faisait plus que des parfums depuis près d’un siècle. Il a ensuite poursuivit son parcours pour Nina Ricci et Theory avant de lancer sa propre griffe. Je dois avouer que cette conférence avec le créateur a été des plus inspirantes!

2017_photofmd_500

Les prochains jours nous permettent de profiter de plusieurs défilés et spectacles gratuitement sur la Place des festivals du Quartier des spectacles! Découvrez mes coups de cœur 2017 :

Jeudi 24 août :

  • Défilé Mode à Expo 67 : C’est à l’honneur d’Expo 67 et de ses défilés de l’époque que plusieurs personnalités et blogueurs montréalais déambuleront sur la Passerelle du Casino de Montréal vêtus aux couleurs de l’époque. Un « must » du festival dès 17 h 45!
  • La Vie en rose : Chaque année, La Vie en rose propose un défilé flamboyant qui met à l’honneur cette marque bien de chez nous. À ne pas manquer à 21 h 15.

Vendredi 25 août :

  • Relève Mode : un défilé présenté par des étudiants du secondaire qui ont eu la chance réaliser leurs propres créations grâce au programme Fusion Jeunesse! De 17 h 45 à 18 h 45 sur la Passerelle du Casino de Montréal.
  • EXPO_NOW : C’est un défilé qui promet d’être haut en couleur! À chaque année, les étudiants du Collège Lasalle offrent, grâce à leurs créations, tout un spectacle! À ne pas manquer de 21 h à 21 h 30.

Samedi 26 août :

  • Made in Canada 150 : Le défilé de clôture du FMD est toujours l’événement à ne pas rater. Cette année on y célèbrera le 150e anniversaire du Canada. Pour ce faire, des créateurs de partout au pays présenteront leurs pièces! Un défilé-spectacle qui promet d’en mettre plein la vue. On s’y voit dès 21 h 30?!

Pour ne rien manquer du festival, consultez le calendrier de la programmation ici!

Bon festival ! Et n’oubliez pas, la mode fait partie intégrante de notre histoire et de notre culture. Portez-la fièrement!

Article rédigé par Félicia Balzano, directrice commandites et partenariats stratégiques à La Vitrine

Design Mode
maxcooper_733

MUTEK : quelques suggestions

L’été tire déjà à sa fin et la perspective de retourner travailler vous hante? Heureusement, le festival de créativité numérique et de musiques électroniques MUTEK déménage cette année du 22 au 27 août question de terminer la saison estivale en beauté sous le soleil chaud d’août !

Pour la 18ème édition, plus de 120 artistes répartis dans les 20 programmes seront répartis dans le Quartier des spectacles notamment à la Société des arts technologiques et au Métropolis.

Il convient de dire qu’avec une telle programmation, faire son choix – néophyte ou pas – peut s’avérer un exercice ardu. Voici quelques suggestions qui sauront (nous l’espérons) vous guider afin de passer un festival sous le signe de la découverte et de la fête.  La semaine qui s’en vient s’annonce complètement éclatée et on a très hâte!

Max Cooper  

Le coup d’envoi du festival sera donné le mardi 22 août à la Société des arts technologiques [SAT] par Max Cooper avec Emergence, une performance audiovisuelle spectaculaire sur le thème de la biotechnologie.

Daphni aka Caribou au Métropolis

Lors de la soirée du mercredi, le Métropolis accueillera un long DJ set exclusif de Daphni, l’artiste connu également sous le nom de Caribou, qui sera placé directement sur la piste de danse, baigné dans des éclairages sur mesure.

daphni-11-09-17

Robert Henke présente Lumière III

En première et exclusivité nord-américaine Lumière III de l’artiste phare Robert Henke aussi connu sous le nom de Monolake, un projet haut en couleur, fusionnant lasers, données et son techno.

N.A.A.F.I  

Découvrez l’univers subversif de la culture DJ de Mexico à travers les talents décalés de NAAFI (“No Ambition And Fuck-all Interest”) et leurs explorations décapantes de la techno, du hip hop et de la pop, lors de la soirée Inter_Connect México le jeudi 24 août.

Soirée House avec Zip

Le festival culminera lors de l’événement du samedi qui se poursuivra jusqu’à 6h du matin avec le célèbre DJ allemand et fondateur du label Perlon, Zip. À ses côtés : DeWalta & Shannon, Detroit Swindle, Fred P et EOP.

 Scène extérieure

La scène extérieure gratuite sur l’Esplanade de la Place des Arts sera animée du mercredi 23 au vendredi de 17h à 23h et le samedi de 15h à minuit ! Une programmation thématique vous emmènera à travers les scènes créatives de Londres, Mexico, Barcelone et Berlin tout en proposant une programmation locale. Camions de rue, mobilier design et bars s’y retrouveront pour agrémenter le tout ! Profitez également d’une pause dîner en musique avec les Audio Lunch du mercredi au vendredi.

