Billy_WEB_big

Billy Tellier : dans les petits pots les drôles d’onguents

Oubliez la loi C-38, celle de Los Angeles ou du prix le plus bas. Pour rire un bon coup, vous devriez plutôt opter pour La loi du plus fort, le premier spectacle solo de l’humoriste Billy Tellier.

Que faire quand on naît à six mois avec un poids de deux livres et deux onces (l’équivalent de ce que fument des techniciens de scène en une fin de semaine), et qu’un physique ingrat diminue nos chances de survie dans ce monde régi par la loi du plus fort? Développer son sens de l’humour plutôt que ses muscles, évidemment! Ce qui n’est pas prématuré, c’est l’accouchement du premier spectacle solo de Billy Tellier, puisque le diplômé de l’École nationale de l’humour œuvre dans le milieu depuis déjà plus d’une décennie. Après avoir collaboré à de nombreuses émissions de radio et de télévision et prêté sa plume à divers humoristes (dont Laurent Paquin et Cathie Gauthier), il se décide enfin à monter sur les planches, pour notre plus grand plaisir.

Si Billy Tellier ne craint pas d’écorcher affectueusement les autres dans La loi du plus fort, il est aussi capable d’une autodérision qui sert presque de fil conducteur au spectacle. L’humoriste réussit à faire crouler la salle en évoquant simplement sa petite taille ou son premier changement d’huile, mais il est à son meilleur lorsqu’il aborde des thèmes plus universels, se moquant avec intelligence de ce que veut dire être un homme aujourd’hui, de la tendance naturelle des Québécois au chialage, ou apportant des solutions légèrement absurdes aux problèmes de société qui nous affligent. Dans le style, son monologue contre la culture du bonheur obligatoire constitue l’un des moments forts de ce one-man show.

Sur scène, il emprunte la formule du stand-up comique, sans recours aux personnages, aux costumes, ou aux décors. Il livre ses textes à la bonne franquette, et module sa voix pour recréer efficacement des situations, comme son sketch chuchoté qui nous transporte à l’église durant un baptême, là où « les gens sont habillés chic pour voir un enfant se faire pitcher de l’eau dans la face ». En plus d’une prestance naturelle et d’une écriture bien ficelée, la plus grande force de Billy Tellier est de savoir surprendre le public. Il arrive qu’on devine d’avance le punch dans les numéros d’humour, mais ce dernier prend souvent des chemins détournés pour qu’on ne voie pas venir ses gags, ce qui est rafraîchissant.

Ce premier spectacle de Billy Tellier révèle une maturité étonnante, autant au niveau de l’écriture que de la livraison des textes. Avec une moyenne au bâton d’un rire à chaque quatre phrases, La loi du plus fort ne décevra certainement pas les amateurs d’humour.

Exprimez-vous
Blogueur

Une fois, c’était un gars qui aimait l’humour au point de rire de tout, surtout du pire. Nourri par des comiques comme George Carlin, Coluche, RBO ou Bazooka...