GuyNanteltop

Corrompu de Guy Nantel : le parti d’en rire

S’il ne fera rien pour améliorer le cynisme de la population envers la classe politique, le spectacle Corrompu de Guy Nantel risque cependant de dérider les électeurs, tous partis confondus.

Il est étonnant qu’il n’y ait pas davantage d’humour politique au Québec. Après tout, les politiciens d’ici sont, au minimum, aussi risibles que ceux des autres pays! Voilà pourquoi Corrompu de Guy Nantel fait du bien dans le paysage du rire. Alors qu’un grand nombre de ses collègues humoristes évoquent leurs rénovations, leurs problèmes de couple ou leur jeunesse dans les années 1980, le nouveau spectacle de Nantel tire plutôt à boulets rouges sur nos élus et les « gnochons qui votent pour eux », dénonçant de façon hilarante les travers de notre Belle Province, « le seul endroit au monde où une lieutenante-gouverneure en chaise roulante peut se faire rembourser un demi-million de dollars en frais de ski ».

C’est dans le but de répondre à « tous les fatigants » qui lui demandent pourquoi il ne se lance pas en politique que Guy Nantel a écrit Corrompu, un one-man show dans lequel il se propose comme « premier dictateur démocratiquement élu de l’histoire de l’humanité ». Rien de moins. En une heure trente, l’humoriste expose son programme électoral, où il promet notamment d’instaurer des cartes d’assurance-maladie Or et Platine, d’enlever le droit de vote aux épais, et de changer les prisonniers et les personnes âgées de place pour que nos vieux fassent la belle vie en prison tandis que les détenus n’ont droit qu’à un seul bain par semaine en CHSLD.

Nantel-Corrompu

Politiquement incorrect et mal embouché (il donne d’ailleurs un cours de sémantique sur le sacre dans un numéro pissant où il explique la différence entre un « petit crisse » et un « tabarnak »), Guy Nantel parvient à faire rire tout en prononçant les pires énormités, sourire en coin, dans une ironie au deuxième et troisième degré qui n’est pas sans rappeler les belles années d’Yvon Deschamps. À ceux qui disent que la violence n’est jamais une solution, par exemple, il réplique : « c’est parce que tu fesses pas assez fort, hostie! ». Muni de ses seuls textes et d’un sens de la livraison impeccable, l’humoriste s’amuse à baver le public à tout bout de champ durant son spectacle, tissant ainsi une belle complicité avec la salle.

S’il y a une chose qu’on peut encore se payer en cette période d’austérité, c’est bien la tête de nos élus, et c’est précisément ce que fait Guy Nantel avec Corrompu, un spectacle décapant qui provoque autant les rires que la réflexion.

 

 

 

 

Exprimez-vous
Blogueur

Une fois, c’était un gars qui aimait l’humour au point de rire de tout, surtout du pire. Nourri par des comiques comme George Carlin, Coluche, RBO ou Bazooka...