L’article a été rédigé par l’équipe du festival MUTEK

Musique
photoosm_felicia2

Qui n’apprécie pas la musique sous les étoiles ?

Félicia Balzano, directrice commandites et partenariats stratégiques à La Vitrine prend d’assaut notre blogue afin de nous donner ses impressions sur le spectacle Kent Nagano & l’OSM au Parc Olympique.

20806714_10155057136503020_2020533682_o

Photo prise par Jimmy Bouchard

C’est sous un ciel dégagé qu’avait lieu hier soir, le coup d’envoi de la Virée classique de l’Orchestre symphonique de Montréal! Pour une sixième année consécutive, l’OSM présentait en plein air un fabuleux concert gratuit sur l’Esplanade financière Sun Life du Parc Olympique. Forte de son succès, cette édition 2017 a rassemblé plus de 30 000 personnes!

C’est le comédien André Robitaille qui salue la foule entassée sur le parterre de l’Esplanade financière Sun Life présente pour écouter et voir cette œuvre touchante qu’est « Porgy and Bess » de Gershwin. Ravi de présenter l’œuvre qu’attendent les milliers de spectateurs, il salue humblement la présence des réfugiés, installés au Stade Olympique depuis quelques jours, mêlés à la foule pour partager un moment musical hors du commun!

20771608_10155055887128020_326530868_o

Photo prise par Jimmy Bouchard

C’est avec beaucoup de plaisir que je découvre ce concert orchestré par Maestro Nagano accompagné de plus d’une cinquantaine de musiciens, d’un chœur de soixante chanteurs et de plusieurs solistes aux voix les plus puissantes les unes que les autres. Je dois avouer que suis particulièrement séduite par les puissantes voix du basse Will Liverman dans le rôle de Porgy et de Marie-Josée Lord dans le rôle de Bess, alors que le public semble tout à fait conquis par le chant, aux accents jazz, et les mouvements de jambes du ténor Gardy Fury.

Bref, une fabuleuse soirée tout en musique sous les étoiles!

Sur ce, je vous souhaite une fabuleuse Virée Classique! Ne manquez pas les nombreux concerts à prix doux offerts par l’OSM à travers la métropole toute la fin de semaine.

Article rédigé par Félicia Balzano, directrice commandites et partenariats stratégiques à La Vitrine

Musique
orientalys

Montréal à l’heure orientale!

La 7e édition du Festival Orientalys débutera le 10 août au Quai de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal. La programmation, placée sous le signe du pluralisme et de l’innovation, fera entrer en fusion Montréal, pour quatre jours et quatre nuits d’Orient.

En réunissant musiciens, danseurs, chanteurs et artisans, Orientalys offre chaque année un itinéraire de voyage différent à ses festivaliers. Du Maghreb à l’Asie en passant par le Moyen-Orient dans une atmosphère chaleureuse et festive mêlant tradition, authenticité et modernité. Pour la première fois le festival accueille l’Afghanistan et le Vietnam, l’occasion une fois de plus de déconstruire les préjugés et de venir à la rencontre de ces cultures de pays lointains.

Le festival se décline en trois volets, tout d’abord la Médina, qui invite les festivaliers à vivre l’expérience des vieux souks et de l’ambiance des quartiers de Bagdad, de Casablanca ou de Bangkok. Il s’agit de se plonger au cœur de ces espaces si caractéristiques des grandes villes orientales. Dans une cacophonie bien orchestrée, les visiteurs vont de découvertes en découvertes à travers des rencontres des plus improbables. Placés au centre de l’animation, les spectateurs peuvent participer gratuitement à des ateliers divers et variés pour petits et grands : danse, conte, poésie, calligraphie, broderie palestinienne, peinture sur soie, et bien plus encore.

Cette année le festival Orientalys promet à ses visiteurs de les emporter dans un tourbillon de spectacles. Ils pourront ainsi découvrir ou redécouvrir sur la scène Médina : la danse indienne avec les chorégraphies mêlant le traditionnel au moderne avec la chorégraphe Puja Amin, des défilés de mode du Nord de l’Afrique, les calligraphies lumineuses du tunisien Karim Jabbari, des cérémonies traditionnelles thaïlandaises ou encore une soirée sous la tente avec un live de musique du désert.

photo-article-sanskriti

Chaque journée sera clôturée par des spectacles sur la Scène TD, dernière étape de ce périple à travers l’Orient. « Nous nous félicitons des partenariats de plus en plus solides avec les organismes tels que l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC) qui présente Cheb Anouar, de retour à Montréal spécialement pour le festival ou encore le centre culturel marocain Dar Al Maghrib qui prend en charge le volet marocain et qui présente Sami Ray, le roi du raï marocain » nous dit Ghiwa Nakhlé, directrice du festival. Plus que jamais attachée à la collaboration entre artiste québécois et orientaux, le public pourra aussi assister à une représentation exceptionnelle de Nicolas Pellerin avec Abdelhak Benmedjebari le bassiste du groupe Grooz, ou encore la brillante Briga, qui donnera le coup d’envoi de ces quatre jours de folie avec sa musique aux multiples influences orientales et occidentales.

