peterpeter

Rencontre avec Peter Peter

Il y a exactement deux semaines, c’était un lendemain d’élection difficile. Je devais me rendre au Cabaret du Mile-End rencontrer Peter Peter qui lançait son deuxième album Une version améliorée de la tristesse. Signé depuis son premier album par la réputée maison de disque Audiogram, on m’avait donné rendez-vous avec lui dans la loge quelques minutes avant son spectacle/lancement. Voici donc notre entretien qui s’est déroulé à l’arrière-scène du mythique Cabaret du Mile-End.

Jason : Est-ce que tu as gagné tes élections ?

Peter Peter : OUI, ben non ! Les libéraux ont perdu quelques sièges, je savais que le PQ gagnerait, mais je me demandais à quel point il allait entrer fort et à quel point la CAQ gagnerait des sièges. Deux sièges pour Québec Solidaire, j’suis un peu déçu ! Ce sont des élections que j’ai trouvés difficiles parce que je trouve que nous sommes dans un remaniement incroyable.

Jason : La soirée électorale s’est bizarrement terminée avec la fusillade au Métropolis, tu en penses quoi ?

Peter Peter : C’est horrible, être violent ! C’est fou ! Comment quelqu’un de mal éclairé peut, par sentiment d’impuissance, penser renverser le pouvoir de cette façon. Ça m’a affecté, on ne réalise pas que la vie est fragile. C’est juste du temps qu’on passe ici et les gens nourrissent un tas d’idées jusqu’à en oublier, que ça n’a pas poids dans l’univers.

Jason : Je fais un parallèle avec ton album, j’aimerais que tu me parles de son titre Une version améliorée de la tristesse

Peter Peter : Ça parle de moments où je croyais toucher le bonheur. Chaque fois que je pensais être heureux, ça retombait. Je me rendais finalement compte que c’était juste une version dérivée ou améliorée de la tristesse. Lorsqu’un sentiment prend quelques secondes à s’en aller, c’est une illusion. Il y a plusieurs formes d’apaisement : la souffrance avec les amis, la camaraderie avec l’ivresse et faire la fête, faire de la musique, être amoureux.

Jason : À mon avis c’est une belle suite à ton premier album…

Peter Peter : Oui, oui ! Les deux parlent de « spleen » ! Mais celui-là tente de tenir quelque chose, de saisir l’instant : le buzz d’être entre amis, de déconnecter et de sentir ses souffrances s’apaiser. Saisir le moment présent, le bonheur.

Jason : Et le bonheur pour toi, c’est de lancer ton deuxième album ?

Peter Peter : Oh oui ! J’ai hâte de monter sur scène !

Jason : Pour terminer, je me souviens que la première fois que je t’ai vu c’était au Canal Vox, tu faisais « Ma première Place des Arts » suite à la sortie de ton premier album. Ce soir, on peut s’attendre à quoi ?

Peter Peter : 6 musiciens, c’est le plus « loud » que j’ai jamais fait. En même temps c’est plus près de moi, mais d’autres parties sont plus en douceur. J’pense que c’est juste meilleur.

Jason : Est-ce que ça se rapproche un peu du « band » métal que tu as déjà eu ?

Peter Peter : Non (rire)… mais oui (rire)… mais non ! Espérons un peu dans l’intensité !

Peter Peter est un artiste intègre, sensible avec une énergie contagieuse. Oscillant entre le rock et la pop, il nous offre un spectacle divertissant qui nous fait réfléchir sur le sens de la vie. Après M pour Montréal, On the Road à New York City, Coup de Cœur Francophone, et une visite au Festival Le Printemps de Bourges en France, il nous offre un tout nouveau spectacle. Surveillez son site Web, écoutez ses pièces, mais surtout découvrez-le en spectacle!

Peter Peter : Nouvelle chanson, nouvel album from Audiogram on Vimeo.

Exprimez-vous
Blogueur

Tout à son honneur, elle peut doucement nous effleurer, nous faire valser ou nous émouvoir profondément.