cet-endroit-entre-tes-cuisses-sans-tabous-ni-jugements-298205

Cet endroit entre tes cuisses : la sexualité en scène

Tout cela a commencé avec la création d’un blogue. Olivia Lagacé et Linakim Champagne ont lancé This is better than porn en 2012 et ne se doutaient sans doute pas de l’engouement qui s’en est suivi. On retrouve sur ce site une intimité dévoilée sous la forme textuelle et photographique dans une tentative d’aborder la sexualité sans ses tabous traditionnels et lourds. Elles ne se sont pas arrêtées là, bien au contraire. Transposer les textes poétiques à caractère érotique sur la scène, voilà le défi qui s’est concrétisé le 16 juin dernier.

TIBTP1

crédits photos: Emil Baroon et Renaud Poirier

Dans l’intimité du Lion d’Or, huit hommes et femmes nous racontent les mots des deux bloggeuses dans une mise en scène signée Jérémie Francoeur. Les textes ont été dévoilés dans une suite de tableaux osés, poétiques, humoristiques, mais toujours dans une approche franche et un réalisme assumé.

La première séquence a donné le ton pour ce qui a été une expérience sans pudeur ni jugement. Une jeune femme dos au public, à moitié nue, continue de se dévêtir en se déhanchant sur un homme. Douce torture pour tous. Puis, sa voix s’élève et nous raconte « une p’tite vite » dans une ruelle. Cette scène donnait une impression de déjà vu, mais avec une nuance : la parole d’une femme. Cette scène racontée par un homme ferait-elle un effet différent ? Il faut dire la liberté sexuelle et le féminin fait encore hausser les sourcils.

TIBTP

crédits photos: Emil Baroon et Renaud Poirier

Cette liberté était éclatante sur les planches du Lion d’Or, à travers les histoires ouvertes sur une réalité et des questionnements communs, mais aussi grâce aux acteurs qui assument leur nudité sans que cela soit gratuit. On réussit à retrouver la beauté dans ce qui l’a finalement toujours été. Dans la complexité des rapports humains, ces confidences trouvent écho aux nôtres. Les monologues se sont enchaînés plongeant le spectateur dans un mélange nostalgique de souvenirs et d’espérance.

Le désir fut le matériau premier de cette théâtralité, mais également un enjeu auquel on  ne doit  pas cesser de réfléchir, lorsqu’on a fini de rougir. Je salue cette manière de mettre l’art au service de la réflexion et mine de rien, d’une forme d’éducation. La discussion ne doit pas s’arrêter là, ni les éclats artistiques.

Cet endroit entre tes cuisses a été présenté le 16 juin dernier au Lion d’Or.

 

Exprimez-vous
Blogueur

De l’autre côté du jour, sensible aux vérités silencieuses, aux beautés muettes et à la subjectivité des choses simples. Un regard pour chaque élan.