« Orientalys est définitivement bien installé à Montréal en s’appuyant sur de multiples partenaires privés, publics, médiatiques et culturels » indique Nakhlé. Il importe particulièrement à son équipe de pouvoir composer avec le riche tissu associatif présent sur le territoire. Le festival a pour vocation de participer activement à la communion de la pluralité grâce à l’interaction des acteurs en présence, en laissant place à la spontanéité. En bref, de montrer au monde une Montréal vivante, dynamique et harmonieuse pour un 375e anniversaire pleinement réussi.

Article rédigé par l’équipe du festival Orientalys

Variétés
presence-autochtone-2

Festival Présence autochtone

À chaque année, lorsque le début du mois d’août arrive et que le maïs est un délice, je découvre, sur la Place des Festivals, tout un éventail de cultures, de saveurs et d’artisanats en provenance des Premières Nations du Canada et des Amériques. C’est pendant le Festival Présence autochtone qu’on peut découvrir, entre autres, des œuvres cinématographiques qui abordent les réalités, l’imaginaire et les mythes des peuples habitant des territoires autochtones parfois « non cédés », comme c’est le cas de Tiohtià:ke (Montréal en langue Mohawk), lieu de rassemblement et de commerce. À chaque année, c’est une occasion unique pour moi de faire le point sur les tendances et les réalités des communautés qui y sont conviées et d’être témoin de leurs prestations artistiques. Il y a tant à découvrir devant le grand tipi, la tortue, les caribous et les sapins baumiers qui modifient si agréablement cette place montréalaise rebaptisée Place du Makushan l’année dernière, selon un acte de Toponymie sauvage, qui signifie « place de la fête ». Le moment fort de cette année a été Ioskeha et Tawiscara : le grand Jeu de la création, théâtre épique inspiré de la cosmogonie traditionnelle avec des marionnettes géantes, danseurs et musique des Buffalo Hat Singers et du DJ Ziibiwan.

p_autochtone_3

Pour la septième édition, le défilé de l’amitié Nuestroamericana démontre que Montréal est la ville par excellence où se rassemblent et se côtoient des gens venant de tous les horizons et qui montre avec fierté les coutumes issues de leurs identités singulières.

Le mardi 8 août à Concordia, François Girard va nous parler du film emblématique du 375e anniversaire de Montréal : Hochelaga, terre des Âmes en présence de collaborateurs autochtones. C’est une rencontre que je ne manquerai pas et qui est dans l’esprit de ce festival! Les films au programme sont des fenêtres ouvertes sur le monde et en plus, certaines séances sont gratuites. J’ai hâte de découvrir le documentaire Rumble, the Indians who rocked the World le mercredi 9 août au Cinéma du Parc – un des films qu’il faut voir. Pour clore les festivités, rendez-vous à 23 h au Catalyseur d’imaginaires urbains le mercredi 9 août.

Article rédigé par Jacques Galois

Variétés
image1_733x387

Festival ELEKTRA

Le 28 et 29 Juin le festival international d’art numérique ELEKTRA fera à nouveau vibrer Montréal pour sa dix-huitième édition. Un ensemble d’installations et de performances seront présentées à l’Usine C sous le thème The Big Data Spectacle. À travers cette thématique les artistes exploreront les phénomènes issus des technologies numériques et plus particulièrement l’apprentissage des machines et le forage de données.

Chaque soir ELEKTRA vous proposera une performance robotique participative unique, INFERNO, des artistes Louis-Philippe Demers et Bill Vorn.  Cette performance permettra à 49 personnes du public de revêtir des exosquelettes et de faire contrôler leurs corps par les machines au rythme de la musique électronique et des lumières.

Vous pourrez également découvrir les œuvres d’artistes nationaux et internationaux. Avec en vedette, le japonais Norimichi Hirakawa et son installation audiovisuelle à grande échelle, The Indivisible (Prototype N.1). Le spectateur se retrouvera immergé dans un processus numérique traduisant le débit constant et rapide de pixels et d’interférences sonores. La Corée du Sud sera également mise à l’honneur avec les installations Chair Walker 2.0 de l’artiste YoungKak Cho et Light Wave des artistes Jaehyuck et Junbong Song.

image2_600x350

Du côté des artistes locaux, vous pourrez découvrir l’œuvre du Québécois Adam Basanta, A Truly Magical Moment. Ici Adam Basanta explore avec humour certains aspects du paysage médiatique que nous côtoyons tous les jours et dénonce l’hyper connectivité du 21e siècle et la déconnexion qui en résulte.

