fifa

Le Festival du Film sur l’art, à la rencontre de figures incontournables.

Le Festival du Film sur l’art entamait le 23 mars dernier sa 35e édition! Le festival a présenté une très belle sélection de projections classées en diverses catégories : Grand panorama, compétition, expérimental et nouvelles écritures. Mon choix s’est arrêté sur la projection double : Buster Keaton, un génie brisé par Hollywood et Pedro Almodóvar, tout sur ses femmes à la salle Jean-Claude Lauzon de l’UQÀM. Le contraste offert par le mélange de ces deux artistes de générations totalement différentes m’intéressait.

La vie brisée de Buster Keaton

D’abord, le film documentaire de Jean-Baptiste Péretié, retrace plusieurs moments phares de la vie de Keaton en utilisant intelligemment (et presque uniquement) les images d’archives de ses nombreux films. La narration de Péretié se mêle ainsi à une fiction cinématographique, qui donne l’impression que Keaton nous raconte lui-même son histoire à travers ses œuvres.

Le film présente donc les grandes périodes de créations de la figure comique la plus mythique du cinéma muet, qui a soudainement disparu, selon certains, avec l’arrivée du cinéma parlant. Pourtant, la réalité est tout autre; connu principalement pour son sens comique et ses impressionnantes cascades (qu’il réalise toujours lui-même) le documentaire de Péretié permet de découvrir aussi, le talent créatif de Keaton. Fasciné par le cinéma et perfectionniste, Keaton réalise et produit entièrement tous ses films pendant une grande partie de son succès hollywoodien. Avec sa propre maison de production, il jouit d’une liberté créatrice et financière hors du commun. Malheureusement, c’est au sommet de la gloire que le « génie brisé par Hollywood » perd sa liberté de création lorsqu’il réalise « la pire erreur de sa vie » en signant un contrat avec les studios de la Métro Goldwyn-Mayer (MGM). Malheureusement, sa signature avec le studio marque lentement sa fin artistique; la structure, trop grande et trop forte a fini par le forcer à entrer dans un moule qui tua à petit feu, l’homme et l’artiste.

Ainsi, durant cinquante-trois minutes le documentaire de Jean-Baptiste Péretié retrace et présente le génie de cet artiste hors du commun, mais souligne sa douloureuse défaite face au géant de l’industrie. Outre ce destin malheureux peu connu du public, il est impossible d’être insensible devant les innombrables images de Keaton. Encore aujourd’hui les films de Buster Keaton, nous donnent les frissons, les rires qui devaient remplir les salles de cinéma autrefois.

pedro_500

L’envers féminin de Pedro Almodóvar

Ce film de Sergio Mondelo présente la place importante qu’occupent les femmes dans le cinéma de Pedro Almodóvar. Mondelo y montre l’évolution de la figure féminine tant dans les oeuvres que dans la vie du réalisateur, retraçant ainsi les courts métrages de sa jeunesse jusqu’à son approche plus « réservée » de la psychologie féminine qui révèlera finalement ce qu’il appelle son « cinéma de femme ».

Almodóvar est décrit par ses actrices comme un homme passionné doté d’une grande sensibilité. Fait intéressant, le réalisateur a grandi entouré de femmes. Le jeune garçon grandit dans un petit village Catalan où les hommes sont souvent absents et où, selon Almodóvar, les femmes contrôlent tout. Francisca, sa mère, est définitivement son influence féminine la plus forte. Femme de caractère, éduquée et généreuse, « la reine du village » partage son savoir avec les voisines. Très proche de sa mère, Pedro grandit en observant les interactions qu’elle entretient avec les autres femmes du village. Cette récurrence de la figure féminine dans son enfance n’est pas anodine, pour lui, les femmes ont un ressort dramatique plus intéressant que les hommes et c’est de cette sensibilité féminine qu’il est le plus proche. À cette figure de mère, de voisine ou de confidente, s’ajoute, selon Mondelo, une fascination pour les icônes hollywoodiennes telles que, Sara Montiel, Eva Garner et Elizabeth Taylor.  Encore enfant, il possède une photographie d’Eva Garner et souhaite lui ressembler plus tard.

Dans ses films, on retrouve un mélange de parure et de drame, Pedro Almodóvar met en scène des psychologies féminines, des femmes blessées, malheureuses, vulnérables. Famille constituée par des femmes au physique atypique, des « gueules », une particularité qui les distingue toujours. Les « chicas Almodóvar » s’approprient leurs propres féminités, sont transsexuelles, imparfaites, intenses, passionnées et sexuelles. Elles participent à détruire cette image de la femme calme et lisse, au profit d’une beauté imparfaite, mais réelle.

Dans son documentaire, Mondelo nous permet de mieux comprendre l’importance qu’occupent les femmes dans la vie du réalisateur en plus de nous présenter divers témoignages de ces nombreuses collaboratrices avec qui il entretient des liens très forts et quelques anecdotes cocasses.  Que vous soyez déjà un fervent admirateur ou non, le film de Sergio Mondelo permet de plonger et de redécouvrir le cinéma tout en féminitude de Pedro Almodóvar.

Exprimez-vous