IMG_6260-Modifier

Une lesbienne et une noire décomplexée

La lesbienne et la noire, titre plutôt évocateur. Vulgaire ? Simpliste ? Seulement vrai. Une dénonciation des étiquettes qu’on accole trop facilement. Marie Christine Pilotte et Anna Beaupré Moulounda présente, du 14 au 23 avril, six représentations de leur pièce hybride entre le spectacle d’humour et le théâtre à l’Espace La Risée.

Le titre m’a surprise; La lesbienne et la noire. Vraiment ? Malgré tout mon désir d’ouverture d’esprit, je suis humaine, j’ai des préjugés. J’imaginais déjà les clichés sexuels et raciaux qu’un spectacle avec un tel titre pourrait comporter. Et finalement ? Bien sûr qu’il y a des blagues de lesbienne et de noire, mais c’est tellement plus que ça.

Anna et Marie Christine font partie du collectif humoristique Les Femmelettes qui regroupe des artistes féminines de divers horizons. À chaque premier lundi du mois, elles présentent un nouveau numéro humoristique à l’Espace La Risée. Le groupe, formé par l’initiative de Marie Christine, se voulait une réponse aux boys clubs que sont les traditionnelles soirées d’humour. Depuis trois ans, les deux comédiennes ont donc accumulé une bonne quantité de matériel duquel elles ont eu envie de retravailler certains numéros. Le titre était, au départ, une blague qui s’est concrétisée.

Les auteures se partagent la scène à tour de rôle ou en duo en exploitant des thèmes qui leur sont chers. Dès les premières minutes, la table est mise. Elles nous confrontent à nos préjugés en nous faisant part de leurs expériences et des commentaires auxquels elles ont eu droit dans leur vie. Avis aux oreilles chastes, quand on parle de moule, il ne s’agit pas de gastronomie et les ciseaux ne servent pas qu’au scrapbooking.

lesbienne

Dans des numéros complètement décomplexés, elles expriment énormément d’autodérision par rapport à l’identité raciale, à l’homosexualité, au rapport au temps et à la vengeance. Anna, maman d’un tout jeune enfant, vide son sac (et une bouteille de vin) sur la maternité et la réalité d’être un nouveau parent, tandis que Marie Christine avoue détester inconditionnellement les enfants, malgré son travail d’orthopédagogue dans une école primaire…

Le stand up conventionnel est entremêlé de prestations plus théâtrales où les comédiennes jouent des rôles ou exagèrent leur personnage de scène, mais toujours dans l’humour. On rit jaune, on rit gras et on rit tout court pendant le spectacle.

Il ne faudrait pas oublier de mentionner la participation de l’invitée de la soirée. À chaque représentation, une membre des Femmelettes se joindra au duo le temps d’un numéro. Ce jeudi, nous avons eu droit à une prestation de Francine Lareau qui a livré un numéro explosif. Énergique et verbomotrice, elle a su faire rire le public par d’habiles jeux de mots tout en racontant des histoires de pain et de Nasdaq. Une belle découverte.

Sur une note musicale, les comédiennes terminent le spectacle par un hip-hop délirant qui finit par clouer le bec aux derniers préjugés.

Si on ne se fie pas à l’étiquette pour acheter une bonne bouteille de vin, il faut faire de même avec La lesbienne et la noire.

Exprimez-vous
Blogueur

J’ai longtemps travaillé dans les billetteries. Cinq années à vendre à des clients les billets pour les meilleurs spectacles. Cinq années à remettre aux clie...