Enfin, le duo Purform (Yan Breuleux et Alain Thibault) présentera Enigma, une œuvre explorant la problématique de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage profond et de l’identité numérique.

Durant ces deux jours l’Usine C vibrera au rythme d’ELEKTRA, prise d’assaut par des artistes innovateurs qui exploreront la création d’aujourd’hui et de demain.

L’événement Facebook de la soirée du 28 et 29 Juin à l’Usine C: https://www.facebook.com/events/645551958967036/

À la cinémathèque québécoise se tiendra la 11e édition du Marché International d’art numérique, le volet professionnel du festival ELEKTRA. Le marché accueille des acteurs majeurs de la scène du numérique internationale (journalistes, commissaires, diffuseurs, galeristes) dans le but d’échanger et d’encourager de nouvelle collaboration. Vous y retrouverez des organismes internationaux comme le MoMa, le festival Semibreve, Japan Media Art Festival, Victoria & Albert Museum, …

Toujours à la Cinémathèque, sera exposée une installation vidéo immersive, Inverso Mundus, du célèbre collectif Russe AES+F. Un spectacle surréaliste numérique de 38 minutes où les artistes s’inspirent des gravures médiévales présentant des situations absurdes et transposent des scènes drôle et tragique de notre époque.

elektra_500

Arts Médiatiques
mural_733

Galerie photo: MURAL

Du 8 au 18 juin dernier, avait lieu la 5e édition du festival MURAL. Depuis les cinq dernière années, ce festival ne cesse de nous impressionner et de gagner le cœur du public. À l’occasion des derniers jours des festivités, notre photographe Marie-Claude Brault s’est promenée sur le boulevard Saint-Laurent afin de croquer sur le vif quelques moments qui ont su retenir son attention. Si vous n’avez pas eu la chance profiter du festival, vous pouvez toujours déambuler dans les rues et ruelles afin d’admirer les murales jusqu’à la prochaine édition, un must à Montréal !

Musée Exposition
artiste-fete-nationale_733

La Fête nationale

La Fête nationale a connu des années de véritable effervescence. Passant par le spectacle mémorable de 1 fois 5 avec Gilles Vigneault et Yvon Deschamps, en 1976, jusqu’aux belles soirées avec Guy A. Lepage au parc Maisonneuve, sans oublier les dernières années de pures folies avec Louis-José Houde. Ces célébrations endiablées ont marqué l’esprit et l’histoire des Québécoises et des Québécois chaque mois de juin.

C’est avec des mélodies plein la tête et le cœur plein d’amour pour le Québec que la Fête nationale vous offre, une fois de plus, des festivités aux couleurs d’ici. Maintenant à la 183e édition, la Fête nationale présentée en collaboration avec La Coop fédérée se renouvelle une fois de plus pour vous en mettre plein la vue… et les oreilles! La Fête célèbre notre fierté, notre culture, notre créativité et l’inclusion de tous, mais c’est sans oublier toutes les nouveautés que réserve l’édition 2017. C’est donc avec grand plaisir que, pour la toute première fois, Guillaume Lemay-Thivierge animera le Grand spectacle de Montréal accompagné de monuments de la chanson et d’artistes de la relève.

grossetete

Le Défilé de Montréal «Il était une fois…» vous offrira un visuel dynamique et ludique le 24 juin. Des grandes figures inspirées des défilés européens surplomberont les rues du centre-ville. Ces têtes surdimensionnées, à l’effigie de certaines personnalités qui ont marqué la métropole telle que nous la connaissons aujourd’hui, vous impressionneront et donneront des airs carnavalesques aux festivités. Dans une perspective de souvenir, la reconstitution de certains chars allégoriques des 19e et 20e siècles est aussi un projet d’envergure.

Le Défilé de Montréal présenté par Hydro-Québec se déplace sur la rue Saint-Denis. La traditionnelle célébration ambulante se renouvelle avec un parcours de plus de 2,4 kilomètres, racontant l’histoire du Québec ô combien remplie de passions, d’émotions et d’innovations.

Les Fêtes locales de Montréal et de Laval se réinventent elles aussi avec la Porte de la francophonie. Cette nouveauté technologique permet d’interagir et de festoyer simultanément avec des francophones de Winnipeg, WhiteHorse, Toronto, Moncton, Ottawa et Québec!

Il est vrai que la Fête nationale a connu des années de grandes festivités par le passé.  Afin d’alimenter ce feu rassembleur, cette 183e édition se démarque des autres et ne vous laisse pas bredouille! Elle raconte 183 ans d’histoire, 183 ans de réjouissances, et, surtout, 183 ans d’amour autour de cette Fête forgée à notre image au fil des décennies.

Article rédigé par l’équipe de la Fête nationale

Variétés