Dr-Frank-N-Furter-the-rocky-horror-picture-show-25365753-1280-800

The Rocky Horror Picture Show – Un joyeux bordel

À l’Occasion de la fête des morts, je suis allé voir une tradition cinématographique qui revient à la vie tous les ans à Montréal, le Rocky Horror Picture Show : une soirée de bas collants, de tranches de pain, de papier toilette et de sexualité ambiguë…

Avant de commencer cette chronique, je dois vous avertir, chers lecteurs, que je suis déjà un amateur du film Rocky Horror Picture Show. Ainsi, à la différence de mes autres chroniques, je ne suis pas totalement étranger à l’univers auquel je me suis exposé. Cependant, j’étais, avant ma découverte de vendredi dernier, un « vierge » du spectacle sur scène.

Arrivé vers 19 h 20 au Cinéma Impérial, il n’est pas difficile de savoir que je suis au bon endroit. Une petite foule costumée attend avec impatience l’ouverture des portes. Une fois à l’intérieur, je m’installe dans mon siège ; sur scène, une femme se promène tenant en laisse une personne peu vêtue portant un masque de gorille. Quelques instants plus tard, des membres de la troupe se promènent entre les allées pour vendre du papier toilette. Le tout sur Girls just wanna have fun… Bref, ça s’annonce surprenant!

plastikpatrik

L’animateur de la soirée Plastik Patrik

Vers 20 h, sur scène, des comédiens transportent un cercueil duquel sort Plastik Patrik, l’animateur de la soirée. Après quelques mots de bienvenues, il fait monter sur scène les plus beaux costumes pour un petit concours. Un prêtre et son évêque, un loup en mère-grand, et autres se font compétition. Mention spéciale au gagnant avec son costume de Gene Simmons du groupe Kiss, hallucinant ! Après ce petit concours, Plastik Patrik fait monter sur scène les différents comédiens en annonçant leur rôle puis demande à tous les vierges de ce spectacle de se lever pour une petite initiation. Nous avons eu droit à un doigt d’honneur général de toute la troupe.

À 21h, le spectacle commence et c’est parti pour plus d’une heure et demie de musique, danse et surprises sur scène comme dans le public. En effet, tellement d’actions se déroulent en même temps qu’il est difficile, surtout pour une première fois, de tout voir et tout comprendre. Entre la projection du film, le lipsync des acteurs qui jouent le film en direct, les commentaires d’un narrateur sur les dialogues du film, les gens du public qui lancent toutes sortes d’objets (de l’eau, des cartes à jouer, le fameux papier toilette, etc.), les cris et rires de la foule… on ne sait plus trop où donner de la tête dans ce joyeux bordel! Mais c’est ce qui fait la beauté de la prestation et j’ai été bien déçu lorsqu’est arrivé le générique.

rocky

À la sortie, j’ai le temps d’accrocher Philippe, le producteur du spectacle depuis 10 ans. Il me raconte qu’en fait, la troupe existe depuis bien avant lui, mais qu’ils l’ont approchée lorsque leur ancienne salle de spectacle a fermé. Il a donc contacté la Warner pour avoir les droits d’exploitation qui lui sont exclusifs! De plus, j’apprends que la troupe est entièrement bénévole et qu’ils font le spectacle pour leur plaisir et celui des spectateurs. Plaisir partagé!

Honnêtement, ne manquez pas ce spectacle l’année prochaine et d’ici là, mettez-vous dans l’esprit en visionnant le film. Et pour ceux qui veulent être vraiment prêts, visitez leur site Web pour savoir quand lancer quoi pendant la présentation.

Exprimez-vous
Blogueur

Chaque mois, tel un Indiana Jones urbain, je pars à la découverte des curiosités culturelles montréalaises. Mes chroniques des activités plus insolites me fo...