locking

Festival BAM : Danse urbaine made in Montréal

Le festival Bust A Move, création des Productions Unkut, est un événement consacré à la danse de rue qui représente une culture, et même une religion pour certain. Le temps d’un weekend, la TOHU a été envahie par une vague d’énergie provoquée par une jeunesse prometteuse.

Bust A Move est également une compétition, une Battle comme de celles qui sont nées dans les rues du New York des années 70. C’est aussi une attitude, des idées novatrices et audacieuses. C’est l’imagination et l’affirmation d’une culture. 11ème édition pour eux, première pour moi, j’ai été bien emballée de découvrir ce monde brut qui mériterait une visibilité nettement plus grande.

Crédit photo : Kyle Ruggles

Crédit photo : Kyle Ruggles

 

Le premier jour était consacré aux éliminatoires et aux quarts de finale. Des danseurs d’ici et d’ailleurs s’affrontaient pour se tailler une place qui leur permettrait de revenir le lendemain. Cette année marquait aussi une nouveauté : le Kids Battle. Des duos d’enfants de 7 à 13 ans, talentueux et passionnés livraient leur hardiesse devant un public chaleureux. D’ailleurs, le crew Double Trouble, composé de deux jeunes filles impressionnantes, a remporté une première place bien méritée.

Du Popping au Bboying en passant par le Locking, le House, le Hip-hop et le Waacking, ces genres qui ont suivi une évolution en accord ou en opposition avec une époque et un mode de pensée, furent investis, réinventés, rendus avec classe par les danseurs. L’ambiance était à son meilleur, entre autres grâce aux talents d’animateur de Clauter « Dr. Step » Alexandre et au son de nos DJs. La soirée des finales était tout aussi excitante.  La qualité des chorégraphies et le talent de ces mordus faisaient plaisir à voir et honneur aux juges présents qui revenaient souvent avec cette maxime de laisser son âme sur le danceflloor. Des âmes, on en a vu un grand nombre, et de belles! Et comme Princess Shayla – juge de la catégorie Waacking –  l’a si bien dit : « Comment juger une âme? » certains choix semblaient déchirants.

crédit photo : Kyle Ruggles

crédit photo : Kyle Ruggles

 

Un évènement comme celui-ci concorde parfaitement avec la vivacité de notre métropole. Comme toute discipline artistique, l’amour qu’on porte à son art est à l’avant-plan. Ce sont aussi des rêves de gamins jetés à la face du monde. Un moyen d’expression, une façon d’élever sa voix, de laisser sa trace. Tout peut être dit à travers la danse, peu importe le genre.

Exprimez-vous
Blogueur

De l’autre côté du jour, sensible aux vérités silencieuses, aux beautés muettes et à la subjectivité des choses simples. Un regard pour chaque élan.