emanuel_licha_733

Lorsque les murs ont des yeux

Jusqu’au 14 mai, l’exposition Et maintenant regardez cette machine d’Emanuel Licha est présentée au Musée d’art contemporain. Le tout est réuni dans une seule salle ; quelques panneaux d’informations et un grand écran qui diffuse des images des hôtels de guerre.

licha

Qu’est-ce que c’est, un hôtel de guerre? C’est un endroit où les journalistes, dignitaires et forces armées séjourne pendant des événements politiques précaires. C’est une mine d’or d’informations qui circulent sans cesse, de bouches à oreilles. Emanuel Licha a décidé de revisiter ces lieux et voir ce que la guerre a laissé derrière. Un peu à la manière d’un documentaire, mais sans les opinions sur la belligérance. Il s’agit d’un regard neutre sur les événements, laissant la place aux images de parler pour elles-mêmes.

Pour les employés de l’hôtel, la guerre n’est qu’un moment dans leur vie, un moment qui ne semble pas avoir tant d’importance que cela, de surcroit. Une tranche de vie qui complique légèrement leur travail à l’hôtel. Alors que pour les journalistes, leur reportage montre cela comme la fin du monde. Ils sont cloitrés dans leur hôtel, n’ayant qu’un seul point de vue d’un conflit armé complexe. À quel point cette représentation des faits apporte plus de clarté au reste du monde? C’est un peu à cela que l’exposition d’Emanuel Licha essaie de répondre. Regardons-nous à travers un trou qui montre seulement une petite vision d’un grand événement alors que celui-ci présente 1001 perspectives? Sommes-nous biaisés et forcés de regarder où tous les regards convergent? Avons-nous, finalement, un point de vue biaisé par l’interprétation et l’angle de la situation? C’est à vous d’aller explorer les réponses au Musée d’art contemporain.

Exprimez-vous
Blogueur

Mes mots favoris sont calembour, grivois, charismatique, cucurbitacée et baliverne. Je veux tout connaître par cœur. Je peux d’ailleurs vous réciter Speak Wh...